Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Hollande – Macron : les alliés du 8 mai

Macron Lors De Son Discours

Hollande – Macron : les alliés du 8 mai

Télécharger en PDF et imprimer

Raoul Fougax ♦

Ils fêtent leur victoire, celle du système mondialo- médiatique

Ils ont gagné la guerre. Le président sortant et le président élu célèbrent le 8 mai ensemble.

Cette image est le symbole qui apporte la preuve que Macron est la continuité de l’idéologie dominante. Il est la continuité de l’ancien pouvoir qui a revêtu habillement des habits neufs. L’opération chirurgie esthétique a donc réussi. Le système mondialiste, immigrationiste, non seulement se poursuit mais il s’est rajeuni. Le déclin, l’échec, se revendique espoir.

Hollande et Macron n’aiment que l’histoire de France qui les sert idéologiquement. Leur roman national est spécifique et limité à la deuxième guerre mondiale. Le 8 mai, on célèbre une France acteur majeure de la victoire des alliés et qui s’est libérée seule. Cette histoire reconstituée est imposée comme une vérité indiscutable. Tout procède de là.

Marine Le Pen a commis l’erreur de penser que c’était dépassé, que les Français votaient pour la réalité du moment

Elle s’est dédiabolisée en se soumettant, peut être par conviction d’ ailleurs, à la lecture gaulliste et resistancialiste de l’histoire. Elle a été huée comme fasciste et pétainiste. Tout ça pour ça. Elle a sous-estimé le totalitarisme idéologique médiatique.

Bien sûr, le FN a battu un nouveau record historique et se met à rêver de devenir l’opposition au “macronisme“. Ce serait légitime. La macromania cependant va déferler comme l’Obamania, médias aidant, sur la France. Le président peut avoir une majorité présidentielle surtout avec le reniement des Républicains et Socialistes allant à la soupe.

Le Fn risque de se retrouver avec un nombre ridicule de députés par rapport à ses suffrages peut-être même pas un groupe contrairement aux écologistes et centristes des magouilles parlementaires. Le respect de la démocratie a bien une limite, et c’est le Front National. Ne pas le comprendre, c’est se condamner aux déceptions à répétitions.

La déception de trop pourrait alors provoquer une crise au sein du Fn et un découragement des troupes

Marine Le Pen doit absolument lutter contre la résignation du «  Elle n’y arrivera jamais » C’est bien sûr de plus en plus difficile.

Le roman de l’histoire manipulée sera encore exploité contre elle lors de la journée de l’abolition de l’esclavage, puis au deuxième tour de la législative qui tombe, comme ça tombe bien, un 18 juin.

Marine a cru se débarrasser avec son père du poids de 1945…. Elle a eut tort.

Renvoyée à un passé diabolisé et qu’elle n’a jamais osé défendre même sur l’Algérie, mauvaise au débat, chahutée les derniers jours et victime d’un tribunal médiatique permanent, elle a fait encore progresser le Fn. C’est un exploit, mais qui pourrait ne déboucher sur rien. Elle a changé le Fn. Elle veut maintenant s’en débarrasser comme du père en changeant le nom du parti. Cela ne suffira pas. Même Hercule n’a pu se débarrasser de la tunique de Nessus.

Elle n’en sera pas pour autant invitée au défilé du 8 mai. Elle ne sera jamais dans le camp des vainqueurs qui écrivent l’histoire. Le comprendre, l’admettre et faire avec, se révèle indispensable.

Macron 2017, c’est «sûr des penser anciens faisant des vers nouveaux » et ça marche pour En Marche.

  1. Herodote
    Herodote8 mai 2017

    Que nous n’aimez pas la famille Le Pen est une chose Mr Fougax, de même vous exprimez votre amertume. mais mais de là à ce la France va disparaître dans le bougli-bougla de la mondialisation ou de l’européisme surement pas
    Selon le général d Gaulle ” La France nous enterra tous” . Le général voulait , aussi, insuffler ” L’Espoir ” comme Jeanne d’Arc en son temps.Deux personnages emblématiques comme le cardinal Richelieu, Mazarin, Louis XIV, le général Bonaparte, Casimir Perrier, Gambetta, G Clemenceau entre 1917 et 1918 etc….

    Je suis convaincu qu’un jour, la France incarnera une certaine idée dans le monde.
    Le peuple français a peut être perdu la bataille de sa renaissance dans cette élection mais pas la guerre.

  2. Louis Pinel
    Louis Pinel9 mai 2017

    Par-delà l’euphorie médiatique d’un jour, le personnage de M. Macron porte en lui un potentiel de rejet, de moquerie et de haine insoupçonnable. Son style « jeunesse dorée », son passé d’énarque, d’inspecteur des finances, de banquier, d’ancien conseiller de François Hollane, occultés le temps d’une élection, en font la cible potentielle d’un hallucinant lynchage collectif, une victime expiatoire en puissance des frustrations, souffrances et déceptions du pays. Ses partisans doivent-ils lui souhaiter d’achever son quinquennat ?

  3. Dominique Viaene
    Dominique Viaene9 mai 2017

    Macron et son “Parrain” Hollande ont gagné une bataille mais pas la guerre. La Droite (LR), après avoir largué les faibles, les opportunistes, les peureux et les lâches (femmes et hommes!) doit se radicaliser et changer de cap. Elle a encore beaucoup de possibilités. Ceux qui croient encore en elle, forment une base solide. Elle pourra ainsi avancer la tête haute pour défier Macron et arrêter sa Marche populiste. Elle ne doit en aucun cas se laisser influencer par les “chants de sirènes” du nouveau Président. Le mouvement “En Marche” n’est qu’un feu de paille. Il faudra à tout prix résister aux propositions politiques “alléchantes” de Marcron. Le seul salut de cette “nouvelle Droite” sera une large majorité au Parlement suivie d’une cohabitation sans aucune concession!

Répondre