Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

En Europe comme au Mexique, un complot contre les peuples

Guerre Peuple

En Europe comme au Mexique, un complot contre les peuples

Auran Derien, universitaire ♦

Il y a quelques années, en 2010, furent publiés au Mexique quelques articles présentant un plan d’éradication de la souveraineté mexicaine, et d’annexion directe du pays par la finance mondialiste. L’intérêt de les présenter au public français réside dans leur parfaite explication des réformes structurelles prises par l’oligarchie mexicaine depuis que le Président Peña Nieto fut se prosterner à Davos afin d’être choisi. De plus, nous y trouvons exactement les idées que la global-invasion applique en Europe en général et en France en particulier. Nous avons sélectionné deux axes qui se correspondent d’une zone à l’autre.

1. Des mexico-américains gouverneront le pays

Le plan prévoit qu’en 2030, Mexico sera dirigé par des “mexicano-méricains” . Le processus aura fonctionné de la même manière en Europe. La France sera dirigée par des “franco-américains”, “maghrebo-franco-américains”, “africano-franco-américains”. La livraison complète du pays aux intérêts des congrégations multinationales porte sur les aspects politico-économiques, gouvernementaux et militaires. Des postes de responsabilités seront confiés aux “x-américains”.

L’intégration s’effectue par étapes et commence toujours par les secteurs financiers, commerciaux ainsi que les politiques publiques. Le pays devient un actionnaire associé, selon un schéma néo-colonial. Il ne se développe pas au profit de la population mais au service du centre globalitaire. Le pays produit ce que lui autorise le soviet suprême et les congrégations multinationales ont tous les droits contre les nationaux qui perdent les leurs.

Le projet 2030 prévoit que le Mexique soit un élément déstructuré qui s’intègre dans un ensemble plus vaste, l’Amérique du Nord, le processus avançant au moyen d’institutions communes et de politiques coordonnées. L’essentiel repose sur l’armée et la police qui prennent leurs ordres auprès des affidés des USA. Ce qui rend possible la destruction définitive des pays est mis en place à travers l’installation de colonies de peuplement, la déportation d’autochtones, le commerce de toute substance et de tout bétail humain. Enfin, les investissements sélectionnés ouvrent le droit au racket des petites et moyennes entreprises locales grâce au contrôle de la bourse.

L’annexion des colonies, depuis l’exemple donné par les  britanniques en Inde, en Chine, au Canada, etc. passe par le contrôle de l’armée du pays soumis, la mainmise sur sa police, et une propagande niaise pour affirmer qu’ils demeurent indépendants. Mexico, comme l’Europe, ressemble de plus en plus à Porto Rico, colonie dont les maîtres du mensonge disent que c’est un Etat indépendant associé….
.
L’annexion militaire

Dans le plan Mexique 2030, le chapitre sur la démocratie et la politique extérieure responsable explique que l’armée et la marine participeront à des conflits internationaux. On retrouve les mêmes horreurs en Allemagne et en France où Angéla Merkel et François Hollande servent les intérêts du “monde de la finance”. Mexico doit fournir des soldats, chair à canon pour les criminels de Wall Street, tout comme l’Europe a été récemment chargée de tuer Kadhafi, a reçu l’ordre de génocider les peuples autochtones pour laisser la place aux protégés des mafias globalitaires.

L’annexion militaire, ici ou là, repose sur une logique déjà bien rodée. Les bases installées par la tyrannie globale sont déterminantes pour contrôler un territoire extérieur, de même que le mur entre USA et Mexico permet de maintenir au Mexique les populations dont l’absolutisme occidentiste ne veut pas. Ainsi, les USA ont déjà obtenu que leurs forces armées puissent intervenir sur le territoire canadien sans en informer le Congrès local ou le Premier Ministre, ce qu’ils souhaitent obtenir aussi de la part du Mexique et de leurs autres esclaves européens.

2. La vente des richesses (2)

Tout doit être livré au Privé. Rien de “commun”, de collectif, de national ne doit subsister.

Au Mexique, le projet prévoit de vendre les territoires côtiers ainsi que les zones intérieures classées réserves de la biosphère. La manigance est clairement exposée. La première phase consiste à créer des réserves. Puis, celles-ci sont privatisées par le biais d’une structure appelée “Unidades de Manejo para la Conservación de la Vida Silvestre” (UMA) laquelle reçoit des contributions privées et internationales. Ainsi, en deux décennies la moitié du territoire mexicain sera considérée comme zone naturelle protégée et son exploitation sera menée à bien par des organisation privées. Les congrégations multinationales deviennent propriétaires de tout: l’eau, les minerais, les espèces végétales, les forêts….Le trafic bat des records: déforestation, changement d’usage du sol, développement touristique anarchique, commerce d’espèces rares,…

Evidemment, les spécialistes  du mensonge  affirment que le développement soutenable est l’avenir de l’humanité puisqu’il protége les peuples et communautés installées dans les zones protégées. La réalité n’a rien à voir. Les peuples autochtones sont dépouillés. On ne les consulte jamais sur les activités développées. Le tourisme de masse détruit tout.

Les deux exemples enseignent sur la méthodologie du monde globalitaire. Le projet Mexico 2030 adapte une politique générale à un pays particulier, sans modifier grand chose d’ailleurs puisque les obsessions  de la global-invasion sont connues depuis la guerre de 1914, lorsque les banksters ont financé les  bolchéviques et commencé à endetter et corrompre le personnel politique européen.

En un siècle l’horreur a empiré mais les serfs au service de l’inhumanité globalitaire ont prospéré. Il nous a suffi d’écouter François Fillon et Alain Juppé pour le constater.

Illustration tirée de l’ouvrage Les peuples du monde – 1001 photos de Collectif (Auteur), Relié , Solar éditeur.

.

Répondre