Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

La Novlangue contre notre culture

Novlangue

La Novlangue contre notre culture

En Angleterre, des étudiants de départements de philosophie avaient  demandé, il y a quelque temps, à leurs professeurs de ne plus étudier de « sales blancs » comme Platon, Voltaire ou Aristote. Cette fois-ci, très officiellement, l’université Cardiff Metropolitan University, a publié la semaine dernière un «Code des bonnes pratiques sur l’utilisation du Langage Inclusif » pour le personnel et les étudiants. «Les étudiants et les employés pourraient affronter des procédures disciplinaires s’ils n’acceptent pas d’adhérer à cette politique de langue» a prévenu, non sans rire, l’Université.

L’établissement veut instaurer un code de bonne conduite afin de favoriser les expressions neutres d’un point de vue du genre. Le but étant de mettre en avant l’égalité homme-femme et de (selon les propres mots de l’université) «fournir un environnement où tout le monde se sent valorisé», la direction de l’université estimant que la langue peut «créer des querelles».

joanna williamsParmi la liste des expressions et mots anglais modifiés, on trouve «firefighter» ou lieu de «fireman» («pompier»), «sens du fair-play» à la place de «sportsmanship» («esprit sportif») ou encore «tax inspector» à la place de «tax man» («percepteur»). Ce sont ainsi quelques 34 mots et expressions qui ont été bannis. Il y a eu des réactions : l’université a été accusé de restreindre la liberté d’expression des étudiants en interdisant des mots tels que «femme au foyer» et «main-d’œuvre». Joanna Williams, professeure à l’université du Kent et auteure du livre Academic Freedom in an Age of Conformity, estime dans les colonnes du Telegraph que ces règles étaient inutiles et nuisaient à la liberté d’expression. «C’est une tentative très autoritaire de vouloir contrôler la façon dont les gens pensent et le langage qu’ils utilisent. L’idée que, dans une université, on ait besoin d’imposer une dictature de la sorte est très insultante pour les étudiants et les professeurs, nous devrions être à même de gérer ces mots. Ces mots ont évolué pendant longtemps et n’ont pas de connotation sexiste

Dans la section sur la sexualité et les relations , il est conseillé de remplacé homosexuel et hétérosexuel par «de même sexe» et «autre sexe»
Le guide de Cardiff souligne également qu’un certain nombre de termes sexués, comme l’humanité, président et femme au foyer sont inacceptables et doivent être remplacés par des variantes non sexistes. ML [2.5]

Répondre