Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Corée du Nord : faut-il tuer Kim Jong Un ?

Kim Il Sung And Kim Jong Il On Mansudae Hill

Corée du Nord : faut-il tuer Kim Jong Un ?

Télécharger en PDF et imprimer

La Corée du Sud terminerait la mise au point des plans soutenus par les États-Unis visant à éliminer le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Elle forme cette année une brigade militaire spéciale chargée de supprimer le gouvernement de Corée du Nord. Le ministre sud-coréen de la Défense Han Min-Koo a déclaré que l’unité spéciale connue sous le nom de plan de Châtiment et de représailles massifs de la Corée (KMPR dans son sigle anglais) pourrait lancer son attaque cette année. Sa première cible est le dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong Un. L’opération serait placée sous le commandement de la Corée du Sud, mais des agents spéciaux américains prêtent assistance.

Le détachement spécial devrait compter 1 000 à 1 200 hommes. Il sera formé sur le modèle des Forces d’opération spéciales étasuniennes (SOF dans leur sigle anglais) pour inclure des soldats de l’Armée sud-coréenne, de la Marine et de l’Aviation. Un officier sud-coréen de haut rang, spécialiste de la guerre, dirigera l’unité qui fonctionnera sous le commandement conjoint des forces d’opération spéciales de Séoul et Washington si une guerre éclate. Les SOF américaines prendront leurs ordres auprès du commandant de la brigade.

Ce n’est pas la première « unité de décapitation » constituée en Corée du Sud. Il a été rapporté en mars 2016 que le Corps des marines de Corée du Sud formait une nouvelle unité chargée de mener des opérations spéciales en Corée du Nord pour parer à toute éventualité. En temps de guerre, la mission principale du nouveau régiment, nom de code Spartan 3000, sera de détruire les « installations militaires clés à l’arrière du Nord pendant les événements imprévus ». La nouvelle unité pourra opérer pendant 24 heures au niveau du régiment.

Au cours des exercices militaires annuels Key Resolve et Foal Eagle de 2016, les forces américaines et sud-coréennes ont exécuté pour la première fois l’OPLAN 5015, un plan classifié de guerre signé en 2015, qui comprend des frappes chirurgicales contre les installations nucléaires, de missiles et de commandement de la Corée du Nord. Il a expressément appelé à des raids de « décapitation » par les Forces spéciales pour neutraliser les hauts dirigeants de la Corée du Nord.

Selon l’agence de presse Yonhap, la Corée du Sud a déjà conçu un plan pour anéantir la capitale nord-coréenne de Pyongyang par des bombardements intensifs au cas où le Nord manifesterait le moindre signe d’attaque nucléaire. La source a déclaré que toute campagne utiliserait des missiles balistiques sol-sol Hyunmoo 2A, 2B et Hyunmoo 3, qui ont respectivement des portées de 300 km (185 miles), 500 km (310 miles) et 1000 km (620 miles), pour pulvériser la capitale du Nord.

La fuite de l’information sur les opérations projetées par les SOF a peut-être eu lieu pour intimider la Corée du Nord. JP [24.02]

Source : strategic culture

Illustration : Statues de Kim Il-Sung et Kim Jong-Il

Répondre