Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Route solaire : quel couscous !

Route Solaire

Route solaire : quel couscous !

Michel Gay ♦

Notre ministère de l’écologie pédale dans la semoule. Quel est l’intérêt de dépenser cinq millions d’euros d’argent public pour rouler pendant un kilomètre sur 2800 m2 de panneaux solaires posés sur une route ?

Serait-ce moins cher que d’installer ces coûteux panneaux inutiles sur des toits et dans des champs ? Le mètre carré de panneau solaire « futuriste » sur route revient à près de… 1800 € ! Le futur radieux sous le soleil sera ruineux ou ne sera pas…

Le rendement est-il meilleur ? Les deux couches de revêtement “de nouvelle génération” ajoutées sur le dessus des panneaux pour résister à l’écrasement devraient diminuer leur capacité de production (déjà faible à l’horizontale et intermittente). Curieusement, personne ne semble s’en inquiéter. Sauf, et c’est paradoxal, la représentante d’une association de soutien à l’énergie solaire (Hespul) sur France-info le 22 décembre.

Notre ministre de l’environnement qualifie même cette prouesse technique réalisée en Normandie de “gap technologique”. Quel exploit !
Mais qu’y a t-il donc dans la tête de nos brillants dirigeants politiques pour développer cette monumentale absurdité ? Des mauvaises langues disent qu’il y a un pois chiche…

Ségolène Royal a déclaré sur France Inter: «Il y a à la fois des routes à faire et de l’énergie et ça prouve que la France peut être à l’avant garde». Pour investir dans des bêtises avant les autres ?  Elle a aussi ajouté : «Je suis sûre qu’un jour on pourra rouler sur une route solaire avec des voitures électriques qui se rechargeront en roulant sur la route solaire». Notre sémillante ministre n’est plus à une “boulette” près.

Y aurait-il quelqu’un dans un ministère pour lui susurrer à l’oreille que le soleil est une énergie diffuse et intermittente ? Diffuse parce que chaque mètre carré restitue environ 100 watts à midi en été, quand il y a du soleil, (une voiture moyenne a besoin d’une puissance de 20 000 watts à 80 000 watts), et que ces panneaux fonctionnent à pleine puissance moins de 1500 heures par an (sur 8760 heures dans une année). Les voitures électriques ne vont pas rouler souvent.

Le même jour Madame Royal a indiqué que “depuis le 1er janvier 2015 et la Cop21, la France a investi un milliard d’euros dans le photovoltaïque, représentant 6 000 emplois”. Ce qui fait presque 170 000 euros de subventions publiques par emploi. Pourvu qu’ils soient durables…

Pour faire un couscous, il faut au moins des pois chiches et de la semoule. Avec notre Ministre de l’écologie, les Français ont même droit à des boulettes. Un vrai couscous royal !

  1. Robert41
    Robert4113 janvier 2017

    S’il est connu que nous sommes toujours le con de quelqu’un, il y a quand-même des connes qui dépassent l’entendement ; même, si elles se font appelées royales. Dépenser cinq millions d’euros en Normandie, pour 1 km de route verglacée de panneaux solaires, dans un sens de circulation, c’est l’absurdité absolue d’une narcissique qui joue au Professeur Tournesol. – Pendant qu’on y est, on aurait pu lui souffler que les véhicules en circulation, doivent être équipés de panneaux solaires voir de minis capteurs éoliens pour recharger l’allume-cigare … Cette providence ingérable a mis la région Poitou-Charentes en faillite ; voir en banqueroute, si la grande région Aquitaine (Aquitaine-Limousin et Poitou-Charentes) n’avait pas pris naissance à temps pour en essuyer les plâtres. Son abandon précipité de la gestion Poitou-Charentes pour un poste ministériel, tombe à-pic pour superviser de Paris ceux qu’ici-bas on découvre avec stupéfaction : – Des chiffres comme 132 millions d’euros de retards de paiement, 56 millions d’emprunts toxiques à haut risque, 46 millions d’euros à risque, ont déclenché audits et enquêtes. Nerveuse la donzelle, comme tout ces socialistes pris la main dans le sac ou les yeux dans les yeux, elle peste de plainte contre-qui dénonce des choses irrégulières. Voilà encore une énième royalité de cette madame sans-gêne qui n’est pas sans rappeler François, un couple de fonctionnaires qui a voulu grandir de grandeur par imitation et utopies.

  2. Garagix
    Garagix14 janvier 2017

    Je ne connais pas précisément la disposition des panneaux, mais si les véhicules roulent dessus, elles feront écran au soleil. Avec une circulation dense, cela ajoutera à l’intermittence, à moins de les installer oú personne ne roule …

Répondre