Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Macron, le robot programmé de François Hollande

Francois Hollande Robot 800x400

Macron, le robot programmé de François Hollande

Michel Lhomme, philosophe, politologue ♦

Après ses propos polémiques sur « la colonisation de l’Algérie » mais aussi celui sur « l’humiliation subie selon lui par les opposants au mariage pour tous » qui a été peu apprécié chez les homos, le candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron, soupçonné d’être inverti  a cru bon de se livrer à un long entretien dans le magazine homosexuel Têtu, qui parait dans les kiosques après une éclipse de près de dix-neuf mois .

Effectivement, on ne pouvait tout de même pas laissé les gays  se recroqueviller sous la couette de l’homo-nationalisme  et l’on peut supposer que Pierre Bergé et  le lobby gay parisien ont cru bon de relancer opportunément en pleine campagne électorale le magazine Têtu pour simplement donner un  coup de main à la candidature Macron. En fait, Emmanuel Macron prend ici un  risque dans sa dénégation homosexuelle en évoquant sa position mitigée sur la GPA (gestion pour autrui). L’ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë, était ouvertement homosexuel ; le bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, est homosexuel ; en France, être homosexuel en politique n’est pas vraiment un problème. Le candidat à l’élection présidentielle, se dit favorable à la reconnaissance des enfants nés d’une GPA à l’étranger, tout en affirmant qu’il n’est pas favorable à autoriser la GPA en France, ce qui est une contradiction flagrante pour le droit à venir. En fait, s’il était élu, le fondateur d’En Marche, complétera la circulaire Taubira en permettant à des enfants nés d’une GPA d’avoir la nationalité française. Il se dit de plus favorable à la PMA (procréation médicalement assistée) pour les couples de femmes.

La campagne électorale française reste plus ouverte que jamais

François Bayrou a décidé de rallier Emmanuel Macron. C’est mauvais signe pour le candidat d’En Marche. François Bayrou pollue tout ce qu’il touche et porte de notoriété publique la poisse. Emmanuel Macron soutenu par les médias est le candidat du système.  Il est le candidat de François Hollande . Mais à supposer que les Français votent Macron, ils manifesteraient par là aussi leur angoisse et leur caractère timoré : la peur de devoir tout changer car le paradoxe Macron est aussi  celui d’être en fait le candidat du système qui se présente anti-système et le candidat du changement qui en fait ne changera rien  puisque sa base électorale reste l’aile droite du Parti Socialiste et l’aile gauche des Républicains autrement dit ceux qui aujourd’hui traînent dans les Ministères, les « modérés» d’Abel Bonnard, la chienlit des bureaucrates, des énarques et des fonctionnaires. A cause de ces derniers dont il a absolument besoin des voix et l’on pense entre autres aux enseignants, Macron est coincé et quasiment contraint de suivre la politique de Hollande c’est-à-dire de gérer le quotidien, la dette et la pénurie en ne touchant surtout pas aux prébendes syndicales. La preuve d’ailleurs, le programme économique du candidat qui est sorti récemment  n’est constitué que de demi-mesures. Macron est incapable de renverser la table. En fait, Macron d’abord et avant tout ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée poursuivra point par point le hollandisme.

 Le calcul tacticien de François Hollande est à saluer

Alors qu’elle se croyait vaincue, une partie importante de la gauche française se prend à rêver d’une victoire surprise avec la candidature d’Emmanuel Macron en clone minoré de Tony Blair. On lui prête  maintenant dans les cercles dits ”progressistes”  et  chez les francs-maçons, la capacité de moderniser la gauche en la délivrant des structures rigides et anciennes comme celles du Parti socialiste et de la rue de Solférino. Il ne resterait plus en effet après sa victoire qu’à dissoudre le Parti Socialiste  pour créer enfin le Parti démocrate, comme grand parti numérique et achever ainsi l’américanisation politique du pays, déjà engagée par Nicolas Sarkozy, avec près de vingt ans de retard ! Le macronisme deviendra l’autre nom du hollandisme, la gauche moderne et libérale, réconciliée avec la mondialisation heureuse.

