Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Appréhender l’Islam. Une réalité monolithique ou plurielle?

Islam

Appréhender l’Islam. Une réalité monolithique ou plurielle?

Gustin Sintaud ♦

Pour couper court à toute contestation, même parfois judicieuse, et pour se garder d’avoir sur toute sorte de pinaillages, généralement peu productifs, bien des précisions semblent nécessaire et urgentes, concernant l’appréhension plurielle de l’islam

Effectivement, il est gravement faux de concevoir l’islam comme une réalité monolithique, même au- delà et en-deçà des deux grandes voies musulmanes d’après le schisme historique entre sunnisme et chiisme. Il serait tout autant erroné d’entrevoir chacune d’elles comme strictement unifiée. Dans ce complexe éparpillement de courants, avec leurs divers sous-courants, parmi toutes ces multiples sensibilités différentes, comment croire ingénument qu’il n’y aurait qu’un seul et unique islamisme ?

L’immensité territoriale de Dar-Al-Islam, intégrant tant d’origines ethniques et culturelles diverses, ne pouvait engendrer une seule et unique expression musulmane, et tant pis si, dès sa genèse et le balbutiement de son avènement, l’islam prétendit à l’unité sans faille d’une communauté de croyants (oummah).

Depuis ses débuts, cette troisième et dernière branche du monothéisme abrahamique, universaliste et unificatrice, connut force divisions, véhémentes contestations, nombreuses adaptations, certaines divergentes, profondes ou superficielles, mais caractéristiques ou spécifiques, beaucoup durables.

Il n’y eut pas seulement toutes les démarches soufies, toujours mal tolérées par les orthodoxies musulmanes… .

Le soufisme, comme mysticisme musulman inquiète depuis le VIIe siècle ; on lui reproche partout et toujours sa volonté d’accéder à la présence et à la connaissance de Dieu, directement, et pas seulement par la révélation d’Allah contenue dans le Coran. Partout, toujours, le soufisme contestait conceptuellement la sacro-sainte et essentielle « soumission » totalement acceptée dans la dans le mot « islam ».

Depuis le IXe siècle, le droit et la théologie se figeant, les soufis refusèrent cette religion dans les seules formes coercitives de la Chariah. Leur ascétisme les motiva à privilégier, pour eux, l’exemple du prophète, pour atteindre, par degrés successifs, la Vérité spirituelle intérieure. Leur ascèse, comme moyen de réaliser l’union avec Dieu, est impensable pour des musulmans orthodoxes, entre un Dieu inconnaissable et la faillible et impuissante créature ; Ces musulmans de grande orthodoxie y subodorent immédiatement hérésie et blasphème. Comment, pour eux, par exemple, la voie de l’Amour pourrait-elle vaincre la sévérité de Dieu, censeur et impitoyable justicier ? ….

Des maîtres soufis comme AL-Halldj et Sohrawardi furent, crucifiés pour l’un et exécuté pour l’autre, à cause de leurs originalités déviantes. Néanmoins, et malgré tel acharnement, il y a toujours, partout, florès de confréries soufies dynamiques pour cultiver et enseigner les expressions exotériques de l’islam.

Après avoir signalé cet intéressant type de musulmans, de trop succincte manière il faut en convenir, il faut s’intéresser à d’autres musulmans assez originaux qui nient, par leur spécificité, une oummah unifiée ; spécificités des Alaouites et celles des Druzes, en notant les distances caractéristiques entre les deux ensembles, avant d’accorder un rapide intérêt aux Ismaéliens.

Les Alaouites

Pour les Alaouites, ceux qui rendent un culte à Ali, s’ils ne peuvent être confondus avec les chiites alides d’Iran, eux partisans d’Ali, leur détermination pour célébrer le quatrième calife bien guidé martyr, ne peut que les ranger, dans le grand courant musulman schismatique, parmi les chiites. Ils furent aussi désignés par le terme de « Nosairis », appelation dérivant du nom d’un de leurs chefs historiques : Ibn Nosair. Parce qu’ils semblent les héritiers de plusieurs traditions spirituelles : philosophie gréco-hellénistique, gnosticisme chrétien, dualisme manichéen persan, et même judaisme, ils sont considérés comme d’insolents hétérodoxes autant par le chiisme institutionnalisé que par l’intransigeance du sunnisme orthodoxe.

