Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Benoit Hamon : le PS irréformable, la preuve par la primaire

Benoit Hamon

Benoit Hamon : le PS irréformable, la preuve par la primaire

Télécharger en PDF et imprimer

Raoul Fougax ♦

Le succès de Benoit Hamon est une bonne nouvelle pour Macron.

Hamon en tête au premier tour, c’est Hollande et Valls désavoués. Sauf énorme surprise, le candidat de ” La belle alliance populaire” sera un candidat du PS idéologique.

Benoit Hamon, le temps des vendanges

Benoit Hamon, le temps des vendanges.

La tentative d’un virage pragmatique vers les réalités a été sanctionnée. Cela s’explique en raison de l échec complet de Manuel Valls et du bilan. Si François Hollande avait réussi, il n’aurait pas renoncé. Mais cela s’explique surtout par le fait que les votants, relativement peu nombreux à la primaire, sont des militants qui ne veulent rien abandonner de leurs vieilles lunes gauchardes sinon gauchistes. Ce sont les conservateurs réactionnaires du PS d’avant qui l’ont emporté. Ceux qui veulent en gros donner tout à tout le monde en incluant les étrangers et clandestins, sans que personne n’ait rien à faire. La France paiera car elle doit être généreuse pour se faire pardonner d’avoir été puissante.
Ce Ps n’a aucune chance de gagner une élection présidentielle et il est, même aux législatives, menacé de disparition. La victoire annoncée d’Hamon est une gifle pour Valls mais une excellente nouvelle pour Macron. En effet un certain nombre de socialistes vont juger l’aventure Hamon perdue et vont tenter de se sauver en rejoignant l’alternative Macron. La bulle après cette primaire devient une planche de salut.

Pour Jean-Luc Mélenchon, c’est moins bon car Hamon peut avoir un discours proche du sien. Il n’est cependant pas très inquiet. Il pense qu’Hamon sans aucune chance, sera marginalisé ou même renoncera. Du coté de Macron on laisse même entendre qu’Hamon pourrait se désister pour le candidat de «  en marche ».

Le temps de la fronde

Le temps de la fronde

Pour la presse étrangère, l’avance d’Hamon constitue une surprise, même si l’ancien ministre avait “déjà gagné la bataille des idées”. «Benoît Hamon était donné vainqueur sur le plan des idées, avance la Tribune de GenèveSon revenu universel avait monopolisé les débats. Chacun se demandait si cette percée médiatique allait se concrétiser dans les urnes. De toute évidence, c’est le cas.» Pour Le Temps, «l’alternative Benoît Hamon constituait “la principale surprise” possible de ce premier tour». Ce résultat “inflige un coup à Manuel Valls”, assure The Financial Times, pour qui «cette issue va probablement intensifier les divisions au sein du Parti socialiste, qui se déchire autour du tournant pro-business du président François Hollande et se débat pour empêcher une défaite humiliante à l’élection présidentielle».

Arnaud Montebourg n’a recueilli que 18,56% des suffrages mais a appelé très rapidement à voter pour Benoît Hamon. Une hypothèse évoquée par le quotidien italien La Repubblica, qui parlait d’un résultat “à la Jeremy Corbyn”, comme au Royaume-Uni, “avec la prédominance d’une gauche radicale et utopiste sur les réformistes modérés”.

La gauche radicale et utopiste a coûté à la France, sa disparition annoncée, malgré la mobilisation de son électorat, ne fera pas de peine. On peut cependant regretter que cela puisse profiter à une créature du mondialisme et du libéralisme. Mais il y a heureusement d’autres choix pour les électeurs à la future présidentielle.

