Metamag - Le magazine de l'esprit critique
Mardi 02 septembre 2014
Laissez vos commentaires
Entrez votre pseudo:
Entrez votre e-mail: 
Votre commentaire:


Nombre de commentaires pour cet article: 5

Par: barbajohan le 31/03/2012


Comme quoi la technique dite de « l’Incendie du Reichstag » fonctionne toujours ; tout le monde y tombe et y va de son couplet musulmophobe, complotophile, ou humanitaro-progressiste.Ce qui reste évident c’est que quel que soit le refrain choisit aucun des candidats à l’élection présidentielle n’a demandé une commission d’enquête ne serait-ce que parlementaire sur le sujet.micaelli le 30/03/2012QU'ATTENDENT les dirigeants " Français ? " pour créer des tribunaux de " Flagrant Délits" pour les  personnes ( françaises ou non ) de MENEES ANTI -REPUBLICAINE qui prononceraient la déchéance immédiate de la nationalité et le RETOUR IMMEDIAT dans le PAYS REVENDIQUE .. !Comme disait mon grand-père Nissart de souche : « Il en a qui prononcent des paroles qui à force doivent leur ôter le goût dans la bouche. »Nous ne demandons pas mieux ! Le problème à résoudre c’est si le pays revendiqué , comme la Corse, la Savoie, Nice, la Bretagne, le Pays Basque et la Catalogne restent sous domination française .                       
Dérapages

Par: micaelli le 30/03/2012


QU'ATTENDENT les dirigeants " Français ? " pour créer des tribunaux de " Flagrant Délits" pour les  personnes ( françaises ou non ) de MENEES ANTI -REPUBLICAINE qui prononceraient la déchéance immédiate de la nationalité et le RETOUR IMMEDIAT dans le PAYS REVENDIQUE .. !                          
Dérapages

Par: Robert41 le 29/03/2012


Votre analyse est juste, l’intervention du RAID, a un goût amer, dans son déroulement.Plus de trente heures pour en arriver à neutraliser le tueur s’est une réponse médiocre.Lors de leur toute première intervention, le RAID aurait du poursuivre la mission et non la reporter comme cela a été fait. C’est une erreur stratégique.Il me semble que c’est la première fois en France, où un tel « spectacle à l’américaine » ait été donné sur les chaînes abêtissantes de la redite.Je trouve cela minable.Ce genre d’opération se fait en huis-clos, hors des caméras, entre l’auteur et les forces d’intervention et surtout cela doit être rapide après les négociations avortées ou non tenues.Maintenant, en ce qui concerne les affidés et consorts du boucher, on devrait appliquer le retour au pays d’origine d’office, avec perte de la nationalité donnée et des droits acquis.Sinon, il ne faudra pas s’étonner de trouver encore , ce genre de prédateur, dans les années à venir.
Dérapages

Par: clignou le 26/03/2012


Avec le recul qui convient, on mesure nettement les conséquences du cirque de Villepinte :  Sarközy dépasse Hollande au premier tour. Puis non, c’est Hollande qui mène. Puis non, ils sont à égalité, mais en fait non. Pour le chômage, aucune incertitude : il augmente.
Dérapages

Par: Singuillaume le 26/03/2012


Je crois que l'erreur dans cette histoire a été l'ordre donné explicitement  de le prendre vivant. Ce qui a certainement limité les capacités d'action du RAID qui marchait alors sur des oeufs.Bien sûr, il ne s'agissait pas de donner la consigne de le " buter", mais il fallait laisser aux hommes sur le terrain le soin de décider . Cette consigne de le prendre vivant a eu comme conséquence de créer  pour certains , de toutes pièces, un héros, qui a résisté plus de trente heures à une centaine de policiers d'élite. Les " jeunes " les plus radicaux ont désormais leur Camerone.Une fois de plus les forces françaises de l'ordre ont subi un échec à cause des politiques et de l'intelligentsia politiquement correcte qui était prête à se déchaîner à la moindre bavure ( enfin ce qu'elle appelle bavure).
Dérapages

Accueil >> Dérapages
Mohamed Merah, héros des Islamistes - L’incontestable échec du RAID aura des conséquences

Mohamed Merah, héros des Islamistes


L’incontestable échec du RAID aura des conséquences




le
modifié le 26/03/2012 à 10:17h

On peut légitimement penser que l’action du RAID n’avait pas pour but de transformer le tueur de Toulouse en héros et martyr des Islamistes de nos banlieues. On peut donc qualifier l’opération menée contre Mohamed Merah d'échec, malgré les déclarations des responsables et la satisfaction  du président de la République. 
Il n’est pas question, à l'évidence, de mettre en cause le courage des hommes qui ont mis leur vie en jeu, ni de polémiquer politiquement, mais de faire un constat.  Ça ne s’est pas bien passé et les conséquences  en sont négatives.

