Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Fine, les vaches françaises n’en ont plus pour longtemps…

Bovins Fine

Fine, les vaches françaises n’en ont plus pour longtemps…

Une des principales conséquences dramatiques à venir de l’accord de libre-échange signé avec le Canada (le CETA) portera sur la viande bovine dont la filière française traverse déjà de très graves difficultés.

Pour prendre ce seul exemple, le contingent d’importation de bœuf canadien en Europe va passer de 7 600 à 50 000 tonnes. Ce dernier indicateur officiel est un véritable coup de poignard dans le dos des producteurs européens et en particulier français qui seront les premiers touchés. D’ailleurs cette clause sur l’importation bovine avait été tenu secrète jusqu’à quelques jours avant le passage au vote du Parlement européen, ce qui en dit déjà très long sur les arrière-pensées et le manque de transparence des négociations. Malgré la garantie que la viande aux hormones autorisée au Canada n’arriverait pas en Europe, des professionnels de la filière et même la puissante Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), ont d’ailleurs continué d’exprimer leur manque de confiance mais sans aucune pression faite réellement sur les députés européens.

La France, premier producteur de viande bovine en Europe risque de payer au prix fort cette prodigalité consentie au Canada dans quelques mois. Fine, la vache star bretonne du salon de l’Agriculture 2017 ne le sait peut-être pas encore… ML [14.04]

Illustration : Fine, vache star bretonne 2017

Répondre