Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Allemagne : Schulz fait sienne la recette austéritaire allemande pour l’UE

Schulz

Allemagne : Schulz fait sienne la recette austéritaire allemande pour l’UE

Télécharger en PDF et imprimer

Coralie Delaume ♦

Le texte ci-dessous est la traduction d’un article paru le 10 avril dans le Financial times . Cet article relaie les récents propos de Martin Schultz, candidat social-démocrate à la chancellerie dans le cadre des législatives allemandes de septembre 2017 et rival d’Angela Merkel.

Schulz avait jusque-là le vent en poupe dans les sondages, après qu’il a remplacé Sigmar Gabriel – actuel ministre de Merkel – à la tête du SPD. Il semble que l’effet « nouvel tête » fonctionnait bien, de même que la « gauchisation » du discours social-démocrate.

Cette gauchisation (dont l’efficacité électorale est devenue douteuse après le résultat des élections régionales en Sarre) a laissé penser un temps aux partisans de la « réorientation de l’Europe de l’intérieur » qu’en cas d’élection de Martin Schulz leur projet « d’autre Europe » avait des chances d’aboutir. Notamment si un candidat gentil-européiste gagnait préalablement la présidentielle française de mai. L’alignement des planètes fédéralistes serait alors réalisé, et l’on pourrait faire une « union de transferts » sur la base d’un budget fédéral, d’eurobonds, d’un Parlement de la zone euro. Peut-être même pourrait-on re-re-re-sauver la Grèce, mais cette fois pour de bon, en restructurant une partie de sa dette (il faut n’avoir jamais entendu Martin Schulz, alors président de Parlement européen, s’exprimer sur le cas grec durant la crise de 2015 pour croire à pareille fable, mais bon….).

La sortie sur l’Europe de Schulz pose un pavé dans jardin de ceux qui pensent – c’est devenu un poncif en vogue – que « l’Allemagne est plurielle » (oui, sans doute l’est-elle, mais pas sur l’Europe, parce qu’elle a des intérêts nationaux qui sont pérennes comme tous les pays du monde, et qu’ils ne vont pas changer parce que Schulz remplace Merkel) et que le problème n’est pas « l’Allemagne essentialisée » mais « la droite allemande ».

Voici donc un aperçu de ce que pense le candidat social-démocrate Martin Schulz. Où l’on voit que la réorientation, c’est vraiment, vraiment pas pour demain.

Allemagne : Schulz fait sienne la recette austéritaire allemande pour l’UE

Source originelle ici.

Martin Schulz vient d’affirmer qu’il n’assouplirait la position pro-austérité de l’ Allemagne s’il était désigné comme chancelier cette année, une annonce qui ne manquera pas de désappointer ceux qui, en Europe, attendent du dirigeant social-démocrate qu’il ouvre la voie à un changement de la politique allemande en zone euro.

A l’occasion de sa première rencontre avec la presse étrangère depuis qu’il a été élu chef du SPD le mois dernier, M. Schulz a envoyé un message de continuité, suggérant qu’il n’y aurait pas, s’il remplace Angela Merkel, de grand changement quant aux exigences allemandes relatives la réduction des dettes et à la conduite de réformes structurelles. Il a affirmé que l’Allemagne avait un « intérêt majeur » à ce que tous les États membres de l’UE s’acheminent vers une croissance stable «mais que pour y arriver, des réformes sont nécessaires dans certains de ces pays ».

Ce propos contraste fortement avec la rhétorique qui était la sienne quand il était président du Parlement européen, s’opposait à l’austérité et défendait avec vigueur une approche plus indulgente des difficultés de l’Europe du Sud. En 2012, lorsque la crise de la dette grecque faisait rage, il avait par exemple dit qu’il trouvait « la situation bizarre en Europe » alors que 26 pays sur 27 étaient en faveur d’une aide plus généreuse à Athènes et qu’un seul était contre, l’ Allemagne de Mme Merkel.

Interrogé lundi sur la question de savoir si la Grèce pourrait rester dans la zone euro, il a répondu que cela dépendrait « de la mise en œuvre des réformes ». Une reprise très claire de la ligne de Mme Merkel et de celle de son inflexible ministre des Finances Wolfgang Schäuble.

M. Schulz est sous pression pour surmonter la crainte des électeurs allemands qu’il se montre laxiste envers la Grèce et d’autres pays de la zone euro endettés. Beaucoup d’électeurs considèrent Mme Merkel et M. Schäuble comme des champions de la rigueur face au fléau du laxisme Europe du Sud, donc comme des dirigeants plus crédibles. Selon le « baromètre » publié par la chaîne de télévision ZDF vendredi dernier, 34 % des sondés trouvent Mme Merkel plus fiable que son challenger, 31 % la trouvent plus sympathique et 46 % plus compétente. Une autre enquête publiée lundi suggère que la montée dans les sondages qui a suivi la désignation de M. Schulz comme chef du SPD pourrait être enrayée. Le sondage place le bloc conservateur de Mme Merkel à 33 % et les sociaux-démocrates à 31,5 %. Du coup, le dirigeant du SPD a également renoncé à une proposition qu’il avait évoquée au cours de la crise de l’euro et qui fut vivement combattue par Mme Merkel, celle de mutualiser les dettes de la zone euro par l’émission d’eurobonds. « La seule chose qui vaille à propos des Bond c’est James, » a-t-il plaisanté. Il a ajouté que l’idée avait été rendue caduque par la création du Mécanisme européen de stabilité, le fonds de sauvetage de la zone euro.

Mais il reste une question sur laquelle M. Schulz défend une position distincte de celle de Mme Merkel et de démocrates-chrétiens. Une question pourrait le mettre sen délicatesse avec le président américain Donald Trump.

Le gouvernement allemand a en effet promis d’augmenter ses dépenses de Défense pour les faire passer de 1,2 % à 2 % du PIB, conformément à ses engagements vis à vis de l’OTAN. Mme Merkel a réitéré cette promesse lors de sa récente rencontre avec M. Trump, lequel a fait valoir que les partenaires européens des États-Unis – en particulier l’Allemagne – dépensaient trop peu pour leur Défense et comptaient trop sur les États-Unis.

Mais M. Schulz a pris ses distances avec ce point de vue, affirmant qu’il n’était « pas d’accord sur le fait qu’il ait été convenu avec l’OTAN que nous devions atteindre cet objectif de 2 % du PIB ». Il a rappelé que cela signifierait « plus de 20 milliards d’euros de dépenses supplémentaires par an au cours des prochaines années », ce qui constituerait un « fardeau financier important sur l’Allemagne ». « Ce n’est certainement pas l’objectif qu’un gouvernement que je dirigerais poursuivra » a-t-il ajouté. « Ce dont nous avons besoin ce sont des initiatives de désarmement et davantage d’investissements dans la prévention, pas d’une nouvelle course aux armements », a-t-il conclu.

Source  

Illustration : Martin Schulz

Répondre