Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Pont du Rec: le combat contre les marchands de vent monde en bref

Pont Du Rec

Pont du Rec: le combat contre les marchands de vent monde en bref

On se croirait en Amérique du Sud du côté des mapuches chiliens ou des sans-terre brésiliens mais nous sommes en France.

Contre ses administrés, Philippe Pous, le maire de Bouriège, veut installer six éoliennes sur le territoire de la commune mais depuis dix jours, le convoi transportant le matériel est bloqué au pont du Rec sur la D52. Le dossier indiquait qu’il n’y avait « pas besoin d’aménagement sur les voies d’accès » sauf que l’accès au pont est encadré par une propriété privée ce que l’entreprise Valeco savait parfaitement puisqu’elle avait fait des essais à vide pour le passage des camions.

Le Conseil départemental a soutenu Valeco en donnant son accord pour détruire les 3 parapets des 2 ponts. Le 9 juin, il a également pris un arrêté bloquant cette route jusqu’au 20 juillet de 6h à 20h tous les jours à l’exception du week-end. Le conseil a décidé d’élargir la route en prenant du terrain sur cette même propriété et en posant des piquets derrière la clôture. Du coup, la seule possibilité de passer pour les éoliennes est d’obtenir un arrêté que seul le préfet est habilité à délivrer, un tel arrêté permettant à la gendarmerie d’expulser le propriétaire de sa propriété mais qu’importe puisque depuis le début toutes les irrégularités ont été « régularisées » par des permis modificatifs accordés par le préfet puisque c’est pour la bonne cause, la transition énergétique et les marchands de vent !

En France, les constructeurs éoliens se croient de plus en plus en terrain conquis et avec ceux qui les soutiennent, la mafia des maires et des élus locaux, ils n’hésitent pas à  mettre la France sous tutelle, à la défigurer commune après commune pour arriver à leurs fins. Dans une République normale, le choix du préfet serait pourtant simple : défendre les citoyens de ce territoire, la propriété privée et condamner une compagnie privée, destructrice d’environnement et de patrimoine. En tout cas, le combat du pont du Rec est emblématique du scandale des éoliennes.

Nicolas Hulot, nouveau ministre de l’Ecologie a été, dit-on, informé de la situation mais il ne répondra pas : lui-aussi brasse du vent depuis longtemps pour l’écologie politique. Derrière toute cette affaire, il faut rappeler la question financière : une éolienne rapporte 25.000€/an. Ce combat singulier est en tout emblématique d’un combat pour la défense de notre territoire et de la beauté de nos paysages champêtres ou maritimes abandonnés à des marchands de vent par des représentants politiques qui ne pensent qu’à se faire de l’argent dans l’apanage de la laideur et de l’irrationalité énergétique.[23.06]

Source 

  1. Creoff
    Creoff5 juillet 2017

    C’est bien fragile une éolienne s’il n’y a pas le consensus de la population….Comme tout ce qui est dans l’espace public. Cela signifie un consensus sur la loi, sur la propriété, sur les impots..Quand cela n’est plus, on entre dans une autre ère, celle du vandalisme de chacun pour soi…

Répondre