Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

En Guadeloupe, ça dérape de partout …

Guadeloupe Violences

En Guadeloupe, ça dérape de partout …

Les élus de Guadeloupe viennent de tirer la “sonnette d’alarme” sur la violence dans leur département, réclamant, dans une lettre ouverte au Premier ministre, des renforts de forces de l’ordre après le septième homicide depuis le début de l’année et une série d’agressions par armes à feu.

Á Saint-Martin, des violences ont affecté le lycée professionnel à l’intérieur de l’établissement. Les maires de Pointe-à-Pitre et de Sainte-Anne, Jacques Bangou et Christian Baptiste, membres du parti progressiste démocratique guadeloupéen (PPDG classé à gauche), ont expliqué, dans leur courrier vouloir “tirer la sonnette d’alarme dans une Guadeloupe gangrénée par la désagrégation de la cellule familiale, les faits de délinquance et la violence désormais ordinaire”. Ils ont oublié la drogue, les drogues dures comme la cocaïne et le crack.

Les maires demandent au Premier ministre “d’octroyer en urgence 70 postes permanents supplémentaires aux forces de sécurité”. Immédiatement, le syndicat majoritaire, Unité SGP Police FO, a répondu : “70 ? Insuffisant et un chiffre flou” poursuivant : «Nous évaluons à minimum 150, le nombre de policiers supplémentaires nécessaires». Effectivement, les commissariats de Basse-Terre et de Capesterre-Belle-Eau sont à la limite du nombre normal de fonctionnement. On se bat même pour les bons d’essence. Il est carrément impossible de déposer plainte après 18h00 ou le week-end.

Comme en France, les armes circulent de plus en plus sans réel contrôle. Un groupe de traitement local de la délinquance avec armes a d’ailleurs été mis en place et des conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance sont installés progressivement.

Depuis le début de l’année, sept homicides ont été commis en Guadeloupe après un record de 45 meurtres en 2015. Lundi, un jeune homme a ouvert le feu près d’un marché touchant deux personnes. Dans la nuit de jeudi à vendredi derniers, huit personnes ont été blessées par armes à feu en trois lieux de l’agglomération pointoise. ML.[17.3.2016]

Répondre