Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Jean-luc Mélenchon : en finir avec la «sondocratie»

Sondages

Jean-luc Mélenchon : en finir avec la «sondocratie»

Télécharger en PDF et imprimer

Aurélie Delmas ♦

Le candidat de la France insoumise propose d’interdire les sondages d’intentions de votes 60 jours avant les élections et de mieux les encadrer le reste du temps.

Comment Mélenchon veut en finir avec la «sondocratie» ?

Dans son livre-programme, l’Avenir en commun, Jean-Luc Mélenchon annonce sa volonté de «combattre la “sondocratie”». La proposition du candidat à la présidentielle de la France insoumise figure au point 8 du document, intitulé «la révolution citoyenne dans les médias», et qui revient sur le sort de ces derniers, considérés comme «bien malades : de l’argent, de la recherche du sensationnalisme et de la tyrannie du buzz».

Un contexte favorable

Concrètement, Mélenchon – lui-même généralement crédité de 10 à 13% des intentions de votes (voir ici, là ou là) – propose d’«interdire les sondages dans les jours précédant les élections» et d’«adopter la proposition de loi sur les sondages, votée à l’unanimité par le Sénat en 2011». Cette proposition, qui ne figurait pas dans le programme de 2012 du Front de gauche, pourrait bien trouver un écho particulier cinq ans plus tard : Brexit, Trump, primaires écolos, de droite et de gauche… tous les récents scrutins ont fait mentir les sondages d’intentions de vote. Au point que, début janvier, le Parisien-Aujourd’hui en France a annoncé qu’il n’en publierait plus le temps de la campagne.

Mais l’hostilité de Mélenchon envers les sondages ne date pas d’hier. En 2012, le Conseil d’Etat a rejeté un recours du candidat du Front de gauche qui voulait avoir accès aux méthodes de redressement utilisées par Harris interactive dans une étude publiée dans le Parisien en septembre 2011 lui attribuant 3% des intentions de vote. La plus haute autorité administrative avait jugé alors que la façon dont les sondeurs calculaient leurs résultats avant publication relevait du «secret des affaires» et n’avait donc pas à être rendue publique. Car il faut savoir que les instituts de sondage «corrigent» les données brutes en prenant en compte les scrutins précédents avant la publication des enquêtes d’opinion.

Mélenchon, brut de sondages

«Je ne répète pas le doute que j’ai toujours exprimé sur ce que sont les sondages. Mais je ne méconnais pas leur capacité de prescription, pour ne pas dire d’injonction. Car si l’opinion n’existe pas, par contre, elle se fabrique», résumait donc Jean-Luc Mélenchon en avril 2016.

Ses propositions

• Des sondages plus rigoureux…

En conséquence, il reprend donc à son compte les travaux menés en 2011 par deux sénateurs après l’affaire des sondages de l’Élysée (qui mettait en cause les dépenses de la présidence de la République en études d’opinions au cours du quinquennat de Nicolas Sarkozy). Hugues Portelli (UMP) et Jean-Pierre Sueur (PS) préconisaient ainsi la publication de l’acheteur et du commanditaire de l’enquête s’il s’agit de deux entités différentes, de l’intégralité des questions posées ou d’un «résumé qui en reflète fidèlement la teneur», ainsi que des méthodes de redressement des chiffres bruts évoquées plus haut.

Autres demandes parmi les quinze recommandations du rapport des sénateurs : l’interdiction de toute gratification des sondés et le renforcement de la Commission des sondages, créée en 1977, qui «a pour objet d’empêcher que la publication de sondages électoraux vienne influencer ou perturber la libre détermination du corps électoral». La proposition de loi, à laquelle le gouvernement d’alors était opposé, avait été votée à l’unanimité des sénateurs… mais n’avait jamais été soumise au vote des députés. Six ans plus tard, Jean-Luc Mélenchon prétend donc la faire adopter s’il parvient jusqu’à l’Elysée.

• … et interdits avant les élections

Le candidat de la France insoumise veut non seulement adopter les préconisations de 2011, mais il propose aussi d’«interdire les sondages dans les jours précédant les élections». Aujourd’hui, la publication et le commentaire de tout sondage d’opinion en rapport avec l’élection sont interdits la veille et le jour du scrutin.

Interrogée sur ce point par Libération, Raquel Garrido, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, précise que si le programme du candidat était mis en œuvre, cette interdiction s’appliquerait sur les sondages d’intention de vote «60 jours minimum» avant toute élection. A titre de comparaison, Patrick Champagne, auteur de Faire l’opinion (1990), expliquait récemment à Libération que les sondages étant plus fiables à l’approche du scrutin, il faudrait au contraire «ne les autoriser que dans les quinze derniers jours» précédant l’élection.

«Depuis 2007, on est pris dans l’affirmation par les sondages que Marine Le Pen va gagner les élections. On joue sur la crainte de 2002 pour dire qu’il ne faut plus voter selon son opinion mais selon des calculs pour éviter un tel ou une telle, qui ne reposent que sur l’arithmétique des sondages», regrette Raquel Garrido qui avait signé une tribune sur cette question dans Libé en 2013. «La loi de 1977 [qui a notamment instauré la Commission des sondages, ndlr] est considérée comme insuffisante depuis longtemps et la Commission des sondages est une institution extrêmement pauvre. Elle fait face à des multinationales qui financent les sondages et qui ne s’intéressent à la politique que pour se faire de la pub. Il y a là un problème démocratique : il n’est pas possible qu’une activité lucrative puisse altérer la démocratie», pointe encore l’avocate qui précise être, à titre personnel, «contre les sondages politiques en règle générale».

Dans une tribune publiée en 2012, entre les deux tours de l’élection présidentielle, dans le Monde, le politologue Alain Garrigou, professeur en sciences politiques à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense et inspirateur de la proposition de Mélenchon, estimait encore que «les électeurs conçoivent d’autant moins un choix de conviction qu’ils sont systématiquement conditionnés par les chiffres qui leur annoncent un ordre d’arrivée et les incitent à devenir calculateurs, c’est-à-dire à moins ajuster leur vote en fonction de leur préférence qu’en fonction de la probabilité de la victoire. C’est le ressort du vote utile». «Simplement, ajoutait-il, il ne faut alors pas demander aux sondages d’êtres exacts puisqu’ils contribuent à changer les scores.»

Source 

 

Répondre