Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Mayotte n’aura pas de Gay-pride…

Gay Pride

Mayotte n’aura pas de Gay-pride…

MÉTAMAG ♦

MÉTAMAG a diffusé une information sur une éventuelle gay-pride à Mayotte.

Pour notre part, nous avions reçu cette info non par Mayotte mais par un site d’informations gays dont nous avions enregistré la dépêche sans, il est vrai, faire bien attention à la date.

Cette  information avait été diffusée à l’origine par Gauthier Dupraz, rédacteur en chef de Flash Infos Mayotte et rédacteur à Mayotte Hebdo. En guise de poisson d’avril, Monsieur Dupraz aurait pu trouver une idée plus originale, plus plaisante et non pas imaginer une idée qui pourrait blesser les Mahorais.

Nous nous en excusons donc auprès de nos lecteurs en particulier Mahorais et rappelons que MÉTAMAG, contrairement à Mayotte Hebdo est un site bénévole qui a besoin de votre soutien pour amplifier ses moyens matériels plus qu’artisanaux.

L’esprit critique, c’est aussi reconnaître  ses erreurs. Par contre, sur le fond de ce qui avait été écrit, à savoir la sécularisation des mœurs (mariage gay, polygamie), nous n’avons rien à changer, estimant largement que la liberté ne se trouve pas forcément chez les libéraux qui la proclament ostensiblement .

Dans la composition de l’article, il s’agissait aussi de  mettre l’accent sur le décalage entre la réalité crue de Mayotte et les actions «métropolitaines » des autorités.

La semaine dernière, la police a ainsi été à plusieurs reprises monopolisée non pour la lutte contre la délinquance mais pour saisir les bouteilles en plastique de piment fabriqué artisanalement par les mamas et vendues au bord des routes et ce, afin d’obéir aux règles sanitaires européennes et françaises.

Est-ce vraiment le moment  quand, dans ces dernières semaines de la crise de l’eau, les représentants de l’Autorisation régionale de Santé (ARS) n’étaient plus conviés au réunions préfectorales de suivi car sans doute un peu trop gênants ? Ils soulignaient en effet les risques sanitaires non seulement de gastro-entérite mais de l’interconnexion décidée des deux retenues collinaires de Mayotte en raison de cyto-bactéries distinctes et aussi de l’état poreux de toutes les canalisations d’eau de l’île.

Nous apprenons par ailleurs qu’une grande partie du personnel du Lycée du Sud a bien exercé son droit de retrait non revendicatif ce lundi conformément au risque de ”danger imminent” suite à l’effondrement régulier des planchers depuis les inondations du 23 mars. 24h après, le Vice-rectorat de Mayotte n’a pas encore exprimé son accord ou son désaccord sur ce droit : il n’a pas procédé comme l’indique pourtant les textes (décret 82-453) à l’enquête administrative dans l’établissement du Comité d’Hygiène et de Sécurité départemental, seul habilité à fonder sa décision. De quoi a-t-il peur ? Nous ne doutons pas, pour notre part, un seul instant de la conformité d’un tel établissement à l’alarme incendie toujours défectueuse.

De tout cela, nous espérons que Mayotte hebdo informe les Mahorais.

MÉTAMAG,  libre de tout lien financier  grâce à son équipe entièrement bénévole, avec l’aide de ses lecteurs, continuera à informer, fidèle à son esprit critique.

Répondre