Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Macron : un rite républicain proche du sacre

Macron Investiture

Macron : un rite républicain proche du sacre

Télécharger en PDF et imprimer

Raoul Fougax ♦

Et si Marine avait descendu les champs en véhicule militaire ?

Mélenchon a dû s’en étrangler. La journée d’investiture républicaine du président Macron avait un petit air de sacre monarchique. On était à l’ antipode de la fin de la monarchie républicaine. On y revenait. Faute de VIème république, on était plutôt second empire.

Cela étant, tout ce qui est faste traditionnel est bon pour la France véritable.

Reste que personne n’a soulevé un scénario amusant. Il faut souvent raisonner par l’absurde. Si Marine avait été élue, on l’imagine descendant les champs sur un véhicule militaire. Demandons-nous quels auraient été les commentaires des journaleux médiatiques. En admiration devant le jeune Macron se revendiquant chef des armées, qu’auraient ils dit ? Ils auraient hurlé à la fascisation militariste de la fonction présidentielle dans une hystérie unanime. La démocratie aurait été plus en danger que jamais. Le magnifique régalien de Macron serait devenu la remontée des champs par l’armée allemande. Macron ne guérit pas encore les écrouelles, mais il est fasciné par le faste monarchique ou par les rites.

La politique va bien sûr reprendre ses droits et il va tenter comme un président de la IVème d’obtenir une majorité politicienne ou des majorités de combinaisons. La parenthèse rituelle va se refermer. Le président ne pourra longtemps rester sur les hauteurs.

Pour un retour vers une conception de la durée d’un pouvoir présidentiel au-dessus des autres, il faudrait rétablir le septennat. Le quinquennat impose la magouille électoraliste permanente. Le président, dans notre république, est condamné à être un politicien. Les législatives dans la foulée ne font qu’accroître ce coté IVème et favorise le retour d’un comportement de partis. « La République en Marche » est bien un parti qui deviendra, Bayrou aidant, très vite un parti comme les autres.

La république n’est pas une monarchie et on voit bien que le souverain élu n’a qu’une obsession, obtenir une majorité parlementaire. La nomination d’un premier ministre de droite venu de la gauche confirme que le président veut faire exploser la droite après avoir détruit le Ps. Il veut marginaliser le FN et les insoumis.

Il recherche une « chambre introuvable ». La Chambre introuvable est la chambre des députés élue les 14 et 22 août 1815 au début de la Seconde Restauration . L’expression « chambre introuvable » est attribuée à Louis XVIII, pour exprimer l’idée qu’il n’aurait pu en rêver une aussi favorable à son trône. La chambre introuvable siège à partir du 7 octobre 1815 ; elle est suspendue en avril 1816 et dissoute le 5 septembre… car elle était bien plus royaliste que le roi.

  1. Herodote
    Herodote15 mai 2017

    Hi! hi ! avec vous Mr Fiugax on rigole bien ” Macron va guérir les écrouelles “.
    Nota Bene que si la date du 18 Juin est bien l’appel du général de Gaulle, c est aussi le jour de la défaite de Waterloo. C’ est pire que la Bérezina.
    Quelle parti va disparaître ?
    J’aimerai bien, aussi, que NKM, Bruno le Maire, Estrosi, Juppé etc…. rejoignent le parti “En Marche ” ,comme çà on sera quels sont les vrais représentants de la Droite républicaine ?

  2. Robert41
    Robert4116 mai 2017

    Ce qui donnait un sens et un corps à notre société civile ; où chacun était à sa place et où la France était encore libre, indépendante et souveraine ; c’est dénaturé et transfiguré, par la dislocation de la gauche du peuple et la droite de la nation. Cette perversion a été instruite par une pensée attalienne, celle qui a mis au pouvoir le président Macron et qui était l’un des conseillers de Mitterrand. Le pacte social avec ceux qui l’avaient élu n’avait plus d’importance ; comme Macron le fera sans doute avec ceux qui ont voté pour lui. Les gens oublient que le libéralisme et l’ultra-libéralisme, c’est avant tout le monde des réseaux, mais aussi de la délinquance et de la corruption. Pour s’en convaincre, il suffit d’être comptable de tous ces escrocs politiciens dénoncés de leur abus de biens sociaux, de leurs trafics ; c’est le libéralisme sans contrôle qui permet cette escroquerie. Et encore, on pourrait en plus du politique dénoncer les dirigeants de société qui ont fait l’objet dans la presse, entre 2000 et 2007 par exemple, de parachute doré. Philippe, Jaffré, parti d’Elf avec 18 millions d’euros, Jean-Marie, Messier, parti de Vivendi avec 20,5 millions d’euros, Noël, Forgeard, débarqué d’EADS, 5,05 millions d’euros de stock-options à la veille d’une chute du titre en Bourse plus pour son départ, 6 millions d’euros de retraite-chapeau etc … Mais quand-même, saluons le scandale des scandales avec Antoine, Zacharias qui a empoché durant l’été 2006, 167 millions en actions, plus de 30 millions de salaires annuels, plus de 2 millions annuels de retraite-chapeau, plus de 255 millions sous forme de stock-options en quittant la présidence de Vinci. On pourrait aussi y ajouter le fonctionnement normal des rémunérations d’entreprises du CAC 40 en France qui est un véritable scandale des salaires entre la base et le sommet. Cette dérive s’exerce bien évidemment à l’étranger. C’est le fonctionnement sans aucun contrôle du capitalisme sauvage, et paradoxalement celui qui s’exerce aussi dans les quartiers par le trafic de drogue. Que va faire Macron, s’attaquer au capitalisme criminel ? Détruire l’économie de la drogue qui alimente le terrorisme ? – 60% de votants ont opté pour Emmanuel, Macron, mais ne connaissent absolument pas le fil rouge de sa politique. Comme le disait DSK de sa mésaventure – C’est un complot … Cette providence macronienne, sera-t-elle à la hauteur de la tâche ? Personnellement, j’en doute car cette représentation présidentielle est plus proche de l’automate de la servitude que de la grandeur attendue.

Répondre