Ainsi s’explique mieux, nourrie par une vieille haine, la hargne des monarchies wahhabites du golfe contre la Syrie de Bachar-Al-Assad et les deux millions d’Alaouites de Syrie, derrière lui. Une apparence de similitude peut être instrumentalisée pour rapprocher à tort Alaouites surtout concentrés au nord-ouest de la Syrie et Druze plutôt situés sur les montagnes de l ‘anti-Liban. Leurs foyers d’expressions assez proches et leur islam tout autant hétérodoxe peuvent amener à une telle erreur. Même s’ils ont été autant condamnés et châtiés par la rigueur politico-religieuse des autorités religieuses sunnites, comment pourrait-on assimiler la force de critère ethnique de la particularité musulmane alaouite à l’influence nettement ismaélienne du druzisme ?

La doctrine druze est basée sur des rites initiatiques inconnus des Alaouites ; ceux-ci n’admettent aucunement la métempsychose comme ceux-là….. Si les Alaouites sont actuellement sous les feux des actualités géo-politiques avec la guerre en Syrie, les Druzes, eux, sont devenus fort discrets, depuis la fin de la pétaudière libanaise, où, sous la conduite des Jomblatt, Moukhatara, puis Walid, ils voulurent, les armes à la main, s’imposer comme composante ethnico-religieuse à considérer.

Les Ismaéliens

Maintenant, pour s’entretenir des Ismaéliens, il faut commencer par investir la grande diversité des expressions du chiisme.

L’ismaélisme est chiite incontestablement, mais si le chiisme majoritaire, surtout en Iran et au sud de l’Irak, est duodécimain, celui-là se réclame septimain. Les duodécimains se déterminent par l’espoir du retour du douzième imam chiite, successeur d’Ali, Mohammed El-Mahdi, disparu en 874, occulté ; il est qualifié de « Seigneur des temps » et de « Madhi attendu » ; les septimains dont les Ismaéliens ne reconnaissent que sept imams avant la venue de l’imam caché. [il existe aussi des chiites du zaydisme, partisans des « cinq imams », et enfin les Alévis de Turquie, Turcs et Kurdes, plus connus pour leurs derviches dont les derviches tourneurs]. L’ismaélisme se révèle comme un mouvement politico-religieux à coloration messianique, comme il en apparut cycliquement dans l’histoire de l’islam. Ce mouvement s’est affirmé fortement hétérodoxe par rapport au sunnisme ; il insiste sur une interprétation allégorique, quelque peu gnostique même, des textes sacrés, allant jusqu’à croire à la métempsychose des âmes. Il met aussi l’accent sur la différence dualiste fondamentale entre l’ « apparent » et le « caché » dans les écritures révélées. Voilà pourquoi, seuls les initiés peuvent y approcher les vérités dont celle du sens mystique des lettres et des chiffres….

Aujourd’hui, l’ismaélisme, sous une forme totalement atténuée représente quelques 600 000 personnes, surtout en Inde et Pakistan dont certains reconnaissent l’autorité de l’Agha Khan. Des petites communautés ismaéliennes subsistent aussi en Syrie, au Liban, en Iran, voire en Asie centrale et même en Chine. La religion druze, née sous les Fatimides, peut être considérée comme rameau ismaélien.

La mollesse de cohésion de l’oummah

Après ce survol bien trop rapide, du moins un aperçu déjà convaincant de la mollesse réelle de cohésion de l’oummah peut se remarquer. Mais ce n’est pas la seule manifestation de la faiblesse d’un islam ayant raté sa vocation hégémonique : universaliste fondamentalement mais non rigoureusement unifiant dans sa réalisation. L’islam apparaît plus, partout où il convainquit et régna, comme un super-strat venant coiffer des ensembles de strats et infra-strats particuliers, divers, même différents. Ces bases, ici et là, ont pu avoir été définitivement gommées ou submergées ; elles ont su, ailleurs, s’intégrer dans le discours musulman original en l’altérant ou le modifiant ; elles ont pu tout autant le truffer d’apports rétifs ou rebelles à la rigueur conceptuelle de la « soumission » prônée par le Coran.

