Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

L’idéologie du réchauffisme : le plus grand scandale de notre époque

IFRAP

L’idéologie du réchauffisme : le plus grand scandale de notre époque

Télécharger en PDF et imprimer

Jean-Pierre Bardinet

Depuis plusieurs dizaines d’années, le GIEC, émanation de l’ONU (le Grand Machin selon le Général de Gaulle…) publie des rapports sur le réchauffement climatique.

Dans ses statuts, rédigés par l’UNEP (United Nations Environment Program), autre émanation de l’ONU, il est demandé au GIEC de travailler sur le “Réchauffement Climatique Anthropique” (RCA) : «  Évaluer sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation ». Donc, avant même que le GIEC n’ait commencé ses travaux, on lui impose LA SOLUTION : il y a réchauffement ET il est anthropique, ceci à l’opposé de toute démarche scientifique rationnelle.

Le GIEC n’est  PAS un organisme scientifique, mais une construction politique onusienne chargée de justifier une idéologie dont les origines proviennent des mouvements écologistes, souvent les plus radicaux.

Donc, par construction et sauf à prendre le risque de se saborder, les dirigeants du GIEC vont tout faire pour justifier cette proposition, et il n’est pas étonnant qu’ils aient toujours soigneusement écarté ou minimisé les observations gênantes, ou se soient s’appuyés sur des théories scientifiques douteuses comme, par exemple :

  • Le modèle obsolète d’effet de serre d’Arrhénius, réfuté par les physiciens de son époque, et que le GIEC a fort opportunément sorti de son chapeau,
  • Inventer un nouveau processus physique, le forçage radiatif avec rétroaction, qui a la propriété étonnante de violer la seconde loi de la thermodynamique…
  • Ou encore de postuler que la durée de vie du CO2 « anthropique » est de plus de 100 ans, alors qu’il est établi que, chaque année, un cinquième du CO2 de l’air est absorbé par la biosphère (végétation et océans) et renouvelé par dégazage des océans en zone tropicale et des sols. L’hypothèse que le CO2 « anthropique » aurait la propriété de rester dans l’atmosphère plus de 100 ans, car il serait «  marqué  » comme étant différent du CO2 d’origine naturelle, et donc devrait avoir un comportement spécifique («  exception  » du CO2…), est totalement absurde.

Le Groupe 1 (WG1), chargé de la partie scientifique, fait la synthèse des publications parues dans les revues scientifiques à comité de lecture. Le Groupe 2 (WG2) s’attache à identifier les conséquences du RCA, et le Groupe 3 (WG3) s’occupe des politiques d’adaptation et d’atténuation. Le GIEC n’est donc PAS un organisme scientifique, mais une construction politique onusienne chargée de justifier une idéologie dont les origines proviennent des mouvements écologistes, souvent les plus radicaux.

Une fois que le rapport scientifique est rédigé (compilation de nombre de publications judicieusement sélectionnées, parfois au mépris des propres règles de l’organisation- cf l’inclusion en 2007 du rapport Stern au-delà des dates limites de publication et de révision …), le résumé pour les décideurs (SPM) est préparé entre les dirigeants du GIEC et les représentants des gouvernements, sous la pression plus ou moins amicale des ONG environnementalistes. Il est négocié mot par mot, à la virgule près, selon les bonnes habitudes de l’ONU. De ce fait, le SPM gomme toutes les nuances, toutes les interrogations, tous les aveux de méconnaissance que l’on peut trouver à foison dans le rapport scientifique.

Il est pour le moins étrange que le résumé pour décideurs soit ainsi mis au point et validé par … les représentants des mêmes décideurs. Que dirait-on d’une société industrielle dont les dirigeants contrôleraient le rapport d’audit ? Puis, il est publié et présenté en grande pompe aux États, aux institutions internationales, et aux médias du monde entier pour qu’ils relayent aux peuples de toute la planète la vérité auto-proclamée ainsi établie.
Après ce faste clinquant et fort onéreux, les scientifiques, ou plus exactement la poignée de scientifiques activistes en charge de contrôler le processus, sont priés de mettre le rapport scientifique en conformité avec le SPM, lequel a force de Loi, et leur rapport final ainsi remis dans la Ligne du Parti est publié plusieurs mois après le SPM.

