Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Un ennemi ? Où ça ?

Ennemi

Un ennemi ? Où ça ?

Michel Gay ♦

Les seuls ennemis redoutables sont ceux qu’on ignore alors qu’ils sont proches de soi. Les Français devraient ouvrir les yeux sur la situation actuelle de la France, mais aussi de l’Europe. Ils pourraient ainsi en identifier trois.

Le premier ennemi est la tendance progressive de la société civilisée moderne à vouloir bannir toute réplique directe à une agression. La règle exige que l’agresseur soit respecté non seulement par l’agressé, mais aussi par les forces de l’ordre amenées, éventuellement, à intervenir.

L’agresseur doit être protégé en qualité d’être humain qui, depuis Rousseau, est bon par nature. Il a simplement été perverti par une société injuste soutenue par un état cruel. Cette illusion perverse réduit grandement la notion de légitime défense. Si vous êtes agressé, une réponse brutale ne vous sera pas pardonnée, même (et surtout ?) sous le coup de la peur. Les forces de l’ordre sont également priées de jouer avec abnégation et sang froid leur rôle de punching-ball et de cible vivante.

Tous les partis politiques souscrivent à cette évolution des esprits en dépit de quelques déclarations tonitruantes, sans effets réels. Ce comportement passif serait même l’honneur de la France, patrie des droits de l’homme. L’état de droit a pourtant été établi précisément pour protéger les citoyens des abominations telles que les viols, tortures et autres violences physiques et psychologiques.

Mais le public semble privilégier des marches blanches (comme des moutons ?) contre les “violences policières” sans se révolter contre les agresseurs qui apparaissent ainsi légitimes, sauf lorsqu’ils s’attaquent à des journalistes satyriques.

Le second ennemi est constitué par des mouvements politiques de colorations diverses (noir, vert, brun, rouge) parfois appelés “extrémistes“, de droite comme de gauche, dont certains ont trahi la France en 1940 en s’alliant avec Hitler, lui-même alors allié au communiste Staline par le pacte germano-soviétique (août 1939).

Ils trahiront encore puisque, malgré des motivations opposées, leur objectif commun est la destruction de la démocratie et, pour certains, de notre mode de vie. Leur capacité de nuisance tient essentiellement dans l’art de la désinformation et de la démagogie qui leur permet de capter la sympathie des médias et d’entraîner une partie des masses populaires.

Enfin, le troisième ennemi est l’islamisme radical, le seul identifié clairement par nos gouvernants et nos médias. Appelés fondamentalistes ou salafistes, ils sont animés par une haine de l’Occident chrétien, juif ou incroyant. Ils sont minoritaires au sein d’une majorité de musulmans croyants. Cependant, la plupart de ces derniers appliquent dans leur famille et dans leur communauté des lois qui s’opposent aux lois de la République. Cette posture s’opposera un jour à l’Etat, et à beaucoup de citoyens européens qui réprouvent une partie des préceptes coraniques.

Vladimir Poutine a certes entrepris de redresser l’ex empire soviétique et de lui redonner une fierté. Donald Trump veut renverser la table aux États-Unis avec des effets de manche et de menton. Ces deux personnages concentrent l’attention des journalistes, mais ni l’un ni l’autre ne constitue une menace pour la sécurité de notre pays.

En revanche, ils représentent une diversion idéale pour ceux qui ont décidé d’ignorer les ennemis autrement plus redoutables qui nous côtoient.

Illustration : “Siège de Constantine, l’ennemi repoussé des hauteurs de Coudiat. Peinture à l’huile d’Horace Vernet commandée par Louis-Philippe pour le musée historique de Versailles.
  1. Paul-Emic
    Paul-Emic15 avril 2017

    avec un tel mode d’emploi nous ne sommes pas près de nous en sortir

  2. Robert41
    Robert4116 avril 2017

    Votre analyse démontre aussi que chacun de nous ressent une profonde inaptitude avec la société actuelle. Notre société ne sait plus faire de pause et réfléchir. Le progrès technologique l’aspire comme un trou noir ; au point que ce qui était à la pointe il y a quelques années, devient ringard aujourd’hui. Ce qui devrait nous protéger, l’État, la Justice, la politique, la religion, la famille sont devenus des faillites. L’Homme est nu face au miroir de ses présentions. Nous sommes entrain de devenir des êtres irraisonnables parce que la mode veut de la concurrence pour dominer et des réflexes de marque et de logos pour remplacer sa race et ses racines. Nous le constatons auprès des jeunes qu’ils soient migrants ou d’ici, ils ont tous ce besoin d’afficher soit par tatouages, soit par tenues vestimentaires une revendication existentielle. C’est le monde de la diversité de l’emballage mais aussi de la pensée unique qui rassure. Alors, rien d’étonnant que ce que vous appelez des ennemis redoutables, prennent place dans notre système politique et civile ouverts, à une naïveté pour certains concitoyens et aux vils profits pour des exploiteurs d’un Marché absurde.

  3. pierre colosso
    pierre colosso22 avril 2017

    analyse trop pessimiste… les democraties ont toujours eté “molles” lors des premieres agressions, puis elles se durcissent peu a peu et deviennent tres “mechantes” (historiquement c’est nous les mechants qui avons conquis le monde..) et finalement ceux qui nous ont sous estimés commencent alors a pleurer des “larmes des sang” et terminent massacrés (voir Allemagne te Japon). C’est ce qui va se passer mais c’est certain qu’on va encore souffrir…

Répondre