Ainsi, si le musulman devrait se fondre aveuglément dans l’oummah et se soumettre à la nécessité d’une communauté des croyants sans faille, pour la gloire de l’islam, il s’avère que des réflexes éthnico-culturels, même immergés, refassent surface, sous certaines conditions et situations particulières, offrent des choix spécifiques, provoquent des attitudes éthniques, étatiques, régionales, tribales, claniques ou familiales, divergentes de celles espérées et reconnues par l’oummah : la réalité et la force de ces açabiyya vient souvent limiter ou tempérer le monolithisme effectif de l’oummah.

Il n’y a vraiment pas d’oummah une et indivisible où tous marcheraient d’un même et unique pas, n’en déplaise à ceux qui l’espèrent encore strictement, unificatrice, comme à tous les autres qui tremblent en l’évoquant pour n’en voir qu’un redoutable bloc expansionniste. Il n’y a pas plus d’unité dans l’islamisme ; on y relève de farouches concurrences, des rivalités acharnées, de sordides affrontements et tout un jeu de surenchères.

D’abord il faut s’interdire de rapprocher, de confondre islamisme, dans sa définition précise, et intégrisme musulman, de même islamisme et salafisme, comme il ne faut pas associer salafisme et djihadisme, surtout aujourd’hui.

L’islamisme traduit la détermination politique qui institutionnalise l’islamisation générale des institutions et du gouvernement dans un pays musulman : à ce titre, l’Iran chiite des ayatollah autant que le royaume saoudien peuvent être justement considérés comme des états islamiques, et pourtant ces deux expressions bien différentes ne sont à rapprocher, car l’islamisme se réfère et exprime la vision de l’islam considéré en l’état concerné. Il se trouve, dans bien des zones à peuplement musulman, des mouvements qui revendiquent une islamisation rigoureuse de leur gestion politique ; ils professent tous l’islamisme bien que certains restent modérés, de tendance bourgeoise, préconisant des méthodes non-violentes ; ils préfèrent même le système de persuasion jusqu’aux jeux démocratiques et sanctions des urnes. D’autres optent pour une démarche plus musclée jusqu’à vouloir imposer par une lutte féroce, armée même. Le fanatisme peut facilement s’y développer.

Parmi les premiers mouvements islamistes, les modérés, pourraient se ranger : Refah Fazilet en Turquie, Hezbolah au Liban, Nahda en Tunisie, Frères musulmans en Egypte et Yémen, F.I.S en Algérie, Jama’at-i islami au Pakistan, le Parti de le renaissance islamique au Tadjikistan…..
L’autre, plus contestataire, révolutionnaire, n’hésite pas à utiliser les pires moyens avec violences, purges, exécutions comme au soudan, en Afghanistan des Talibans, au sahel avec Boko Aram ……

Il faut noter que ces deux courants islamistes, quel que soit leur crédo initial et la véhémence des discours, tendent tous à finir en nationalisme : ils sont trop prisonniers des impératifs séculiers, des obligations inhérentes aux réponses pour règlement de problèmes immédiats. A preuve d’exemples, il suffit de rappeler le Fazilet turc qui, en 1998, accepte des cadres féminins après s’être allié, en 1974, avec les socio-démocrates et, en 1996, avec le centre droit, tout comme l’Iran des ayatollah qui, malgré son intransigeance religieuse chiite, prend ouvertement parti pour des Arméniens chrétiens contre le gouvernement chiite d’Azerbaïdjan, en 1989. C’est pourtant dans cet islamisme combattant qu’un fanatisme inquiétant peut facilement se développer et s ‘exprimer comme parmi les Talibans, en Afghanistan, ou chez les salafistes d’Al Nostra en Syrie…

