Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Après l’attentat : l’Élysée à la lecture du terrorisme des champs

Presidentielle 2017

Après l’attentat : l’Élysée à la lecture du terrorisme des champs

Télécharger en PDF et imprimer

Raoul Fougax, journaliste ♦

Les candidats de l’anti-islamisme validés par les faits

Daech a voté. Elle a voté Marine Le Pen et François Fillon. Volontairement pour instaurer la fracture ou pas… peu importe.

Les Français sont face à la réalité. Ils veulent nous tuer, nous devons les détruire. Une certaine vision de la démocratie est aujourd’hui incapable de défendre la France et les Français.

Qui pourra encore voter Macron, le visage lisse du surdiplômé mondialiste déconnecté des racines nationales. Qui peu croire que Macron sera un président protecteur ? Face à la menace islamiste ce serait le plus mauvais choix. Si la France vote Macron elle aura l’avenir qu’elle mérite de sang et de larmes.

Cet attentat conforte bien sûr deux candidats et cela enrage les médias, qui ont choisis comme leurs financiers Macron et Mélenchon, le mondialiste financier et le gauchisme international. Face au mondialisme islamique il ne faut pas un mondialise. Il faut un nationalisme capable de défendre la France des Français qui se sentent français.

Il y a Fillon. Mais il faut bien reconnaître que son action passée ne plaide pas en faveur de la crédibilité de son discours radical. Cet homme est un dur qui a été mou et un homme de principes qui en a écorné pas mal. Son expérience peut cependant jouer en sa faveur.

Il y a Marine Le Pen dont le discours est le plus proche du besoin de sécurité des Français. Reste que pour appliquer son programme il lui faudrait le caractère d’une Thatcher. Il y a donc un doute.

Chacun choisira, dans son intime conviction, celui ou celle qui sera le meilleur président contre l’islamisation du pays et le radicalisme terroriste musulman.

Si Emmanuel Macron ne recule pas, par rapport à des estimations qui le surévaluent pour assurer sa présence au second tour, les électeurs ne s’en prendront qu’à eux-même, car l’imbécilité qui consiste à croire que celui qui n’est contre personne, pour plaire au plus grand nombre, peut être un rempart serait incompréhensible.

Jean-Luc Mélenchon ne devrait plus être au second tour, on verra bien.

Un second tour Le Pen/Fillon montrerait que les électeurs ont compris qu’elle était, pour le pays, la priorité des priorités.

On a le droit de ne pas aimer les personnages. Mais la question est maintenant : Qui ira jusqu’au bout du bout pour en finir avec les sauvages qui veulent détruire notre culture et en finir avec notre histoire.

Il s’agit de ne pas se tromper et de ne pas voter pour des démocrates idéologiques qui ramènent tout à la deuxième guerre mondiale.

Ils sont incapables de défendre la France, au coeur de cette troisième guerre mondiale que certains islamistes livrent au monde chrétien, musulman, orthodoxe et civilisé.

Pour une fois, une élection peut vraiment influer l’avenir. Comme pourrait le dire Erdogan, les urnes sont nos bombes, les bulletins nos fusils… feu démocratique- mais oui- à volonté contre le terrorisme islamique.

Répondre