Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Une bonne blague : l’indépendance de la Californie !

Californie Independance

Une bonne blague : l’indépendance de la Californie !

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Guiart, ethnologue, anthropologue ♦

La campagne de destruction de Trump continue, tout aussi forte, mais elle prend moins de place dans les médias américains, Trump s’arrangeant pour créer des événements quotidiens alors qu’en France, on commence à ne plus couvrir Trump occupé que l’on est à faire des couvertures scandaleuses et malhonnêtes dans le style « Apocalypse Now » pour le Courrier International ou « Pourquoi l’Amérique est-elle devenue folle ? » pour le Nouvel Observateur.

On continue  à reprocher à Trump tout et n’importe quoi

S’il fait un commentaire on le fait passer pour une décision contre laquelle il convient de s’élever. Lui s’amuse à remuer les tentatives de lui faire du tort par des piques railleurs qui désarçonnent. On ne dit pas que s’il nomme à la justice Jeff Sessions , c’est aussi pour qu’on lui apporte des solutions juridiques bien étudiées mais en attendant, Donald Trump tweete. Fillon devrait prendre modèle à ses risques et périls.

Dans la foulée de la victoire, un homme d’affaires d’origine hindoue a cru bon de lancer un référendum pour l’indépendance de la Californie. Cet État, le plus peuplé des États-Unis, le plus fidèle à Hillary Clinton, état « mainstream » à majorité Latino et plein de drapeaux arc-en-ciel aux devantures des bars a toujours eu un faible pour les esclandres. Les Hindous sont forts dans l’informatique, qui est une sorte de République à part en Californie avec la Sillicon Valley de Google et Mac. Si certains informaticiens de renom se verraient bien indépendants, sur une île à part, ils ont tout de même besoin du marché américain pour vivre, un marché qui entraîne celui de l’Europe.

C’est aussi en Californie que se concentrent le plus d’industries de la défense nationale américaine. Spontanément, l’armée et la marine, très fortement implantées, ne laisseront pas faire une illusoire indépendance. Et les Latinos ne sont pas venus non plus en Californie pour participer à des putsch hollywoodiens. Ils savent bien, par expérience sous-continentale, que les putsch créent seulement du chômage. De plus, il y a en Californie l’existence d’un système de fichage généralisé, pour protéger les industrie de défense. A supposer un mouvement indépendantiste plus qu’improbable, les comploteurs se feraient ramasser l’un après l’autre et éliminer silencieusement. Trump vient d’ailleurs de faire connaître son appui à la candidature de Los Angeles pour les jeux Olympiques. Soros a tenté de pousser les Californiens dans le sens de la révolte, mais les manifestations se sont arrêtées toutes seules.

Le  gouverneur de Californie qui est d’une famille ayant régné sur l’État déjà depuis deux générations, n’a pas participé au mouvement contre Trump et il a fait savoir très officiellement qu’il fallait arrêter les manifestations parce que cela devenait trop dangereux pour l’économie : « It’s the economy, stupid !« .

 

  1. John Wayne
    John Wayne13 décembre 2016

    On commence à en avoir assez de ces journaux , magazines et  » journalistes  » qui essaient de créer l’événement pour vendre … On comprend l’objectif tout en le récusant !!

Répondre