Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Donald Trump président : sont-ils devenus fous à Washington ?

Trump President

Donald Trump président : sont-ils devenus fous à Washington ?

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Guiart, anthropologue, ethnologue ♦

La campagne électorale d’Hillary Clinton a été stupide et la réaction d’après aussi.

Trop de gens aux États-Unis pensent que le vote pour Donald Trump est une erreur, qu’il faudra corriger, ce qui leur évite de se demander pourquoi ils se sont trompés.

Le tombereau d’accusations fausses qu’ils ont déversé sur lui est passé aux oubliettes. Ils vont continuer à dénoncer Trump en transformant toutes les réalités nouvelles, sans capacité d’analyse, ce qu’ils n’ont pas appris à l’université américaine où l’on étudie les cas de réussites, politiques et économique, pas les dossiers d’échecs. Le principe de la formation des agents des services secrets russes est de privilégier par exemple l’étude en profondeur des dossiers d’échecs. Je ne sais rien sur la Chine dans ce dossier, qui reste volontairement très opaque. Nous ne disposons encore d’aucune bonne étude du système universitaire moderne chinois.

L’élection de Trump va valider en tout cas les dirigeants chinois dans l’analyse de leurs relations difficiles avec Washington, et dans leur meilleure résilience, sonder leur capacité de stratégie à longue échéance du modèle libéralo-communiste. On en est si souvent réduit aux hypothèses avec la Chine qu’on a si peu de moyens de les vérifier. Les Chinois semblent pour l’instant lui faire bonne figure. Pour combien de temps ? La petite-fille de Trump récitant une poésie chinoise a fait un tabac à la télévision chinoise. Trump en tant que grand-père et  homme d’affaires avisé, bénéficie pour le moment du respect des dirigeants chinois. On a constamment oublié, par rapport à l’Extrême-Orient et les interventions d’Obama, qu’en Asie, le noir porte malheur.

Le problème du moment est de  cesser de démoniser Trump et de se demander qui est cet homme qui a réussi à remporter l’élection américaine avec des moyens financiers relativement limités, par rapport aux millions de dollars brassés par Mme Clinton, millions qui provenaient du Qatar, de l’Arabie Saoudite, mais aussi des grands systèmes américains de spéculation financière, dont la seule existence met le dollar en danger, étant donné l’énormité de la dette américaine. En fait, ces gens brassent du vent, le dollar sur lequel ils sont assis étant aujourd’hui totalement dépourvu d’assise crédible. Dans cette période de transmission lente des pouvoirs, bien des choses cachées voient tout d’un coup le jour et apparaissent dans la discussion publique.

Le jour après son élection, Donald Trump a téléphoné à un certain nombre de chefs d’État, ni le Qatar, ni l’Arabie Saoudite n’en faisaient partie, non plus que le président français, ni la chancelière allemande, ce qui est bon signe, un peu moins d’hypocrisie dans les relations internationales ne peut que faire du bien. Le jour où l’on regardera vraiment, on s’apercevra que le roi européen par exemple est nu. Ils peuvent alors, par souci d’un gain immédiat, en croyant se protéger, jouer contre le dollar un jour prochain mais à ce moment-là, leur pseudo gigantisme apparaîtra pour ce qu’il est : dangereux au possible et la nécessité de le démanteler apparaîtra comme nécessaire.

Notre système universitaire n’est pas brillant en ce moment, mais le système universitaire américain est en train de s’effondrer, il ne forme que des ignorants. dans  tout ce qui touche les disciplines dites humaines. L’élite politique américaine est en ce moment la plus bête du monde. Or, les ambitions internationales d’Obama étaient complètement irréalistes et il s’est retrouvé avec ses drones en train de torpiller tous les mariages afghans là où il croyait avoir à faire à des islamistes dangereux. Il a de ce fait multiplié les volontés de vengeance dans toute une partie du globe. Il s’en va avec du sang innocent sur les mains, ce qui est à mon sens le fruit d’une formation trop exclusivement juridique l’amenant à ne pas se rendre compte des conséquences de décisions véritablement irréfléchies.

Une fois de plus d’ailleurs on se retrouve avec la conclusion, dont on me dira que c’est du détail, mais qui est tout de même responsable de la mort de milliers d’hommes à chaque fois,  que les exécutants américains ne savent pas lire des photos aériennes, comme à Guadalcanal et à la Baie des Cochons, ce que j’ai vérifié sur place dans ces deux exemples historiques. En ces deux points de l’espace et du temps, les décideurs locaux se sont complètement trompés, et les exécutants sur le terrain ont payé lourdement la casse.

Un président de la République ne doit pas se transformer en assassin. Trump n’a lui pour le moment jamais tué personne. François Mitterrand faisait assassiner les chefs politiques canaques. Obama vient de donner l’ordre d‘assassiner les chefs du mouvement Al Nusra en Syrie. Je ne les pleurerai pas, mais c’est un comportement de chef d’une horde mongole au Moyen-âge. Ou celui d’un membre de la célèbre famille papale des Borgia. En plus, on n’a pas idée de donner un tel ordre écrit et de le rendre public. Ils seront de ce seul fait bien plus difficiles à tuer. Et quitter la Maison Blanche sur un ordre d’assassinat, je ne comprends pas le processus intellectuel menant à une telle aberration. Il y a des gens qui sont payés pour assassiner, et dont c’est le métier, il va falloir ranger à côté d’eux le président  américain. C’est un manque de respect de la fonction, réduite à n’être plus qu’un simple instrument de mort pour les opposants exotiques. En plus les chefs Al-Nosra étaient, de connaissance publique, manipulés et armés par les services américains au cours de ces dernières années.

Obama a donc fait assassiner ses complices dans de sourdes manipulations inspirées par les néo-cons. Ce n’est pas joli, joli. Mais Poutine, une fois de plus, s’est frotté les mains. Obama, après l’avoir méprisé, fait le ménage à son profit en s’en allant. Obama et les siens sont-ils devenus fous ?

  1. John Wayne
    John Wayne17 février 2017

    Bonnes surprises avec D. Trump , ” looming ahead ” ( qui se préparent !) !!

Répondre