Une manifestation de c...voilées
La manifestation, à Toulouse samedi, de quelques dizaines de jeunes adultes menés par quelques « c... voilées », selon l’expression d’un policier furieux de ne pouvoir intervenir virilement face à des filles plus excitées que les garçons, en est un exemple. L’impunité des participantes à cette provocation est d’ailleurs un signe évident que la fermeté, annoncée contre l’apologie de l’extrémisme et du terrorisme islamique par le chef de l’Etat, n’aura aucun effet.
Les circonstances de la mort de Mohamed Merah ne sont pas positives non plus pour les forces de sécurité. Selon les premiers éléments de l'autopsie,  révélés par Le Parisien, il aurait succombé à deux tirs mortels: l'un sur le côté gauche du front, l'autre sur son abdomen. Cependant, précise le quotidien, qui cite une source judiciaire, le corps avait reçu au moins vingt projectiles, essentiellement sur les bras et les jambes, avant d'être touché par les tirs mortels. 
Le procureur de la République de Paris, François Molins, avait indiqué que "l'examen du corps (montre) qu'il portait un gilet pare-balles sous lequel il portait une djellaba enfilée dans un pantalon blue jeans". "Les premières constatations permettent de confirmer toute la détermination de Merah et sa volonté d'en découdre avec les forces de l'ordre, quelles qu'en soient les conséquences, pour lui comme pour les policiers", avait encore dit le magistrat en charge de l'enquête.

François Molins
Christian Prouteau, le fondateur du Groupement d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), s'en est pris d’ailleurs à l'assaut du RAID à Toulouse. "Comment se fait-il que la meilleure unité de la police ne réussisse pas à arrêter un homme tout seul ?" demande l'ancien gendarme. Il critique la volonté de coincer Mohamed Merah chez lui. "On aurait pu lui tendre une souricière, attendre qu'il sorte et le coincer". Enfin, il ajoute : "Il fallait le bourrer de gaz lacrymogène. Il n'aurait pas tenu cinq minutes. Au lieu de ça, ils ont balancé des grenades à tour de bras. Résultat : ça a mis le forcené dans un état psychologique qui l'a incité à continuer sa "guerre".

Christian Prouteau, ancien du GIGN et et Amaury de Hauteclocque, du RAID : un début de polémique



Jean-Dominique Merchet, journaliste à Marianne, qui s'occupe des questions militaires depuis une vingtaine d'années, revient aussi sur les questions posées par l'opération : "Quelque chose s'est mal passé. D'un point de vue purement technique, cette opération s'apparente à un échec", avant de conclure "l'heure est déjà aux critiques dans le tout petit monde du contre-terrorisme".
C’est une évidence, pas une polémique
On peut déjà prédire d’ailleurs que "la djellaba sur le jean" sera la tenue vestimentaire à la mode dans nos banlieues. Quant à l’enseignante suspendue pour une minute de silence et méritant une paire de claques plus qu’autre chose, elle participe à un mouvement rendu possible par la complicité d’une certain presse, qui a du mal à considérer qu'un immigré de deuxième génération puisse être un salaud absolu.

Une preuve éclatante en est apportée par la lecture du Monde daté du dimanche-lundi 25/26 mars. Titre et articles nous mettent face à un épiphénomène d'une société malade plutôt que devant l'acte d'un extrémiste islamique. Tandis que, quelques pages plus loin, une enquête sur un autre tueur , celui d'Oslo, inverse le diagnostic. En d'autres termes, un fou d'Allah est forcément un marginal acculé par une société injuste, tandis qu'un fou islamophobe ne peut être, lui, que responsable comme dépositaire d'un extrémisme politique tordue à éradiquer. 
Qui peut dire, après ce parallèle biaisé et cette explication douteuse, qu'il n'y a pas de complicité objective des prétendues élites vis-à-vis de l’Islamisme, venant après leur aveuglement envers le stalinisme? Qui peut dire que cette complicité ne constitue pas un encouragement donné à une minorité, criminalisée politiquement par le fanatisme religieux, de défier un Etat faible et complaisant?
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Imprimer cet article
Envoyer à un ami
Dérapages