Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Vendredi 25 avril 2014
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 0

Accueil >> Futuropolis
Pourquoi détestent-ils à ce point BHL ? - Deux livres contre celui qui a réconcilié les Islamistes et l’Elysée

Pourquoi détestent-ils à ce point BHL ?


Deux livres contre celui qui a réconcilié les Islamistes et l’Elysée




le

Passés les grands prix, un autre événement littéraire était attendu dans la fièvre : la sortie du livre que BHL avait promis sur sa campagne de Libye, chez Grasset évidemment. Entre deux conseils stratégiques à l’Afriqua Korps benghazienne, trois conciliabules diplomatiques et élyséens, quatre entrevues avec les responsables du CNT et moult harangues, forums, interventions et déplacements, l’homme, à l’impeccable brushing et à la chemise immaculée, a, bravant les tirs imprécis, griffonné notes, réflexions, aphorismes, propos, dont il a sélectionné la quintessence à nous faire respirer.

Pour que nous, les spectateurs anonymes, participions, au moins par procuration, au combat éternel du Bien contre le Mal. L’homme que Kadhafi a dû, sûrement, maudire en disparaissant, va nous expliquer comment il a débarrassé la Libye et le Machrek du tyran. Et nul doute que pour cette offrande manuscrite qu'il nous délivre, moyennant une vingtaine d'euros, la presse, les télévisions, les commentateurs sauront rendre l'hommage mérité au héros de Misurata, El Beïda, Benghazi, Tarhounah, Ajdabiya, Syrte, El Azizia, Sabratha, Sebha, Al Mourqoub… -tous ce noms de villes et de bourgs sortis des sables et maintenant accrochés, comme autant de "pins", au légendaire béhachélien.

N'était-ce notre joie déjà en partie gâchée par une mauvaise plaisanterie : la réédition d’un opuscule, en librairie depuis quelques semaines, écrit par des journalistes qui cherchent à se faire une célébrité en profitant de la notoriété de leur cible. Car ce que disent Jade Lindgaard et Xavier de La Porte, dans leur « B.A. BA du BHL » (La Découverte), n’est qu’un tissu de mensonges et de fourberies. 

Ils disent, en résumé, que Bernard-Henri Lévy porte beau : photogénique, il a le sens de la formule et semble toujours prêt à surgir dans votre poste de télévision pour dénoncer l’injustice et les nouvelles « barbaries ». En apparence, un démocrate militant, un intellectuel de gauche engagé, à la Sartre. Vous pensez peut-être qu’il est un philosophe courageux, prompt à réveiller les consciences endormies. Vous avez tort. BHL n’est ni philosophe, ni intellectuel influent, ni militant des sans-grade, ni journaliste chevronné.
 
Ils disent encore que c’est un excellent publiciste, une star des médias et un essayiste à succès. Et aussi un ami des grands patrons et des dirigeants politiques, à commencer par Nicolas Sarkozy. C'est que BHL propose une offre qui rencontre une demande : il fait le spectacle, produisant le grand récit hollywoodien du monde que les médias aiment relayer et que les pouvoirs chérissent, car il les protège du feu de la critique. Il a occupé le devant de la scène lors du déclenchement de la guerre en Libye et, au nom de l'ingérence humanitaire, se préoccupe de l'Iran et du Darfour.

Ils disent encore que sa défense des opprimés passe au second plan lorsqu'il s'agit d'Israël, dont il relaie la communication officielle. Et que son féminisme est à géométrie variable : il défend l'Irakienne Sakineh Mohammadi Ashtiani, menacée de lapidation, tout en décrétant par principe Dominique Strauss-Kahn innocent de l'accusation d'agression sexuelle portée contre lui.

À soixante ans passés, l'intellectuel est un cas plus intéressant que sa propre personne. Il incarne, selon eux, un mouvement qui le dépasse, mais dont il fut l'un des moteurs : la réinvention du pouvoir médiatique en illusion intellectuelle.

Il y a ainsi 276 pages d’élucubrations et de moqueries. Mais notre pauvre BHL n’en aura pas fini pour autant. Un autre brûlot, aussi injuste, est en préparation aux Etats Unis, rédigé par l’éditeur et militant altermondialiste Tareq Ali. Cet intellectuel d’origine pakistanaise, qui est aussi directeur éditorial de la maison d’édition londonienne Verso, a annoncé la sortie aux Etats Unis, après la Noël, d’un ouvrage au titre encore plus scandaleux : « The impostor" . Et pourtant, malgré tout ce qu’on pourra dire de lui, personne ne nous obligera à croire que BHL soit «  le symbole de l’intellectuel européen décadent, frivole et ridicule. »

 

Illustration de Mohr parue dans Bakchich 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Futuropolis