  1. Robert41
    Robert4124 janvier 2017

    Il y a un certain Macron, au rictus ravageur qui lui jubile de ces divisions partisanes. Pour lui, c’est clair, il n’y a ni gauche ni droite. Ce qui est vrai ; puisque la gauche comme la droite, ne martèlent plus un sens politique. Elles se fascinent entre-elles, d’une consanguinité idéologique, aux ordres festifs d’une aristocratie d’argent. Cette dernière y veille comme avec le candidat Macron adulé médiatiquement et visible partout. La politique française est rentrée d’elle-même, dans un huis-clos sartrien. Une impasse existentielle qui la conduit à petit pas au suicide. Sa seule réponse, c’est la servitude à l’emprise d’un système ordonnateur, qui joue avec sa pusillanimité et jouit de ses trahisons. Ce système opaque, pratiquement divin, organise un retour des jeux du cirque. Il pousse parce qu’il en a besoin, à une guerre franco-française. Ce modus électif transplanté chez les malgré-nous du mondialisme est une escroquerie. Elle permet manipulations, trahisons et dépendance tout en s’agenouillant dans un éternel pardon de fautes historiques inexpiables,sans rémission du péché. Même le Christ, n’avait pas osé cette éternité accusatoire … La politique française est gravement contaminée car cela est visible maintenant ; au point que ceux qui osent lever la tête, se voient suspectés comme une renaissance de la maladie brune, qui prend racines disent-ils dans le souverainiste, la religion, les traditions, les frontières et même la famille qui en est le dernier bastion.Seul l’individu compte. Il doit être éclairé dit-on ? Mais par qui ? Une exacerbation symptomatique d’un système de pensée indépassable, nourrit l’oisiveté et pénalise le travail. Qui n’entend-pas ces minarets médiatiques au langage conformiste, accusateurs publics et laveurs de cerveaux adulant fausses-libertés et consumérisme. Une destruction civilisationnelle de la personne humaine est engagée ; cela passe par le formatage de ceux, qui n’ont d’autres choix que de se soumettre à un nomadisme et à une colonisation content ou pas. Ce qui rassemblait notre Peuple, par des valeurs et vertus communes, s’est transformé en matières jetables. I n’y a plus de différence entre l’objet et l’individu, tout est jetable économiquement. Alors le Peuple se voit dévalué, insulté, humilié, condamné à une schizophrénie sociétale qui enferme et tue réalité et vérité dans un monde artificiel. Même celui qui criait fortement contre l’injustice, se censure de lui-même ou se laisse acheter. Il est seul face à son miroir existentiel, puisque ceux qui devraient partager sa complainte, se sont censurés aussi. Toute la politique française sait cela mais, elle persiste par lâcheté à s’emmurer dans un viatique attentiste d’une vie privilégiée, comme une grande partie de français le sont et ne veulent pas non plus que cela change. Osez proposer une équité entre public et privé c’est impossible. Alors ils se satisfont d’une iniquité sociale et tant pis pour les autres. Ce qui implique une réponse inquiétante ; celle de l’indifférence politique. Elle grandit graduellement depuis des décennies, à raison de problèmes urgents, non traités et reportés aux Suivants … L’Europe nous a donné le ton avec cette supercherie représentative de technocrates européens qui se soumettent à des pressions de lobbies par corruption. Même notre représentation politique nationale est falsifiée de sa vraie réalité spécifique dans les Chambres et de ces élus découverts la main dans le sac. L’exemple de Trump est un cas d’espèce. Il est légitimé par un vote démocratique et aussitôt se voit disqualifié et condamné, sans même avoir consommé son mandat. Il y a bien une manipulation de l’opinion par des malveillants qui instrumentalisent les médias, un communautarisme revanchard et toutes excentricités sexuelles admises. Tous et toutes ne pensent qu’à eux-mêmes. Ils vivent leur vie et omettent celle des autres. Tout le mal que nous subissons vient de ce flux mondial de l’information qui envenime la liberté de droits sans devoirs de réciprocité. Nous sommes dans les bras d’une dictature d’argent. La même, qui instrumentalise notre politique nationale et qui, à travers Macron, s’imposera de facto à la Gauche et à la Présidentielle, par le consensus d’une Droite et d’un Centre amovibles face à Marine Lepen.

Répondre