Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

L’absolutisme globalitaire et la censure : deux exemples

Lysenko Peudo Science Et Idéologie

L’absolutisme globalitaire et la censure : deux exemples

Télécharger en PDF et imprimer

Auran Derien, universitaire ♦

L’université publique de Sonoma, en Californie, publie chaque année, depuis 40 ans, une liste de nouvelles importantes dont les médias ne parlent quasiment jamais . Sur les 25 faits que l’Empire  passe sous silence, nous en avons sélectionné deux qui soulignent l’horreur dans laquelle se vautre l’absolutisme du XXIème siècle, l’occidentisme ou global-invasion.

1 – 70% des Nations de la planète sont occupées par l’armée des gangs globalitaires

L’absolutisme  du XXIème siècle voudrait bien, comme le bolchévisme du XXème, apparaître comme une religion et se placer ainsi sur le plan spirituel avec les pensées « droits de l’hommesque ». Sur le plan temporel cependant on observe qu’un ensemble  de trafiquants immondes se coordonne pour constituer un empire conquérant avec concentration du pouvoir entre les mains d’oligarchies et refus de toute forme libérale de gouvernement, niant ainsi ce qui fit la grandeur de l’Europe dès le Moyen âge.

La global-invasion  est à la fois un monothéisme fanatique, utilisant la religion « droit de l’hommesque » et les membres de cette secte de dévots, lesquels deviennent officiellement les chefs de la pensée pieuse occidentiste car ils dominent le monde à travers cette religion, mais elle est aussi une tyrannie par les régimes qu’elle impose grâce à son armée de sicaires, régimes qui sont soustraits aux vicissitudes historiques, aux retournements de situation, comme on le voit en Europe pour les fonctionnaires de Bruxelles qui ont été mis en place par la force d’un appareil de puissance et de coercition sociale.

La tyrannie du régime global-envahisseur est un état de guerre contre l’humanité, composée de peuples et de cultures qui ne veulent pas mourir car ils sont légitimes. Par contraste, le régime absolutiste des trafiquants mondiaux est un état de fait imposé par les troupes d’occupation, donc il est illégitime et d’autant plus absolu et totalitaire qu’il est illégitime. La tyrannie globalitaire est toujours préoccupée par l’instauration d’un contrôle qui dure. Son obsession est tout entière tournée vers le futur. Ses chefs savent que seule la durée fait la légitimité. Donc, ils doivent perdurer coûte que coûte. Les armées  sont là pour leur assurer cette permanence, appuyée aussi sur les serfs aliénés qui exterminent leurs peuples en échange d’un petit bénéfice.

2 – La généralisation de la science lyssenkiste : l’exemple de la médecine qui ne peut plus compter sur des preuves cliniques sérieuses

Lyssenko : un bon en arrière de plusieurs dizaines d'années

Lyssenko : un bon en arrière de plusieurs dizaines d’années

Les hommes de science ont acquis une excellente réputation surtout au XIXème siècle, lorsque la révolution culturelle du romantisme, liée aux structures sociales de l’Allemagne, a permis l’éclosion de la philosophie de la nature. Ce fut lié à l’apogée de l’Europe continentale. A partir du moment où cette culture a été génocidée , il apparaît de nouveau que les hommes de science ne le sont pas en tout point. Il est encore fréquent que des hommes  éblouissent par la forme scientifique de leurs propos sans que le fond de leurs idées ne le soit. L’exemple célèbre de Lyssenko servira ici de référence. Dans l’empire  bolchévique, les socialistes “scientifiques” étaient opposés aux socialistes “utopistes”. Les utopistes désignaient des adversaires qui se définissaient pourtant comme scientifiques.