Jamais la science n’avait été ainsi encadrée (sauf lors du bolchevisme avec le lyssenkisme) et jamais son éthique la plus élémentaire n’avait été ainsi foulée aux pieds.

C’est ainsi que la propagande en faveur des thèses du GIEC est omniprésente, particulièrement en France, et que les médias, ayant perdu toute éthique professionnelle, font preuve d’un soutien inconditionnel au dogme du RCA (Réchauffement Climatique Anthropique). Les thèses du GIEC permettent ainsi de justifier les plans climat-énergie qui fleurissent comme pâquerettes au printemps dans les pays de l’UE, et qui ont pour conséquence le développement inconsidéré des EnR intermittentes, qui sont la pire des transitions énergétiques. Et toutes les politiques de l’UE (plans climat-énergie, taxes carbone, règlementations contraignantes, agrocarburants …) nous coûtent déjà très cher : les surcoûts de la loi de transition énergétique se montent à 23 Md€ en 2016, selon une analyse de l’IFRAP  et ce, pour des prunes.

En effet, supposons que les thèses du GIEC soient exactes. L’UE prévoit de réduire de 20% nos émissions de CO2 pour 2020, afin de sauver la Planète (au passage remarquons combien ce thème est mis en exergue partout, y compris dans la publicité commerciale, sans se préoccuper des humains, seulement des pauvres ours polaires…). La part de CO2 anthropique mesurée dans l’atmosphère est faible : 5% de 400 ppm, soit 20 ppm. La fraction d’origine européenne est de 11%, soit 11% de 5%=0,55 %. La réduire de 20% la fera donc passer de 0,55% à 0,45% en 2020. Et cela conduirait à un impact (selon le GIEC) de 20%*11%*5%=0,1%, donc une limitation du réchauffement de 0,001 à 0,006°C, ce qui est non mesurable.

Dépenser des centaines de milliards d’euros (1000 milliards d’euros pour l’Allemagne) au détriment des ménages et des entreprises pour un si piètre résultat risque de mener l’UE à sa ruine…

Illustration : dire la vérité aux Français, les changements proposés sont radicaux et très coûteux. Sont-ils utiles ?
  1. Franck
    Franck15 octobre 2016

    On veut empêcher les Pays en Développement à se développer comme tout le monde en exploitant leurs ressources pour ne pas faire monter le prix du pétrole, du gaz et du charbon. Si les PED s’autorisaient à utiliser leur ressources naturelles pour leur propre développement au lieu de les exporter au bénéfice des multinationales, les prix monteraient évidemment selon cette bonne vieille loi dite de l’offre et de la demande. Les petits écolos ne se rendent pas compte qu’ils sont les marionnettes des industries des pays développés. Plus grave ils contrarient le développement des Pays en Développement avec à la clé: la faim, les maladies, les migrations économiques. Bref ils roulent dans le sens totalement inverse à ce à quoi ils croient (pour ceux qui sont sincères…).Pire, ceux qui prônent cette politique en devinent les conséquences: ce sont les mêmes pour qui l’Europe est une zone tampon sans intérêt qui doit accueillir tous les migrants économiques qui le désirent.

    • Hans Kalimero
      Hans Kalimero18 octobre 2016

      Quel que soit l’enseigne du parti politique sensé la voix écologiste appelé “Verts” ou “Ecolos”, etc., tous ces partis à vocation de défense de la nature, il a été inventé et mis sur pieds à la Silicon Valley. Ainsi, ne faut-il pas s’étonner des contradictions apparentes entre buts à destination des masses et stratégie manipulatrice.

  2. Olivier
    Olivier18 octobre 2016

    “La part de CO2 anthropique mesurée dans l’atmosphère est faible : 5% de 400 ppm, soit 20 ppm. ”

    Source ?
    Alors oui, la manipulation est réelle, on prend comme prétexte n’importe quel sujet pour imposer toujours plus de contraintes pour les uns quand d’autre n’en ont pas.
    Par contre, qu’il y a un réchauffement climatique, comment peut-on encore le nier ? Vous pouvez sortir autant de chiffres et d’études que vous voudrez, pour le prouver, il suffit simplement de regarder du côté des espèces animales et végétales : c’est un fait que de nombreuses espèces remontent au nord, que ce soit les espèces de climats froids qui cherchent plus de fraicheur ou les espèces de climat chaud qui voient leur territoire s’étendre d’années en années.

