Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Mélenchon a-t-il raison de faire du Coluche? Ses meetings deviennent des sketches

Coluche Melenchon

Mélenchon a-t-il raison de faire du Coluche? Ses meetings deviennent des sketches

Raoul Fougax, journaliste ♦

Mélenchon ne fait plus peur, il fait rire. Comme il est bon, il fait rire beaucoup et comme ça lui plait il en fait des tonnes.

Dans ses meetings, il y a, en ce moment, plus de rires que d’applaudissements. Il devrait s’en inquiéter. Ses réunions sont pleines car elles sont un spectacle. On y va pour saluer l’artiste mais,  pour voter pour lui, cela risque d’être autre chose. Il y a du Coluche dans ce nouveau Mélenchon, il y a même de plus en plus de Coluche et de moins en moins de Mélenchon. Comme l’amuseur, il sait pointer où ça fait mal.  Il joue de situations et de détails qui parlent aux gens.

Mais, comme il n’est pas Coluche, cet exercice connait ses limites et empêche peut être les électeurs de comprendre le projet politique global du candidat de l’extrême gauche. Le Robespierre de Facebook transforme la campagne en « il était une fois la révolution » pas registre grand soir cependant mais plutôt comédie musicale.

Cela fait parti bien sûr de sa popularité dans les médias qui aimeraient bien le voir dépasser dans les sondages François Fillon. Une opération sondagière parait d’ailleurs en cours, relayée par les télés, partenaires des officines de formatage d’opinion.

Il fait du monde mais ce monde peut-il se transformer en électeurs, ce n’est pas sûr. Le pire pour lui serait de se prendre au jeu de l’engouement médiatique et d’en faire de plus en plus dans une escalade jusqu’à en faire trop et que le bateleur ne l’emporte sur le politique. Les tribuns du peuple ne sont jamais des comiques.

Cela étant, il est vrai qu’en comparaison au sinistre Hamon, il a tout pour plaire à la gauche de la gauche. Il ne risque rien du coté des deux candidats trotskystes insignifiants. Cela fait tout de même 4 candidats de la gauche de la gauche dans un pays qui est, on le sait, à droite, même si les électeurs ont du mal à le dire face à la diabolisation médiatique de François Fillon.

La surprise du scrutin pourrait être plus du coté de Dupont Aignan que de Mélenchon. Certains électeurs de droite qui ne veulent pas franchir le pas Marine, mais qui trouvent que Fillon ce n’est pas clair pourraient voter pour leurs idées, comme une sorte de vote blanc de droite représenté par Nicolas Dupont-Aignan. S’il fait plus de 6%, il va peser dans le second tour et aura un rôle.

Mélenchon sera bien au-dessus, mais si aucun candidat de gauche n’est qualifié pour le second tour, cela ne servira politiquement à rien. Après avoir joué à guichets fermés, le mouvement des insoumis se trouvera devant l’affiche « relâche ».

Pour qui voteront-ils au second tour ?

Personne ne peut le dire même pas Mélenchon. Il aura un sacré problème car plus proche de Marine que de Macron et Fillon dans la défense du petit peuple et vis à vis de l’Europe, il ne peut l’avouer. Son positionnement anti-fasciste, type guerre d’Espagne de 36, et sa volonté de capter le vote immigré, couper tous ponts avec l’autre vote du peuple, cela devrait le faire réfléchir… mais pour briser les tabous, n’est pas Coluche qui veut.

  1. Paul-Emic
    Paul-Emic5 avril 2017

    Chez Coluche je doute que le doigt pointé vers le ciel ait eu une quelconque signification, mais chez Mélenchon, adepte d’une immigration musulmane débridée et du vivre-ensemble le doigt pointé vers le ciel accompagné de regard rappelle étrangement le signe des islamistes./

  2. Robert41
    Robert417 avril 2017

    Mélenchon, c’est l’histoire d’un mec … Il dit parfois des choses justes mais se garde bien de dévoiler sa vraie nature. Pourtant, elle suinte lors de joutes verbales. Mélenchon en quelque sorte ; c’est le loup de la fable. Il s’accapare un droit de préemption et de sentence. Face à ce sang de conquistador, l’agneau du pré ne fait pas le poids. Dégage ! dit-il à ce frisé buvant l’onde. Indubitablement sa voix d’ambulant de marché et sa magie rhétorique salace, font merveilles auprès des émotifs. C’est le bel-ami, qui profitera de votre crédulité. C’est aussi le fou du Roi qui connaît ses limites. C’est bien sûr, l’homme infatué de sa personne. Un condensé de contradictions par excellence qui se déclare velument anti-système ; alors qu’il est membre d’une Loge maçonnique comme tant de nantis … Vous savez, ce cercle d’initiés cooptés, qui se veut vertueux pour la nature humaine et toujours prêt à pourfendre son meilleur ennemi la Religion. M’enfin par n’importe qu’elle religion ? Le bougre a plus de compassion pour l’hystérie religieuse de ces lointaines terres que pour l’histoire religieuse du pays où il vît. En faites, Mélenchon est un produit déraciné de ses origines espagnoles et d’ancienne terre colonisée. Une vieille boîte de conserve vidée de son contenu qui fait beaucoup de bruit sur le bitume urbain. L’intelligence ne fait pas tout (J’en-cul) il faut avoir du cœur ; de celui qu’on ne dessine pas comme un mouton de Saint-Ex ! – Lorsque tu pérores : Qu’il y a beaucoup moins de croyants dans ce pays … j’entends ton lourd grommellement de satisfaction. Le problème (J’en-cul) c’est que la Religion est privatisée et que tu m’emmerdes à vouloir tirer toujours sur l’ambulance de la croix rouge ; alors qu”une mauvaise haleine indispose mon espace, d’un charabia vestimentaire. Mélenchon, tête de … comme diraient les taquins qui lisent Tintin, n’oublie d’où tu viens parce que Nous, nous savons qui nous sommes !

Répondre à Robert41 Cliquez ici pour annuler la réponse.