Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Le Pen -Jean Marie- à la Maison Blanche. Marine annonce une contagion populiste européenne

Marine Forbach

Le Pen -Jean Marie- à la Maison Blanche. Marine annonce une contagion populiste européenne

Jean Bonnevey ♦

Donald  Trump, c’est la version américaine de Jean-Marie Le Pen, en moins cultivé donc et en plus primaire.

Mais c’est bien la fierté nationale qui est au pouvoir. La preuve c’est qu’il a les mêmes ennemis. L’oligarchie financière internationale qu’il connait mieux que quiconque, l’islam politique, le féminisme gauchiste, les gauchistes, les minorités activistes, ceux qui haïssent la civilisation de l’homme blanc hétérosexuel – homosexuels militants et sexes d’un autre genre. C’est le retour de la fierté nationale contre les fiertés communautaristes ou nombrilistes et même plus bas si affinités.

Sa victoire est démocratique, pacifique

Tout est donc encore possible sans guerre raciale ou religieuse quand la majorité retrouve le chemin de la lucidité identitaire. Il est donc encore temps puisque nous sommes encore majoritaires chez nous, mais juste à temps.

Cette victoire prouve aussi que l’alignement sur l’adversaire au nom de la dédiabolisation est un leurre, ne sert à rien et même peut porter tort.
Il est encore temps pour Marine Le Pen de tirer pour la France et pour l’Europe toutes les conséquences de la victoire de son père “made in Usa”.
Au lendemain de l’investiture de Donald Trump, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a retrouvé samedi en Allemagne des dirigeants de partis de droite extrême et populistes européens, pour tenter d’afficher un front uni avant plusieurs scrutins cruciaux. Cette réunion, présentée par ses organisateurs comme un « contre-sommet » européen, illustre, après les victoires de Donald Trump et du Brexit, les ambitions de ces courants politiques avant des élections législatives aux Pays-Bas mi-mars, présidentielles en France en avril-mai, et législatives en Allemagne fin septembre.

Ces droites extrêmes et populistes espèrent des scores records avec les thèmes qui les rapprochent : rejet de l’immigration, de l’islam, des élites et de l’Europe. « Le but, c’est précisément de poser les contours de l’Europe de demain, (…) qui va remplacer ce système monstrueux qu’est devenu l’Union européenne », a indiqué Marine Le Pen vendredi à la radio française Radio Classique.

Pour gagner en France il lui faudra cependant éclaircir sa ligne et la faire évoluer. Une majorité de sympathisants du Front national préfère Marion Maréchal-Le Pen à Florian Philippot dans le débat feutré sur la ligne politique qui oppose les deux dirigeants du parti d’extrême droite, selon un sondage publié jeudi. D’après cette enquête de l’Ifop pour Le Figaro, 52% des sympathisants disent se sentir plus proches des idées et des valeurs défendues par la députée du Vaucluse, libérale en économie et conservatrice sur les sujets sociétaux. Moins d’un tiers d’entre eux (29%) expriment une préférence pour le bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, dont les orientations plus étatistes tranchent avec une certaine tradition au FN, et 19% ne choisissent pas entre les deux. L’écart est plus net encore chez les plus jeunes : 62% des sympathisants de moins de 35 ans penchent pour la nièce de la présidente du FN, elle-même âgée de 27 ans.

«Le Front national n’est pas une secte, il peut y avoir des débats à l’intérieur», dit à Reuters David Rachline, directeur de la campagne présidentielle. «L’essentiel, c’est que les questions soient tranchées et que, une fois que c’est tranché, tout le monde soit derrière la ligne politique  choisie

La candidate à la présidentielle, craignant les effets potentiellement dévastateurs pour sa campagne, a appelé à la fin des “chicayas”. Mais ce sont des “chicayas” ou des problèmes de fond ?

Marine aurait sans doute voté Trump, Marion aussi mais Philippot… pas si sûr.

Illustration : Marine Le Pen en déplacement à Forbach, en Moselle, pour visiter la société Fermap.
  1. Citoyen en colère
    Citoyen en colère23 janvier 2017

    On se prend à rêver et à y croire. Malheureusement Mme Le Pen nous impatiente un peu en ne faisant toujours pas véritablement campagne et je ne comprends pas qu’elle ne prenne pas plus position ayant une autoroute qui s’ouvre devant elle. me Philippot est un politicien rusé qui est venu noyauter ce parti et lui même manque cruellement de courage.
    Aussi vous dire que je trouve vos articles passionnants et suis heureux de suivre vos publications et de bénéficier de vos analyses éclairées sur des sujets aussi variés.

    • LE GALL
      LE GALL28 janvier 2017

      @citoyen, arrêtez de la ^rendre pour une conne !
      Le seul reproche que je lui ferais est de ne pas saluer au début et à la fin de ses discours à l’étranger, les natios dans la langue du pays…

  2. Guy Lieutaud
    Guy Lieutaud23 janvier 2017

    Trump envisage du protectionnisme, des taxes aux frontières, des grands travaux… pas si loin de la ligne fillipot non?

  3. Robert41
    Robert4124 janvier 2017

    Il n’y a pas de modèle heureux mais celui qui me semble le plus juste, c’est celui du bon sens et de la raison. Comme quoi ce qui nous paraît évident n’est pas toujours compris. L’évidence ne suffit pas c’est même soupçonneux le plus souvent.

Répondre