    • jipebe29
      jipebe2920 mars 2017

      Source : le rapport AR5 du GIEC, page 471, figure 6.1 et aussi les analyses isotopiques.

  3. Rom73
    Rom736 novembre 2016

    Ah encore notre jipebe29 alias Jean-Pierre Bardinet.. http://sogeco31.blogspot.fr/2015/09/jean-pierre-bardinet-le-vrp-du-climato.html
    Quelle activité incroyable.. Tous ces blogs, articles, sur lesquels il faut intervenir et démontrer à tous ces moutons de panurge qu’ils ne sont rien que des imbéciles à écouter le GIEC qui les enfume.. Bon il y a une réponse quand même de chercheurs http://www.sauvonsleclimat.org/climat-22-contre-verites-qui-exasperent/
    Mais la science ne se débat pas sur les blogs, et encore moins avec des gens comme vous qui n’ont aucune compétence ou légitimité nécessaire pour en débattre (ingénieur ou non).. Je remarque jipebe29 que, cette fois-ci, vous n’avez pas pris la peine de vous auto-citer pour appuyer vos arguments! Bon sinon à part disserter pour rien, l’académie des sciences a tranché en 2010 http://www.academie-sciences.fr/fr/Rapports-ouvrages-avis-et-recommandations-de-l-Academie/le-changement-climatique.html. En attendant, allez leur présenter vos thèses , et arrêtez de nous polluer (je ne parle pas de CO2, puisqu’il vous obsède autant)…

    • jipebe29
      jipebe2917 novembre 2016

      La trumpitude va faucher en plein vol vos rêves d’apepte de l’écologisme/réchauffisme, et c’est bien fait pour vous…

  4. jipebe29
    jipebe2917 novembre 2016

    Et voici la contre-réponse à “sauvons le climat” : http://dropcanvas.com/ezr2a

    • albatros
      albatros22 novembre 2016

      Comme à l’accoutumée, Jean-Pierre Bardinet nous renvoie vers une liste d’inepties, et de données trafiquées ou mal interprétées . Tout cela fait partie du bagage standard des climatosceptiques mais il est trop long de répondre ici à tout ce fatras. Prenons deux exemples: (1) comment peut-on encore prétendre que les températures n’ont pas bougé depuis 1997 alors que les années récentes sont les plus chaudes jamais enregistrées et rejoignent la courbe lissée des projections du GIEC? (2) comment peut-on prétendre réfuter les arguments mille fois examinés de toute une communauté scientifique sur des concepts vaseux énoncés par des ingénieurs retraités ayant tout oublié de la science qu’ils ont appris il y a 50 ans? Par exemple, le document que cite Bardinet nous énonce pompeusement que la loi du corps noir (essentielle pour expliquer l’effet de serre) ne s’applique pas aux gaz. Dans ce cas, comment se fait-il que le soleil, gigantesque boule de gaz, nous envoie un rayonnement dont la distribution suit d’assez près cette fameuse loi?** Par ailleurs il existe, grâce à la spectrométrie, de nombreuses vérifications expérimentales de ce phénomène parfaitement établi.
      Cette pseudo-science, qui est celle de Trump, s’entourant aussi de créationnistes nous disant que la Terre a été crée il a 6000 ans, est en réalité une négation de la raison et le prétexte à l’irresponsabilité. Il est assez probable que dans un siècle ou deux nos descendants qualifient cette inconscience de criminelle.
      ** Il est vrai qu’on trouve aussi parmi les climatosceptiques quelques huluberlus qui prétendent que le soleil est liquide. Et pourquoi pas fait de charbon en feu?

