Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Législatives 2017 : on a déjà voté

Polynesie Haut Commissariat à Papeete

Législatives 2017 : on a déjà voté

Télécharger en PDF et imprimer

Michel Lhomme, philosophe, politologue ♦

En Polynésie, ils étaient 27 candidats pour ce premier tour des élections législatives : huit dans la première circonscription, 11 dans la deuxième et huit dans la 3e. Un chiffre beaucoup moins important que lors des dernières élections législatives en 2012 où pas moins de 45 candidats s’étaient présentés.

Les premiers résultats sont tombés et avec  45% de participation, il n’y aura pas de triangulaires. Les trois candidats Macron compatibles étant en tête. Macron peut gagner son pari et avoir  la majorité absolue aux législatives qui placées après le scrutin présidentiel n’est plus en quelque sorte qu’un plébiscite quel que soit le Président élu.

Le mouvement En Marche est aussi bien parti t pour remporter la plupart des onze circonscriptions des Français de l’étranger, où il arrive généralement en tête à l’issue du premier tour des élections législatives qui se sont aussi déroulées ce dimanche.

Dans le droit fil de son résultat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron voit son parti arriver en tête dans 10 des 11 circonscriptions (sauf la 9è), dans un scrutin marqué par une forte abstention, selon les résultats dévoilés lundi soir à l’issue d’un scrutin organisé samedi.

Certains candidats dépassent les 50% mais un second tour sera nécessaire dans toutes les circonscriptions puisque du fait de la faible participation, ils n’atteignent pas la barre de 25% des inscrits.

Le second tour se tiendra pour les Français de l’étranger les 16 et 17 juin, juste avant le scrutin en métropole du 18 juin. A noter que tous les députés sortants obtiennent de faibles scores et font donc les frais de la dynamique d’En Marche. Dans la 11è circonscription (Asie/Russie), le sortant Thierry Mariani (LR) est lui aussi largement devancé par la candidate REM Anne Genetet : 54,11% pour cette dernière contre 18,78% pour le sortant avec plus de 70% d’abstention.

A Saint-Pierre-et-Miquelon, la ministre Girardin est accusée par ses concurrents d’être revenue sur ses engagements de se consacrer à son île et de ne plus participer à un gouvernement. Elle brigue pourtant un troisième mandat. Mais comment le territoire pourrait-il se priver d’une telle opportunité pour défendre et surtout préserver ses privilèges exorbitants?

«Quand le président de la République me téléphone, après que j’ai refusé la proposition du Premier ministre Edouard Philippe, pour insister, je ne me pose qu’une seule question: qu’est-ce qui est mieux pour l’archipel? Et c’est pour l’archipel que j’ai accepté», a-t-elle expliqué sur la radio Saint-Pierre et Miquelon.

Illustration : siège du haut commissariat à Papeete.

 

 

  1. Dégouté
    Dégouté14 juin 2017

    Ils sont partis causes insécurité, emploi,trop d’étrangers, et ils votent de nouveau pour ceux qui ont accéléré les fenomenes, c’est a ne plus rien comprendre nous avons depuis 45 années subit les truands du pouvoir et ensuite les comiques après Hardy et bien Laurel et l’histoire dit qu’ils sont de bons amis, ca promet d’en pleurer…. mais pas de rire!

Répondre