Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Les collabos de la diversité

Diversity

Les collabos de la diversité

Télécharger en PDF et imprimer

Mémona Hintermann, conseillère en charge de la diversité au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel  passe son temps à déclarer que les extra-Européens « sont les moins représentés dans les programmes d’information » (11 % en 2016) qui « devraient refléter justement la diversité de la société française ».

Elle relève que les fictions américaines et européennes accordent à ces personnes une place « significativement plus importante » que les fictions françaises. Dans celles-ci, les « attitudes négatives » y seraient incarnées à 25 % par des personnes « perçues comme non blanches ». Effectivement, on avait remarqué depuis longtemps que dans les séries US à chaque fois qu’il y avait un super héros prêt à sauver le monde, il était très bronzé et ne venait ni de St Tropez ni d’Ibiza. Le CSA a relevé aussi que les personnes « perçues comme non blanches » sont surreprésentées dans les activités marginales ou illégales, à hauteur de 34 %, c’est un beau chiffre mais qui fait mine d’en ignorer la raison très simple : ces populations sont surreprésentées dans les prisons.

En fait, Mme Hintermann est la caricature de la nouvelle Pravda qui trouve qu’il y a encore trop de vérité à la télévision française. Pour  Mémona Hintermann, la vérité partielle qu’elle nomme “distorsion” est « un déni de citoyenneté ». C’est une gentille « collaboratrice » : « La télévision a un rôle majeur dans la constitution des opinions de notre pays », ajoute-t-elle. Comprenez : nous sommes bien des médias de propagande et nous ne nous cachons même plus. ML [06.02]

  1. amélie
    amélie6 février 2017

    Aujourd’hui il est très difficile de savoir comment va être géré ce pays et la diversité qui lui a été imposée.
    Certains rêvent d’une remmigration vers le pays d’origine du flot d’immigrés venus depuis des dizaines d’années.

    Ce qui semble impossible, car après avoir goûté à un ETAT SURPROTECTEUR, personne ne voudra le quitter pour aller vivre “le sous développement” du pays d’origine.

    Leur seule réponse sera la violence. Cette violence est déjà largement démontrée aujourd’hui, alors qu’on n’a pour le moment demandé aucune “remigration”.

    Bien que “l’intégration soit un processus très compliqué de nos jours”, parce que nous avons été lâches et laxistes, cette diversité demande à être plus réprésentée dans les médias et plus dans l’audiovisuel. Et surtout dans le monde du travail.

    Donc, qu’est-ce qu’on fait? On accepte de jouer le jeu en intégrant à ces divers médias et autres domaines de la vie, ceux qui ont le goût de la France et ils existent.

    et on évite d’engager ceux qui ne l’ont pas mais qui veulent juste utiliser des médias, le système en général, à des profits personnels et d’un autre côté, de propagande invitant la diversité à exprimer son hostilité viscérale à la France.Ceux-là, les antifrance seront à mettre au placard.

    La remigration n’existera pas. C’est un leurre.

    Limiter les nouvelles migrations, voilà le seul vrai programme. Il y a peu de candidats qui veulent les limiter, sauf MARINE. Donc il faut savoir voter.

    Et espérer qu’un “savoir vivre ensemble” se développera (mais que la nécessité de se séparer des antiFrance, s’imposera par un retour au pays d’origine.

Répondre