Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Le dernier des « Hussards ». Hommage à Michel Déon

Michel Deon

Le dernier des « Hussards ». Hommage à Michel Déon

Télécharger en PDF et imprimer

Viviane Le Ray, chroniqueuse ♦

« Michel Déon nous a quittés. C’est une grande perte pour l’Académie. Il en était la mémoire et la conscience… »

C’est par ces mots que la Secrétaire perpétuelle de l’Académie française, Hélène Carrère d’Encausse, a annoncé, le 28 décembre, le décès du dernier survivant des « Hussards » (1) qui professaient: « l’amour du style ; un style bref, cinglant, ductile , un anticonformisme rafraîchissant, le refus des modes, le goût des causes perdues ».

Ils étaient quatre complices : Roger Nimier, Jacques Laurent, Antoine Blondin, et lui « Le jeune homme vert », de 97 ans, qui depuis l’Irlande pays qu’il chérissait, s’est envolé vers leur paradis littéraire. Le paradis des grands. Lorsqu’il était venu au Centre Universitaire Méditerranéen à Nice, en 2004, j’avais eu le bonheur de passer une heure avec lui.

A la question : Quel regard portez-vous sur les romanciers aujourd’hui ? Il répondait « Je demeure quelqu’un de très intéressé par les écrivains contemporains, j’en ai élu quelques-uns, beaucoup plus jeunes que moi tels que Jean Rollin, remarquable ; Emmanuel Carrère, un formidable romancier; Eric Neuhoff, brillantissime ; Patrick Besson. Vous voyez des gens qui viennent d’un horizon très différent du mien et différents entre eux. Ce sont des caractères et des talents qui me paraissent dominer l’époque. Je ne suis pas pessimiste il y a une espèce de passoire qui fait que ce qui est assez fin et de grande qualité passe à travers les trous… Ce qui est bon l’emporte toujours. Maintenant résisteront-ils à l’épreuve du temps ? Je crois que personne ne peut le savoir… »

La proportion de gens qui lisent a-t-elle changé ? « Peu de gens lisent, très, très peu, j’entends de vrais livres… Mais vous savez cela a toujours été, le pourcentage est pratiquement le même disons 10%… Il y a plus de gens instruits mais pas forcément plus cultivés ! J’ai été élève, adolescent, aux Lycées Félix Faure et Masséna, à Nice, en rhétorique et en philo, je me souviens que dans ma classe nous étions deux, au maximum trois à lire vraiment. Croyez-moi ça n’a pas changé ! »

La ville de Nice fut la première en 1951 à décerner un prix à Michel Déon pour « Je ne veux jamais l’oublier ». Son père fut Conseiller de Prince Louis II, il fut élève au Lycée de Monaco. Michel Déon était membre Honoraire du Conseil littéraire du Prix Prince Pierre de Monaco.

Relire les ouvrages des Hussards : liste

 1. rattachés au groupe des Hussards : Geneviève Dormann, Kléber Haedens, Stephen Hecquet, Roland Laudenbach, Félicien Marceau, François Nourissier, Jacques Perret, André Fraigneau, Willy de Spens ou encore Guy Dupré.

Illustration : Michel Déon, le dernier des hussards nous a quitté.

 

  1. lhomme
    lhomme10 janvier 2017

    Pour les Hussards : ne pas oublier Kléber Haedens qui en faisait partie et leur maître à tous, l’exquis André Fraigneau. La revue Liv’arbitres (https://livr-arbitres.com) a consacré plusieurs numéros à la bande et s’apprête à rendre hommage à Michel Déon dans sa prochaine livraison. A suivre donc….
    ML.

    • le ray
      le ray13 janvier 2017

      rattachés au groupe des HUssards : Geneviève Dormann, Kléber Haedens, Stephen Hecquet, Roland Laudenbach, Félicien Marceau, François Nourissier, Jacques Perret, André Fraigneau, Willy de Spens ou encore Guy Dupré.

Répondre