Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Le timbre poste rapporte gros !

Segolene

Le timbre poste rapporte gros !

S’il y avait en France une échelle de la corruption politique, elle serait tout en haut mais pourtant, elle demeure intouchable.

Qui, elle ? Ségolène Royal, la ex de François Hollande qui lui a tout couvert bien évidemment. Heureusement que nous ne savions pas tout !  Autrefois les buralistes ( ils sont environ 22000 en France ) allaient acheter les timbres poste dans le bureau de poste de leur choix. Ils bénéficiaient alors d’une  ristourne et le receveur principal du bureau de poste délivrant les timbres avait lui aussi une ristourne.

Or, depuis quelques mois les buralistes français doivent envoyer leur commande de timbres à un organisme à Paris, accompagnée du règlement. Environ trois semaines après, ils reçoivent leurs timbres de la poste de Périgueux. Pourquoi donc Périgueux ? Quelques uns ont fouillé  et là, stupéfaction, le receveur principal de Périgueux qui perçoit toutes les ristournes sur tous les timbres vendus par les 22 000 buralistes français n’est rien d’autre que le frère de Ségolène Royal. La belle histoire de la poste ne s’arrête pas là.

On peut d’ailleurs la lire sous la plume de Michel Marmin dans plusieurs ouvrages des Editions Chronique.  On y apprend justement que lorsque une personne est nommée ministre de la poste,  la direction des postes remet au ministre durant toute sa mandature des timbres de collection, des timbres très rares, de très grande valeur et dans leur quasi totalité, les ministres ont bien sûr revendu ces timbres à des collectionneurs.

Tous les ministres des postes contactés ont tous reconnu avoir reçu ces timbres mais aucun n’a reconnu les avoir revendus : les ministres sont pudiques. Tous sauf un : Gérard Longuet. Lui, a reconnu les avoir revendus et il a même été plus loin en avouant que durant son mandat ces ventes lui avaient rapporté environ 1000 euros par mois. ML [02.07].

Lire : Chronique du timbre poste français, Marmin (Michel), Palet (Laurent) et Meynandier (Pascal), Chronique éditions.

Répondre