Faudra-il  passer par Emmanuel Macron, vivre quelques années un néo-giscardisme de gauche pour envisager peut-être enfin le réveil patriotique et moral du pays ou au contraire assister à sa dissolution définitive dans le métissage, voire l’islam triomphant qui deviendra demain la première religion de France ? Il ne faut pas oublier que le fondateur d’En marche a décrété en début de campagne l’inexistence de la culture française et que c’est sur cette inexistence de la culture française qu’il construit  toute sa politique. Effectivement, on peut laisser les frontières ouvertes et accueillir tout le monde puisque la France n’est plus qu’un grand vide.

Macron, le dépolitisé est le vainqueur programmé des médias et de l’oligarchie. Or, Macron n’aura pas les voix des enseignants prolétarisés, petit-bourgeois d’esprit qui se prennent pour des ouvriers, ni de l’Outre-mer.  En tout cas, à côté de Têtu et de Daniel Cohn-Bendit , les pseudos-artistes et intellectuels de l’establishment s’activent sur les plateaux et dans les journaux pour vendre au public un candidat postmoderne et innovant comme un simple produit de consommation rechargeable. En ce sens la candidature de Macron est originale et assez prophétique puisqu’elle annonce dans la mise en scène électorale de la démocratie l’arrivée des robots, des créations artificielles conçues par des experts pour une tâche spécifique : gagner les élections. Se peut-il donc qu’en 2017, un robot dépolitisé gagne les élections présidentielles  sur fond de campagne subliminale pour l’« innovation » ?

En fait, ce sera le XXIe siècle : le spectacle et le marketing partout, les écrans en permanence, le ludique toujours, sans oublier cette confusion sourde de soumission et de non-obéissance par la planification des algorithmes. Là-dessus, un vrai brouillage idéologique, une soupe archéo-futuriste qui nous amènera à ne plus rien comprendre à rien puis à nous laisser tenter par les mirages de réformes qui promettront des classes inversées généralisées, des parcs d’attraction en guise d’écoles, une distribution automatique de diplômes et un travail (non salarié) pour tous avec des frontières sans police ?

On piétinera, on gesticulera mais rien ne changera

Par le fait robotique de la dépolitisation, la France se retrouvera alors coincée dans une impasse où ceux qui tiennent le vrai Pouvoir, cornaqueront à distance des paroliers politiciens de la communication, des fonctionnaires ne travaillant que dans l’instantané de la gestion des flux sans aucune vision du lendemain. Si le Parti socialiste a déjà acté sa propre mort, c’est qu’il a  pris en secret, pour tête de file, un robot humanisé, un nouveau politicien de la transparence moderne du nom d’Emmanuel Macron. Mais la mystification est  sournoise et malicieuse mais surtout infectieuse : quand on vous dit de regarder à droite, il faut regarder à gauche et inversement, quand on vous dit de regarder à gauche, on vous enjoint d’adopter une tournure de droite mais quand on vous proposera de penser peuple, il faudra alors convoquer la République, poser demain le centre et la modération pour se garder des extrêmes et rassurer ainsi l’énigme de la domination pour poser un nouveau quinquennat  qui ne sera rien d’autre en fait que de l’ingénierie sociale dirigée par Macron, un mandarin universel des banques aux idées bourgeoises relookées, un antisystème sorti de Rothschild et de Bilderberg, une mue nécessaire pour la caste afin de conserver le pouvoir mais une mue sans réelle programmation, sans libre arbitre.

 

  1. Manolo
    Manolo3 mars 2017

    MEFIEZ VOUS BONNES GENS AU 2EM TOUR POUR ELIMINER MACRON LA CREATURE DE

    HOLLANDE SI IL RESTE EN LICE IL NE RESTERA AUX PATRIOTES NON FN QU’A VOTER

    MARINE LE PEN ! ET 31 + 20 CELA FAIT 51 %

  2. Daniel
    Daniel4 mars 2017

    Il faudrait que Juppé s’engage avec le “tiket” d’un partisan de Fillon à appliquer

    le programme de ce dernier plébicité démocratiquement par les élécteurs de droite et du centre

    notamment sur l’immigration et l’islam et contre la condamnation de la colonisation Française!

    et à abandonner son programme “mollasson”

Répondre