Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Détourner l’attention : pour mieux génocider ?

Ottodix Assau De La Guerre

Détourner l’attention : pour mieux génocider ?

Auran Derien, universitaire ♦

On s’agite soudain, à propos de la Syrie et, plus près de nous, de Gibraltar. Que faut-il faire oublier ?Des conflits qui arrivent à point nommé.

Gibraltar a été remis au goût du jour par les politiciens anglais et espagnols. Pour les adjudants-chefs anglais chargés de négocier le Brexit, les petits fonctionnaires de l’Union Européenne sont pesants. Ils sont trop gourmands, veulent beaucoup trop d’argent. Il convient que toute la plèbe anglaise serre les rangs derrière “la belle de May” et rien de tel que le petit grigri patriotique à propos de Gibraltar pour obtenir ce résultat. Il devrait être plus facile en même temps de renvoyer les écossais indépendantistes dans les cordes, puisque le moment est mal choisi alors que les Espagnols veulent se bronzer sur le fameux rocher.

Du côté Espagnol, le nombre de problèmes à aborder n’est pas négligeable : le référendum d’indépendance en Catalogne, les affaires de corruption de la famille royale, le lobby homosexuel dont Rajoy fait partie. Un rien de faux patriotisme de la part des gérants espagnols favoriserait de plus l’affectation de dépenses nouvelles dans le budget militaire, tout comme en Angleterre d’ailleurs, puisque le Président Trump a proclamé que l’OTAN coûtait trop cher aux américains et que les européens devaient cracher au bassinet. En pleine phase de décadence, de chômage et de génocide des peuples européens, comment donner plus d’argent  à l’OTAN ? Le grigri patriotique….

La russophobie des américains et de l’Europe

On ne peut plus faire la liste des décisions russophobes prises par l’empire américain et l’Union Européenne. Le fait de savoir si Donald Trump est prisonnier des  néo-conservateurs  est de peu d’importance. On observe l’extension de la bêtise en feuilletant les borborygmes des journaux que possèdent les tenants de la haute finance mondialiste..

Un journaliste d‘El financiero, en échange d’une poignée de dollars frelatés, vient d’étaler son incompétence dans une colonne destinée à gémir sur l’intervention russe dans les élections mexicaines à venir. Les mensonges grotesques sortent toujours de la même bauge. Le pauvre journaliste écrit n’importe quoi. Chacun sait pourtant, grâce à Internet, que la NSA et autres centres d’espionnage  interviennent dans le monde entier, comme nous a permis de mieux le comprendre Julian Assange. Le bouffi d’“el financiero” devrait aussi connaître la criminalité de ses maîtres : en 68 années  l’OTAN a détruit et tué des millions d’êtres humains de par le monde, tant en yougoslavie qu’en Libye, en Irak qu’en Afghanistan.

Encore plus miteux. Des  intellectuels avaient affirmé que les sportifs russes, par nature, se dopaient alors que les sportifs étatsuniens, par essence, étaient pures. Hors, pris de remords ou simplement conscient qu’il était devenu méprisable, le canadien McLaren, auteur d’un rapport rédigé sous l’égide d’une commission de l’Agence Mondiale Antidopage, a reconnu que l’affirmation de dopage des athlètes russes était fausse et qu’une telle accusation était retirée.

Cette industrie de la haine et du mensonge est particulièrement lassante. On rit évidemment des stupidités reprises en chœur par les esclaves médiatiques mais on s’étonne que l’escroquerie intellectuelle qui est devenue systématique depuis la guerre de 1914 soit toujours acceptée. L’industrie du mensonge est inhérente aux fanatiques de la vérité révélée ; ils comptent sur le chaos pour dominer puisque leur organisation reste solide et unie alors que les autres se font la guerre.

Ainsi, il est de notoriété publique que les affidés employés par George Soros se trouvent derrière l’utilisation du gaz sarin en Syrie. Les casques blancs sont en effet un groupe dépendant d’al-Quaeda, financé par Soros et l’oligarchie britannique. L’agence ABNA explique que 250 personnes avaient été séquestrées par al-Quaeda une semaine avant l’attaque. Or, le même nombre a été déclaré victime du gaz et les casques blancs avaient reçu des protections spéciales un mois avant l’opération. Le fameux journaliste d’investigation Seymour Hersch a d’ailleurs affirmé que les documents en possession des services d’intelligence montrent la pratique de la contrebande d’armes chimiques à travers la Turquie et la Libye en faveur des rebelles syriens.

Pousser à la haine par le mensonge, cette ruse  habituelle est une infamie qui pourrit l’Occident en général.  La crise financière qui s’approche permettra au monde asiatique et hispano-américain de prendre plus d’importance et de faire cesser cette horreur.

Illustration : Assaut sous les gaz (1924) d’Otto Dix

 

 

 

Répondre