Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Yemen : Donald Trump en action

Yemen Drones US

Yemen : Donald Trump en action

Télécharger en PDF et imprimer

Ce 31 janvier, la coalition arabe qui, dirigée par Riyad, intervient actuellement au Yémen, a indiqué qu’au moins deux marins saoudiens avaient été tués par une explosion survenue à bord d’une frégate de la classe Al-Madinah, de conception française.

Selon la version donnée par la coalition, le navire, qui patrouillait non loin du port de Hodeidah, situé à 150 kilomètres au sud-est de Sanaa, la capitale du Yémen, a été attaqué par trois embarcations rebelles  »suicides ». L’une d’entre-elles aurait explosé après avoir heurté la poupe de la frégate saoudienne, ce qui aurait provoqué un incendie rapidement maîtrisé par l’équipage. Cette attaque a été revendiquée par les rebelles houthis qui, soutenus par l’Iran, contestent l’autorité du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi.

Seulement, leur version ne correspond pas à celle donnée par la coalition arabe. En effet, les rebelles houthis ont affirmé avoir touché la frégate saoudienne avec un missile (antinavire) guidé. Qui dit vrai? La vidéo montrant l’attaque du navire saoudienne est de trop mauvaise qualité pour être affirmatif mais elle penche pour l’attaque de missile tout de même. En tout cas, les attaques suicides ne font pas partie des modes opératoires généralement suivis par les rebelles houthis.

En revanche, ces derniers ont déjà utilisé des missiles C-802 (ou Noor) et ils ont été suspectés d’en avoir fait de même contre des navires américains. Cela leur avait d’ailleurs valu une riposte de la part de l’US Navy, le destroyer USS Mason ayant détruit trois « stations radar » avec des missiles BGM-109 Tomahawk. Les rebelles houthis ont également revendiqué le tir d’un missile balistique en direction de l’île de Zuqar, qui, située entre le Yémen et l’Érythrée, abrite une base de la coalition arabe. En tout cas, le secteur d’où sont parties ces attaques est la cible de l’opération « Lance d’or », lancée début janvier par les forces gouvernementales yéménites et la coalition (Sunnites et États-Unis).

Pour la coalition arabe, « l’utilisation par les milices houthis du port de Hodeida comme base pour lancer des attaques terroristes est un développement grave du conflit dans la région qui pourrait affecter la navigation maritime internationale ainsi que l’acheminement de l’aide humanitaire et médicale destinée aux Yéménites. »

Toutefois, s’agissant de cette aide humanitaire évoquée par la coalition arabe, encore faudrait-il que les conditions soient réunies et garanties pour la distribuer soit l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu. Selon l’UNICEF, plus de 19,3 millions de personnes (72% de la population ) n’ont pas accès à l’eau potable et plus de la moitié des habitants souffre de malnutrition.

« Le conflit au Yémen constitue à présent la plus grande urgence pour la sécurité alimentaire dans le monde », a récemment affirmé Stephen O’Brien, le chef des opérations humanitaires des Nations unies. « Sans action immédiate, la famine est un scénario possible pour 2017 », a-t-il ajouté. Notons qu’enfin depuis le 30 janvier, les États-Unis sont directement impliqués dans le conflit yéménite.

Le vrai Donald Trump est en fait en action au Yémen et il est très ouvertement anti-iranien. Israël est plus ravi que jamais ! ML[13.02]

Illustration : un Yéménite devant un graffiti dénonçant les frappes de drones américains.

Répondre