Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Le Yémen en guerre, sur fond de lutte pour l’énergie

Yemen S

Le Yémen en guerre, sur fond de lutte pour l’énergie

Michel Lhomme, politologue, philosophe ♦

Un expert économique yéménite a révélé que Riyad dérobait les réserves de pétrole yéménites, avec le soutien de Total, le géant français de l’énergie.

Yemen-mapLe royaume aurait également passé un accord avec Washington pour empêcher le Yémen d’exploiter son pétrole. «L’Arabie saoudite a ouvert un site pétrolier en collaboration avec la société française Total dans la partie sud de la région de Kharkhir, près de la frontière saoudienne de Najran et exploite du pétrole dans les puits de la région», a déclaré l’expert économique yéménite Mohammad Abdolrahman Sharafeddin à l’agence iranienne Fars News. «63% de la production de brut du Yémen est volée par l’Arabie saoudite en coopération avec Mansour Hadi, le président yéménite en fuite et ses mercenaires», a-t-il ajouté.

En 2014, feu Christophe de Margerie, PDG de Total à l’époque, avait  visité la capitale yéménite Sanaa pour rencontrer le président Abdrabuh Mansour Hadi et discuter de l’expansion de l’empreinte du géant énergétique français dans le pays. Selon le site internet de la présidence du Yémen, Christophe de Margerie avait alors indiqué que la relation avec le Yémen était «stratégique» et que Total développait ses sites pétroliers dans le pays.

Toujours selon  Mohammad Abdolrahman Sharafeddin, Riyad achèterait des armes avec l’argent du pétrole volé au peuple yéménite et les fournirait à ses mercenaires pour pourchasser les opposants chiites du Yémen. Total est donc indirectement partie prenante du conflit,  les réserves de pétrole yéménites étant les plus importantes de toute la région du golfe Persique. Du coup, l’Arabie saoudite a signé un accord secret avec les États-Unis pour empêcher le Yémen d’exploiter ses réserves de pétrole au cours des 30 prochaines années. Wikileaks avait aussi révélé par ces documents «volés» que les autorités saoudiennes auraient chargé un comité de mettre en œuvre un projet de canal allant de l’Arabie saoudite à la mer d’Arabie en passant par Hadramaut au Yémen afin de ne plus avoir à utiliser les détroits d’Ormuz et de Bab al-Mandab.

De nouvelles réserves de pétrole ont aussi été découvertes dans la province yéménite de al-Jawf, ce qui pourrait potentiellement faire du Yémen l’un des plus grands exportateurs de pétrole de la région et du monde.  Comme pour le gaz syrien,  la lutte pour l’énergie et donc le pétrole est la vraie cause de la guerre yéménite alors que les civils en paient le prix fort dans l’indifférence générale .

Répondre