Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

L’Italie dit NON à l’Union Européenne

Cinque Stelle

L’Italie dit NON à l’Union Européenne

Télécharger en PDF et imprimer

Michel Lhomme, philosophe, politologue ♦

Les Italiens se sont massivement prononcés en faveur du NON. L’Europe, comme il était prévu, se trouve ainsi dans une période de turbulences. Les Italiens auraient-ils dû se prononcer en faveur de ce référendum? Devaient -ils se prononcer comme ils l’ont fait? L’objectif, pour nous, en Italie comme en France ou en Allemagne ou dans les pays du Groupe de Visegrad n’est-il pas avant tout de créer , en s’élevant contre la bureaucratie de l’Union Européenne, une véritable Europe puissance qui débattrait à égalité avec les autres blocs, monde asiatique, États-Unis et Russie, parente très proche d’un bloc européen? Nous vous proposons avec cet article de Michel Lhomme et celui de Gabriele Adinolfi deux positions différentes mais pour nous non contradictoires sur le référendum italien. Métamag reste ainsi fidèle à son esprit critique. La rédaction.

Le dernier dîner d’État de Barack Obama à New-York s’est déroulé en présence de Matteo Renzi, l’un des plus fidèles alliés, avec François Hollande et Angéla Merkel des États-Unis (les bases italiennes et en particulier siciliennes tournant en ce moment à plein régime pour bombarder la Syrie). Lors du toast de ce dernier dîner, Obama déclara : « j’ai gardé le meilleur pour la fin ». Le compliment n’était pas passé inaperçu puisque toute la presse italienne le reprit. Il s’agissait alors de soutenir Mattéo Renzi au référendum du 4 décembre 2016. Ce fut peine perdue.

Obama aurait du savoir que tous les référendums, que ce soit en Europe (Hongrie, Grande-Bretagne) mais aussi en Amérique latine (Colombie), finissent toujours mal. Les peuples devenus clairvoyants répondent systématiquement non.

Aux Italiens, on leur demandait de se prononcer sur une réforme de la constitution qui devrait rendre le pays plus gouvernable. L’idée principale était de transformer le Sénat, en faire un club politique mais plus du tout une assemblée du peuple digne de ce nom. La réforme prévoyait une réduction drastique des pouvoirs du Sénat, qui ne votera plus la confiance au gouvernement et la majeure partie des lois, une limitation du pouvoir des régions et la suppression des provinces, l’équivalent des départements français. Cette réforme était de plus associée pernicieusement à une loi électorale offrant une forte prime majoritaire, créant ainsi une concentration des pouvoirs intéressante de fait pour le nouveau fascisme, le fascisme de la finance mondialiste, le fascisme desbanquiers.

Pour les médias, les Italiens fatigués du système actuel, auraient du voter oui mais la manœuvre fut bien trop grosse pour un peuple italien  beaucoup plus politisé que le peuple français puisque cette opération bien calculée consistait à confisquer et à réduire entre autres le pouvoir des régions au profit de l’élite politique, une élite politique mondialiste et européiste. Contrairement à la France, le Sénat italien est bien plus important dans le jeu politique italien et il s’agissait pour les technocrates de réduire son pouvoir et en particulier la possibilité pour le Sénat italien de renverser le gouvernement. Il s’agissait ainsi de conforter le pouvoir des bureaucrates de la finance dont le démocrate-chrétien Matteo Renzi est un pur produit. Renzi, le banquier souhaitait mettre au ban le Sénat, il a perdu, il s’en va.

Ce référendum est bien entendu aussi la victoire du Mouvement 5 Etoiles (M5E) de Beppe Grillo, mouvement considéré par les médias comme populiste  et anti-système (puisqu’eurosceptique) mais qui frôle tout de même autour des 30% malgré, il est vrai, son côté auberge espagnole, fourre-tout et poujadiste. Pour Beppe Grillo, l’objectif principal était de « sortir les sortants » et de traiter  les journalistes de « vendus et de bâtards » (on apprécie !). Le parti M5E a évidemment appelé à voter NON comme l’a aussi fait la Ligue du Nord, régionaliste et traditionnelle et toute l’extrême droite italienne dont casa-pound.

Après la démission de Mattéo Renzi, l’Europe se réveille une nouvelle fois après le Brexit avec la gueule de bois. Le départ de Renzi laisse la porte ouverte, en cas de nouvelles élections anticipées, à une montée en puissance du protestataire Mouvement 5 étoiles. Le M5S devrait maintenant réclamer des élections anticipées qui paraissent de fait inévitables mais le président italien Sergio Mattarella ne devrait pas dissoudre le Parlement avant une réforme de la loi élisant les députés.

Matteo Renzi pourrait aussi ne démissionner que symboliquement puis être reconduit à son poste, avec la mission particulière de réformer la loi électorale en vue d’élections anticipées. Encore faudra-t-il qu’il revienne sur une autre promesse, celle de ne jamais prendre la tête d’un tel gouvernement « technique ».

Illustration : Cinque stelle et lega nord, les 2 vainqueurs du référendum.

Répondre