Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Front National : la ligne Marion se précise

Marion

Front National : la ligne Marion se précise

Télécharger en PDF et imprimer

Raoul Fougax ♦

Marine saisie par le doute sur la bonne stratégie du Fn

Il est de relatifs silences médiatiques qui en disent plus que des entretiens manipulés. On voit moins l’omniprésent hier encore Philippot et presque plus Marine Le Pen. Ces deux ont été saisis par un doute sur leur stratégie.

Le front républicain qui a transformé le succès des premiers tours des régionales en échec présidentiel a ébranlé Marine et son gourou. Ils savent bien que certains points du programme économique inquiètent les anciens qui n’aiment pas non plus le comportement d’une fille vis-à-vis d’un père. La personnalité de Philippot, sorte de bobo populiste, ne fait pas non plus l’unanimité, pas plus que la politique de purges à répétition.

france_le magFace à cette image brouillée la droiture plus ferme de Marion attire de plus en plus. Elle représente la jeunesse et la nouveauté, notamment auprès de la presse étrangère qui en ferait volontiers une Jeanne d’arc numérique. Face à la question de l’euro, elle parait plus pragmatique que la direction médiatique actuelle. Elle le dit dans un entretien choc au nouveau magazine national en ligne – remarquablement bien fait- « France Le Mag ».

Elle fait, pour le coup, savoir qu’elle fait partie des raisonnables, des modérés, bref qu’elle conteste la ligne Marine Le Pen-Philippot: «Il faut remettre l’euro là où il doit être. Il doit être vu comme un outil de l’économie et non comme le sujet majeur de notre programme économique. Ce n’est pas l’alpha et l’oméga des solutions».

Sur les alliances jugées indispensables maintenant pour arriver au but, elle pratique l’ouverture non pas vers les républicains mais vers les autres droites. C’est sa force. Ainsi est-elle devenue l’égérie du courant “catho tradi” tout en bénéficiant du soutien des “identitaires”, l’aile la plus extrême droitière du Front National. La députée tente de construire un corpus politique original, en opposition assez radicale avec celui de sa … tante.

Elle a tiré les leçons de sa déconvenue niçoise.

Marion Maréchal prétend avoir trouvé la solution: non pas s’allier à la droite républicaine, mais s’associer au plus vite avec des responsables de la droite républicaine. Et de citer des noms: l’influent député Les Républicains des Alpes Maritimes Éric Ciotti (un proche de Nicolas Sarkozy), un autre élu LR, Thierry Mariani, chef de file de la Droite Populaire , ou encore l’ultra gaulliste Henri Guaino, jadis conseiller spécial du président Sarkozy, aujourd’hui en rupture de ban. Et de citer, pour boucler le projet, les souverainistes Philippe de Villiers, Nicolas Dupont -Aignan et Jacques Myard.

Une démarche à laquelle Marine Le Pen s’est toujours refusée. Elle craint une rivalité pour la présidentielle, or la présidentielle pour Marion c’est comme pour l’euro un outil et pas l’alpha et l’omega.

Elle ne sera pas candidate à la présidentielle sauf imprévu, elle est de la génération des Valls et des Macron. Elle prépare avec prudence une mouvance élargie du Fn sans renier les fondamentaux historiques.

Elle fait presque le pari inverse de sa tante.

Il y aura un jour après la fille contre le père, la nièce contre la tante et cette fois ce sera peut être Marine l’archaïque.

  1. JEAN PN
    JEAN PN18 mars 2016

    C’est Marion qui a raison !
    Avec elle: VIVE LA FRANCE !!!

  2. Robert41
    Robert4121 mars 2016

    Comme disait Brassens : Qui fait la belle et qui vous attache … En tout cas, elle fait tourner les têtes. J’attendrai … comme aurait dit aussi Dalida ! – C’est pas le nombre de candidats qui m’inquiète c’est surtout le virage à prendre … avec quel conducteur ou conductrice ?

Répondre