Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

L’amour sous un volcan….

Pompei Les Amants

L’amour sous un volcan….

Près de deux-mille ans après l’éruption du Vésuve, les analyses ADN ont permis de déterminer que les fameux “amants de Pompei”, figés dans l’étreinte, étaient en réalité deux hommes.

Selon Massimo Osanna, directeur des fouilles du célèbre site de Pompéi, le célèbre couple d’amants pétrifiés dans les cendres qui a tant fait couler d’encre sur le désir et l’amour auraient finalement été deux hommes. L’archéologue précise : « On ne peut pas affirmer que les deux personnages étaient amants, mais compte tenu de leur position, on peut le supposer », estime l’archéologue. C’est à l’occasion d’une exposition que le directeur des fouilles de Pompéi a fait cette révélation. Le célèbre moulage découvert en 1922 par l’archéologue Vittorio Spinazzola, qui représente les corps de deux personnes enlacées serait celui de deux “amants” masculins.

Lorsque Spinazzola a découvert ces corps figés dans le temps dans la maison dite du Criptoportique, cela ne faisait aucun doute : il avait mis au jour les dépouilles d’un homme et d’une femme, restés étreints jusqu’au dernier moment de leur vie. Un couple qui faisait simplement partie des milliers de victimes que l’éruption du Vésuve a fait en l’an 79. Dans l’Italie fasciste, virile et machiste de Mussolini, il ne pouvait en être autrement. Cette théorie s’est rapidement imposée et a perduré. Mais Spinazzola avait émis une autre hypothèse : celle qu’il s’agisse de deux femmes, plus précisément, d’une mère et sa fille.

Il aura donc fallu attendre près de 100 ans pour que leur secret soit révélé par des analyses révélatrices : les spécialistes ont réalisé un scanner et des analyses génétiques sur leurs os et leurs dents et les résultats sont sans appel : il s’agit de deux individus de sexe masculin. L’un jeune était probablement âgé d’environ 18 ans et l’autre plus vieux de 20 ans ou plus. D’après leur ADN, les deux défunts ne sont pas apparentés ceci excluant donc les hypothèses qu’il s’agisse d’un père et de son fils ou de deux frères.

Le doute demeure maintenant sur leur relation comme si coucher ensemble signifiait forcément baiser : “Vous ne pouvez pas affirmer que les deux étaient amants même si au vu de leur position, vous pouvez faire cette hypothèse“, a expliqué Massimo Osanna. En tout cas, tous les médias gays ont repris en boucle cette information comme si on ne savait pas au vingt-et-unième siècle que l’homosexualité est une relation commune du mammifère humain. ML [06.08]

  1. Plouvier Bernard
    Plouvier Bernard9 août 2017

    Mais où voit-on un “enlacement” de ces deux corps, simplement enchevêtrés en post-mortem, puisque la tête de l’un s’est encastrée dans le thorax de l’autre ?

    Que les archéologues de la première moitié du XXe siècle, qui étaient davantage des poètes que des scientifiques, aient accouché d’une explication ultra-fantaisiste, cela fait partie du contexte féerique des années 1900-1945, où il fallait s’évader d’une réalité atroce, mais est-il indispensable d’avaliser les âneries de nos ancêtres ?

    Deux jeunes hommes, asphyxiés par les vapeurs de soufre et le manque d’O2, sont tombés simultanément et se sont télescopés.

    Plutôt que de fantasmer sur leurs penchants sexuels, il serait plus intéressant de déterminer, grâce à leur ADN, leurs couleurs de poils et d’iris. Tout le monde a droit de rêver, mais un homme de science doit d’abord travailler de façon rationnelle

Répondre