Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

L’accueil des immigrants : de curieuses disparités

Immigration

L’accueil des immigrants : de curieuses disparités

Bernard Plouvier, auteur, essayiste ♦

Donald Trump vient à peine de succéder à Barack  Obama que tombent un chiffre et un décret, tout aussi étonnants l’un que l’autre.

C’est au fruit qu’on juge l’arbre. Les faits, soit les fruits de sa politique, autorisent l’observateur à considérer le premier Président de couleur des USA comme étant le dangereux apprenti-sorcier qui a déchaîné la violence islamiste en Afrique noire et maghrébine, au Proche- et au Moyen-Orient, en pays touraniens, en Europe envahie. Soit, il fut un exceptionnel crétin, soit il fut un authentique agent de propagation de l’islam djihadiste.

Or, il a mené sa politique, désastreuse pour l’Occident, de façon très habile aux USA. De 2010 à 2013, n’auraient été autorisés à y entrer et à y résider que 300 000 musulmans, soit le tiers de ce que l’Allemagne de la Chancelière  a officiellement accueilli, pour la seule année 2015 (soit 1,1 million)… et l’on sait qu’un supplément de 800 000 réfugiés y est illégalement entré, en 2015-2016.

Obama, fort regretté par ses employeurs du système globalo-mondialiste qui hurlent leur haine à l’encontre de son successeur très démocratiquement élu, fut un agent sournois, mais très efficace, du pourrissement des sociétés d’Europe occidentale et scandinave, échouant totalement dans les pays d’Europe balkanique, où un demi-millénaire d’exactions turques a détourné les peuples autochtones de toute idée de coopération avec les mahométans.

La France étant quatre fois moins peuplée que les USA, il serait logique que les politiciens qui ont tant admiré l’œuvre d’Obama renvoient dans leurs continents d’origine tous les immigrés des années 2010-13, au-delà du chiffre de 75 000… et comme les Français sont réputés pour leur sens de la logique, il serait souhaitable d’effectuer une autre soustraction légitime et de joindre à ce retour à l’envoyeur autant d’immigrés en âge de travailler qu’il y a de chômeurs autochtones en France.

Idem, l’on doit renvoyer dans leurs continents d’origine toutes les familles des criminels et délinquants issus du milieu des immigrés. Idem pour les réfugiés politiques qui font de l’agitation politique, ce qui est interdit par le statut de réfugié, ou qui s’adonnent à la propagande en faveur de l’islam sectaire, conquérant, djihadiste, ce qui est interdit par la loi de séparation des cultes et de l’État (par son article 3).

Le décret Trump, qui fait hurler  la coalition disparate de ses ennemis, porte sur l’interdiction temporaire d’entrée aux USA de natifs de 7 pays où la majorité de la population est mahométane : Iran, Irak, Syrie, Soudan, Libye, Somalie et Yémen… il y en a pour tous les goûts : du sunnite, du chiite, de l’alaouite. Curieusement, on ne relève dans cette liste ni la Turquie, ni l’Afghanistan, ni aucun des pays d’Afrique occidentale ou équatoriale (Mali, Tchad, Nigeria) où existe une très forte activité djihadiste. Le décret pourrait donc être secondairement étendu.

Imitons Trump et Obama en limitant de façon draconienne toute immigration d’origine extra- européenne. Dépassons même leurs objectifs et organisons le renvoi en masse, vers l’envoyeur, des envahisseurs illégaux, dépourvus de travail, délinquants et criminels.

Il existe une solution politique hautement légale pour justifier cette décision : prendre l’avis de la Nation, ce qui semble s’imposer sur un tel sujet. Aucune mesure politique n’est plus démocratique que d’interroger, par voie référendaire, le seul souverain légitime de l’État : la Nation. Il est vrai que les  médias et ceux qui s’agitent dans les assemblées considèrent qu’il s’agit d’une mesure populiste. Ils ont raison !

PlouvierBernard Plouvier est l’auteur de Le populisme ou la nouvelle Démocratie récemment paru aux éditions Synthèses .

Illustration : signature des premiers décret “Faire ce que l’on dit”.

Répondre