Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Crise de la presse-crise du journalisme: un dossier vérité d’”Éléments” à ne pas manquer

Elements 2017

Crise de la presse-crise du journalisme: un dossier vérité d’”Éléments” à ne pas manquer

Jean Ansar, journaliste ♦

Ce dossier fait un constat évident mais souvent ignoré : en France la crise de la presse est avant tout une crise du journalisme.

elements-165-Copie-CopieLe clonage, souvent évoqué ici, des journalistes notamment de l’audiovisuel mais également des médias écrits dominants est un obstacle majeur au pluralisme d’opinion.

Libération, Le Monde, Le Canard, L’Obs, Médiapart font la pluie et le beau temps dans les rédactions acculturées mais politisées de l’audiovisuel.
La multiplication des chaines d’infos ne fait que renforcer le bourrage de crane. C’est partout la même chose, cela devrait interloquer. Et comme c’est partout pareil les gens et les jeunes cherchent ailleurs, c’est la bonne nouvelle.

Le but de ces journalistes est clair, ce n’est pas informer. C’est en se servant d’une actualité choisie et manipulée d’imposer leur vision politique du monde et de la société. Ils veulent nous imposer une société métèque et mondialiste et nous culpabiliser pour nous empêcher de vouloir rester ce que nous sommes, en fierté de notre histoire nationale.

Les journalistes, c’est vrai sont des curés d’une religion cathodique dont la mission est de traquer les hérétiques et de les mener au bûcher.

Tout cela est clairement démontré par Ingrid Riocreux notamment dans ce dossier d’Éléments qui annonce «  la fin de l’empire médiatique ».
Agrégée de lettres modernes, docteur de l’Université Paris-Sorbonne et mère de famille, ses spécialités universitaires sont la grammaire, la rhétorique et la stylistique. Qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences en langue et littérature françaises, elle publie en 2016 La Langue des médias, (Éditions du Toucan) “manuel de réception intelligente” des médias d’information. Voila qui pousse à se procurer ce livre de référence.

Présentation de l’ouvrage par les éditions du Toucan car on ne saurait mieux dire:

ingrid-riocreux-la-langue-des-médiasUne étude très fine de la langue des journalistes actuels en France et de son impact sur notre façon de comprendre le monde, avec des exemples très concrets, vivants où chacun retrouvera les radios, TV ou journaux qu’il consulte.
De même que le Journaliste reproduit les formules de ses confrères, reprend sans réflexion leurs mots, adopte par mimétisme grégaire leur parlure, de même il ne cesse de reproduire des tournures de phrases et de répéter des termes qui impliquent un jugement sur les événements.
Prenant pour des données objectives et évidentes des opinions qui sont en fait identifiables comme des points de vue propres à des courants de pensée, il contribue à répandre une doxa faite de préjugés, de stéréotypes et de présupposés qui sont au fondement des croyances de notre société.
Car si le langage du journaliste fonctionne comme la vitre déformante à travers laquelle on nous montre le présent, il est aussi une fenêtre trompeuse ouverte sur le passé et sur l’avenir. Analyser le discours du Journaliste, c’est donc, d’une certaine manière, mettre au jour l’inconscient de notre société dans tout ce qu’il comporte d’irrationnel.
Non seulement sa langue reflète le délitement actuel de la parole, c’est-à-dire de ce qui rend possibles les relations humaines, mais elle cristallise aussi le paradigme de pensée de notre société : les mots du journaliste sont porteurs de tous les préjugés de notre temps, de toutes ces vérités tenues pour évidentes quoique jamais démontrées, d’une répartition arbitraire entre les bons et les méchants, d’une hiérarchisation morale des régimes politiques, d’une vision préconçue du sens de l’histoire, etc. »

La liberté de penser et d’expression passe par la chute du mur des médias, cette barrière idéologique totalitaire de l’esprit.

 

Éléments, N°165, Le Parti des médias en accusation, 6.90€. S’abonneracheter par voie postale avec un chèque. Lire le sommaire et l’éditorial d’Alain de Benoist.
Ingrid Riocreux, La langue des médias, Essais, Éditions du Toucan, 336 pages, 20€

Répondre