Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Débat : une pétaudière médiatique. La présidentielle mérite mieux

Débat Présidentielles

Débat : une pétaudière médiatique. La présidentielle mérite mieux

Télécharger en PDF et imprimer

Jean Ansar, journaliste ♦

BFM-TV et CNews ont présenté ce débat à 11 comme historique. Pour les journalistes de l’audiovisuel qui détestent notre histoire, tout ce qu’ils font, vous l’avez noté, est historique.

En fait, comme on pouvait s’y attendre, cela a été confus. Les favoris ont été prudents et ceux qui n’avaient rien à perdre se sont lâchés. Grâce à ce débat, ils ont existé un quart d’heure, mais pas forcément comme présidentiable.

A l’extrême gauche, Mélenchon reste le seul vrai candidat à la présidentielle. Poutou et Arthaud ont fait de l’ouvriérisme et de l’invective syndicale. Parfois avec des formules comme celle de Poutou sur l’immunité ouvrière, mais rien à voir avec une présidentielle.

Marine Le Pen n’est pas vraiment à l’aise dans ce type de débats. Elle a été la cible de toutes les attaques, plus que Macron. Elle est forcément sur la défensive. Mais elle est sortie grâce aux autres candidats de droite ou d’ailleurs d’un isolement idéologique. Dupont Aignan, très content d être là, ou François Asselineau très cohérent ont renforcé la représentativité dans l’opinion d’un courant souverainiste presque partagé par certains à gauche.

Macron épargné par les attaques sur les affaires est resté lisse et n’a fait aucune gaffe pouvant compromettre ses chances d’être le futur président de la France molle. Il représente vraiment la lâcheté électorale de ceux qui pensent que tout peut continuer sans heurts en changeant non pas le contenu mais le flacon. S’ils sont majoritaires, Macron sera élu et la France encore un peu plus perdue.

Qui a gagné qui a perdu ?  Il ne restera rien ou presque de ce débat dans les semaines qui viennent et il n’aura pas été déterminant pour la suite.
La suite se fera dans la campagne, dans les meetings et sur internet.

Ce qui est historique en fait, c’est que l’élection présidentielle échappe de plus en plus aux grands médias audiovisuels ou aux petits médias qui s’estiment grands, aux mains des puissances de la finance et c’est une excellente nouvelle.

Le grand débat prévu, lui, par le service public à quelques heures du vote a du plomb dans l’aile, ce qui risque de marquer également le recul de l’ influence des grandes chaines de télé partiales sur le vote.

La démocratie c’est souvent la pétaudière, son extension médiatique encore plus.

La preuve par 11 en a été apportée hier. Les télés diront le contraire, mais qui croit encore les télés en France ?

  1. Simone Doural
    Simone Doural5 avril 2017

    Il paraît qu’Emmanuel Hollande (non, pas de lapsus) commence à fatiguer même les journalistes. Jeune homme présomptueux, lancé comme une savonnette avec les millions de Drahi, il est néanmoins désormais de moins en moins exclu qu’il morde la poussière en troisième position.

  2. Pierre Collard
    Pierre Collard7 avril 2017

    L’anti-France a absolument besoin d’une pâte molle à la présidence du pays. Macron, affectivement immature, vulnérable, fricophile, a été sélectionné : il ferait un excellent pantin.