Le prestige de la science et des scientifiques ne peut camoufler la difficulté de raisonner juste et bien. Personne n’est en mesure de donner une définition a priori de la bonne science dans un domaine de la pensée. Il n’y a pas plus de recette universelle valable pour toutes les sciences, qu’il n’y en a pour toutes les sauces et tous les cuisiniers.  Georges Dumézil citait souvent la phrase : «la méthode, c’est le chemin après qu’on l’a parcouru». Mais l’absolutisme de la global-invasion aime bien les savants qui traînassent dans les allées du pouvoir ou dans les salles de rédaction. Là règne la tyrannie des intérêts qui obscurcit la vue et rogne les ailes. La course aux honneurs et au pouvoir fait voler bas. Les pseudo-savants qui entrent là-dedans s’en tirent en affirmant que la notion de science est une variable historique qui change de sens au cours du temps. Malheureusement, la tyrannie globalitaire impose la pire crapulerie intellectuelle.

La pensée “moderne” a déplacé l’idée de science vers la manière de savoir plutôt que vers l’objet du savoir. Toute activité est susceptible d’entrer dans le champ de la science, sans aucune garantie fournie par une méthode universelle. En science économique par exemple, on repère la sottise d’une classification en science de gauche ou de droite qui exerce ses ravages dans d’autres disciplines. Le lyssenkisme en a été une magnifique illustration, toujours renaissante.

Lyssenko prétendait qu’en biologie l’acquis est héréditaire. Il s’était surtout spécialisé dans l’agressivité polémique plutôt que dans la qualité des résultats expérimentaux. Il affirmait parler dans l’intérêt de la vrai science mais préférait la polémique au travail austère et dénigrait ses adversaires en les traitant de racistes. Les scientifiques  ont repris cette méthode de duperie liée au mode de pensée idéologique : leur science est au service de l’idéologie de leurs maîtres. Comme leurs maîtres veulent conquérir le monde en contrôlant les marchés, en transformant chacun en consommateur abruti, en traitant les êtres comme du bétail, il en résulte une corruption à grande échelle, la plus infâme que l’on ait jamais connue. Les gangsters financent des essais inventés, dans le style Lyssenko, assassinent le cas échéant les scientifiques qui souhaitent se retirer de cette horreur, détruisent la confiance du public envers les scientifiques. L’unique objectif  est le gain à travers la dépendance des personnes aux médicaments, celle des producteurs aux semences. Empoisonner l’humanité n’a aucune importance puisque l’oligarchie ne consomme pas ces produits là. Le principe de la double morale trouve ici une nouvelle application.

Une régression vers l’horreur obscurantiste

L’absolutisme globalitaire, dans sa double dimension religieuse monothéiste et tyrannique, retourne aux méthodes bigotes de toute inquisition . L’Europe a connu le temps des études scientifiques du sexe des anges ainsi que la recherche des preuves de l’existence du diable. L’appel à la vraie science historique, appuyée sur l’assassinat des hérétiques est le pendant de la vraie science de Monsanto, Sygenta et autres laboratoires de la justification mensongère.

Les prélats de la religion globalitaire dénoncent désormais, sans se lasser puisqu’ils sont payés pour cela, la “fausse critique” des égarés et, au nom de la vérité – “révélée” en réalité – mobilisent inlassablement l’appareil répressif des États, de la Commission Européenne, des services spéciaux encore plus expéditifs.

Pour l’absolutisme globalitaire, l’ennemi est partout car est “terroriste” quiconque a une opinion différente de celle des “autorités” auto-proclamées . Aucun compromis n’est possible avec les dissidents de telle manière qu’au temps de la religion « droit de l’hommesque » la vérité se dégrade en raison de chapelles, les sectes monothéistes alliées à une armée de sicaires. La science est inscrite aux abonnés absents mais les nouveaux clercs des médias de la haine et du mensonge n’ont même pas le talent de Bossuet. On assassine les impurs sans l’enchantement de la magie du verbe, mais bien plutôt après les avoir abrutis par des slogans ridicules.

Illustration : Lyssenko, pseudo science et idéologie

 

  1. John Wayne
    John Wayne12 janvier 2017

    Etonnant ….!

  2. John Wayne
    John Wayne12 janvier 2017

    NON ! John Wayne n’a jamais dit  » Etonnant  » ….. John Wayne avait écrit ;  » Quel baratin ! Etonnant !  » devant tant de logorrhée ! La censure , c’est très problématique …C’est tout ou rien Messieurs les censeurs …..

Répondre