    • albatros
      albatros22 novembre 2016

      L’argument principal de Bardinet dans ce billet, à savoir que le CO2 est à 5% anthropique est fondé sur un raisonnement faux qui consiste à faire une simple règle de trois concernant les isotopologues sur la seule atmosphère. Or on doit tenir compte des échanges rapides avec la biosphère et l’océan pour faire un bilan quantitatif qui s’avère non linéaire. Cela est connu depuis plus de 40 ans sauf des scientifiques du dimanche. Cela n’est pas explicable en trois lignes mais on peut consulter par exemple Tans (Tellus, 1980, 32, 464), Stuver et al. (J. Geophys. Res., 1984, 89, D7, 11731) ou Oeschger et al. (Tellus, 1975, 27, 168) qui sont des articles classiques sur ces questions.
      En réalité, le changement des rapports isotopiques des isotopes stables du carbone C13/C12 sont compatibles avec l’estimation de l’injection de carbone fossile depuis le début de l’ère industrielle. On peut aussi faire la remarque qualitative suivante: si le carbone atmosphérique venait de l’océan comme le prétendent les zozos, ce rapport augmenterait dans l’atmosphère, alors qu’il ne fait que diminuer. Par ailleurs, il y a aussi un isotope instable du carbone C14 qui lui est absent des fluides fossiles. On trouve là aussi que son taux a diminué dans l’atmosphère dans les proportions impliquées par l’apport de carbone fossile. Enfin on a aussi montré depuis quelques années que l’oxygène atmosphérique a lui aussi diminué (très légèrement mais c’est mesurable) dans les proportions impliquées par la combustion du carbone fossile. Tout cela fait qu’il n’y a pas l’ombre d’un doute actuellement que la croissance récente du carbone atmosphérique qui a été très stable au cours des 800000 dernières années est entièrement due à l’action anthropique.

      En ce qui concerne les autres affirmations “scientifiques” de Bardinet:
      – l’incompatibilité de l’effet de serre avec la thermodynamique est une imbécilité. C’est fondé sur un papier de deux allemands publié dans une de ces sous-revues ou on imprime n’importe quoi et que personne de sérieux ne lit et qui a été réfuté de A à Z. S’il n’existait pas d’effet de serre, d’où vient le rayonnement infra-rouge provenant du ciel jour et nuit qu’on peut très facilement mesurer depuis le sol et qu’est ce qui peut empêcher le sol de l’absorber? Qu’est ce qui fait aussi que au dessus de l’atmosphère, les radiomètres placés en orbite mesurent un rayonnement sortant plus faible que ce qui sortirait en l’absence d’atmosphère parce que l’émission a lieu depuis des couches en altitude bien plus froides que la surface? L’effet de serre existe et est expérimentalement prouvé.
      – personne n’a jamais dit qu’une molécule de CO2 résidait un siècle dans l’atmosphère. Ce qui est dit est qu’il y a trois réservoirs de CO2, l’atmosphère, la biosphère et l’océan superficiel qui échangent rapidement entre eux (sur un cycle de quelques années) et dont le contenu augmente sous l’apport du carbone fossile. Il y a un quatrième réservoir, l’océan profond, qui échange lentement avec l’océan superficiel sur un cycle de plusieurs siècles et des dépôts dans les sédiments avec un flux entrant de l’ordre de 0,2 GT par an, ce qui compense à peu près les apports volcaniques. Cela signifie que même si la Nature double son effort, il faut de l’ordre de 30 ans pour se débarrasser des 7 GT que nous ajoutons chaque année dans le système. Même si nous arrêtons d’émettre aujourd’hui, il faudra plusieurs siècles pour éliminer des réservoirs superficiels le carbone que nous avons ajouté et chaque nouvelle année d’émission accroît cette durée de quelques décennies. Voilà pourquoi il ne fait pas attendre pour agir.

      Pour ce qui est du rapport du GIEC, il fait l’état des connaissances et le document I, qui en est la base scientifique, est fondé uniquement sur des travaux publiés et rédigé entièrement par des scientifiques y compris le résumé pour les décideurs (le SPM) qui a été adopté sans pratiquement changer une virgule par les délégués de l’ONU (même si cette cérémonie est effectivement un peu ridicule). Ce document contient une synthèse des incertitudes contrairement au mensonge de Bardinet. Cela est accessible en version française sur le site http://www.ipcc.ch/report/ar5/syr/index_fr.shtml . On peut également lire le résumé technique de 50 pages (en anglais) qui est plus détaillé .

  5. Rom73
    Rom732 décembre 2016

    Jean-Pierre Bardinet interrogé par France Inter!! Merci Guillaume Meurice pour ce grand moment. Et puis merci à Jean-Pierre, même si malheureusement, à ses dépends..
    https://www.franceinter.fr/emissions/le-moment-meurice/le-moment-meurice-02-decembre-2016
    à la 32 ème minute!

Répondre