  3. Robert41
    Robert417 avril 2017

    Correction au txt précédent.
    Il manquait le feu sacré autour de cette réunion de faiseurs, de faisans et de tayots. L’équité du questionnement, n’était pas accomplie ; même si BFM-TV a usé d’une femme en rut et d’une femme en ferrari … Cela a fait pschitt – Du gaz dans l’air Quoi ! – La limonade syndicale et l’insulte facile du monde de Trotro a encore frappées; c’est le monde qui refuse la Paix parce que leur viatique c’est la Révolutionne ! – Le ptit Hamon porteur de bonnes nouvelles qui fâchent le portefeuille, n’a pas attaqué le Grand Capital ; comme son prédécesseur, il s’est contenté d’une courtoisie crasse sur la tête bretonne ; franchement c’est du haut niveau ce hahahamon.
    A vos souhaits chers lecteurs. Passons au vieux grimoire, le fameux Jean-Luc question d’ordres ; lui il connaît la musique comme un Arlequin connaît ses couleurs. Il plaît aux émotifs et aux faciles du tout-droit, parce que sa tête est pleine de travers.Tant qu’au pauvre Fillon, ce mis en cause attaqué pour son engraissement d’argent comme si il n’y avait pas dans cette République redondante, d’autres conspirateurs … C’est pas Fillon, qu’il faut dénoncer mais bel et bien tous les politiciens, sexe confondu qu’il faut condamner de leurs petits business et revoir complètement le sens de la probité politique dans ce pays, sinon ces voyous persisteront à nous conduire au chaos, malheureusement déjà acté. Cette réunion de criants n’avait pas de vertueux, tous se sont enrichis et beaucoup mieux que celui qui ne fait pas de politique. Dupont-Aignan et Asselineau ont démontré qu’ils connaissent les voies possibles entre deux points mais seront-ils capables d’aboutir à leurs fins sans alliance ? – Et avec Qui ? De vieilles légumes où du sang nouveau ? Incroyable, mais j’ai trouvé une similitude entre Macron et Lassalle, l’un avec une voix de puceau et l’autre rugueuse comme l’homme qui a vu l’ours. Tous les deux, sont magiques dans leur programme respectif. Seule la sauce tient ces deux-là. L’une béarnaise pour viandes et poissons grillés … et l’autre financière pour quenelles et bouchées … Oui, je sais c’est facile mais encore faut-il savoir la faire. Enfin, Marine qui aurait du être la cerise sur ce gâteau, m’a apparu bien confite devant le monde de Trotro. Il serait injuste de ne pas terminer avec le providentiel Cheminade toujours présent dans la course et toujours absent à l’arrivée ; un courant d’air qui anime certaines girouettes …

  4. Roger Nallard
    Roger Nallard7 avril 2017

    Si nous souhaitons vraiment la victoire de François Fillon, nous devons nous acharner, dans ces derniers jours avant le 23 avril, à rappeler autour de nous ses qualités : un programme de relèvement de la France de grande qualité. Une forte expérience comme Premier ministre. Un grand sang-froid dans les épreuves, on l’a vu jusqu’à aujourd’hui.
    Vous, Madame, vous Monsieur, et moi aussi, que penserions-nous en nous-mêmes si François Fillon échouait de peu ? …peut-être que nous aurions pu très bien en faire davantage.
    … mais il est encore temps !

    • Gérard Henri
      Gérard Henri8 avril 2017

      Oui Mr Nallard , il est encore temps de faire élire FF et de se débarrasser de tous ces “médiocres” ……!!

  5. Paul Nadot
    Paul Nadot8 avril 2017

    Au crash test qu’appelle la recherche d’efficacité pour les cinq ans qui viennent, François Fillon présente trois atouts essentiels : l’expérience de gouvernement, la cohérence des réformes, la charpente des idées Même si nous ne sommes pas d’accord sur tout, force est de reconnaître qu’il est le seul à cocher ces trois cases.
    Dans un contexte de tensions internationales et d’urgence des transformations, la solidité qu’offre l’expérience du pouvoir sera déterminante pour assurer l’autorité et la sécurité de la France.
    Sur le sujet des réformes, le quinquennat écoulé montre qu’elles ne résisteront pas à des itérations timides et progressives, ni à des majorités de circonstances ; elles procéderont de la vision d’ensemble et de la cohérence que seul un travail préalable de fond aura permis de garantir.
    Enfin, le projet de François Fillon s’incarne dans l’héritage et les valeurs qui fondent notre projet de société. Ce référentiel culturel solide est indispensable pour entraîner la France dans une politique audacieuse au service des générations à venir.

  6. Luc Carrier
    Luc Carrier8 avril 2017

    Le pantin Macron voudrait bien faire des Français des nomades déracinés.
    A nous tous de le vomir !

  7. Gerard Henri
    Gerard Henri12 avril 2017

    Mr Nadot , chapeau bas !!

Répondre