Si l’intégrisme musulman n’exprime que la stricte application des textes sacrés en renvoyant à une longue histoire de recentrements sur l’orthodoxie, il peut alimenter le terrorisme de certains musulmans en débordant la stricte application d’un islam intégral. Il s’exprima, depuis Ahmed Ibn Hanbal en 855, à travers la discipline de la plus dogmatique des quatre écoles de la jurisprudence sunnite, qui rejette l’opinion personnelle et le raisonnement par analogie, qui est hostile à une théologie spéculative. Il a inoculé son rigorisme, en 1328, à Ibn Taymiyya, qui, lui-même,a amené, par Mohammed Ibn El-Wahhab, à secréter le Wahabime cher au royaume saoudien.

L’intégrisme sunnite est arrivé par les oulémas, et alimente le fondamentalisme traditionnel ; il ne cesse de prôner l’hijra et le renforcement de l’oummah par la stricte observance, par tous les musulmans, des règles selon les textes sacrés. L’hijra c’est l’opposé du djihad : à l’image du prophète et son repli sur Médine,seul lien sûr de l’islam, c’est la reconcentration des musulmans, le retour aux sources, au creuset , à la certitude. Le retrait du territoire sous domination de non-croyants.

Le fondamentalisme traditionnel, qui peut influencer divers intégrismes, bien qu’il soutienne la généralisation d’une identique charia cloi islamique), en tous pays musulmans, ne recherche pas à s’occuper de politique ; il s’oppose, par exemple, au concept de vélayat-i-fâquih qui organiserait l’articulation du religieux et du politique.

L’intégrisme se trouve aussi exprimé par un fort courant de néo fondamentalisme universaliste qui se repaît de l’impotence du fondamentalisme traditionnel des oulémas à répondre efficacement avec l’hijra préconnisé face aux perturbations et défis du monde moderne, à l’éparpillement des musulmans par l ‘émigration vers des pays non musulmans, et à l’effritement dramatique de l’empire de l’islam sur ces croyants ou descendants de croyants déracinés, parachutés en milieux étrangers. Il se nourrit tout autant des islamismes pleins des désillusions après des combats politiques improductifs comme en Turquie, au Pakistan, en Tunisie après la mise au ban du Nahda, en Egypte après la terrible réaction contre les frères musulmans ; c’est de la même manière que l’on peut comprendre la dure relève du G.I.A en Algérie après la spoliation de la victoire électorale du F.I.S. .

Depuis peu, quelques années tout au plus, un fondamentalisme musulman utilise abusivement la traditionnelle intransigeance intégriste, et n’hésite point à la dénaturer en agitant plus la notion de djihad que celle d’hijra. Cette nouvelle conception anachronique, iconoclaste, semble s’être forgée sur de vifs ressentiments nés de grandes désillusions de moudjahidin combattant an Afghanistan, se sentant privés de leur victoire sur les envahisseurs d’U.R.S.S. . Ce nouvel état d’esprit se renforce avec les guerres d’Irak menées par des coalitions judéo occidentales impudentes et l’éradication de Sadam Hussein, de son parti Ba’as et de ses piliers sunnites, avant l’établissement arbitraire d’un gouvernement chiite décidé bien abominablement par les inconséquents U.S.A. . Ici et là,un sentiment musulman, exacerbé de révolte contre un néocolonialisme occidental, a provoqué, dans une grande parti du monde musulman, une réaction affirmée résolument islamiste, follement intégriste musulmane, et, abominablement djihadiste terroriste dans ses actions.

D’abord Al-quaida, maintenant Daesh veut renouer avec l’historique grandeur califale. C’est un sunnisme outrancier qui proclame partout le djihad contre les infidèles, les croisés, les Occidentaux en général, les Européens y compris, et surtout les Français pour ce que la France crut devoir s ‘immiscer dans des affaires exclusivement musulmanes, deviennent les responsables de leur impuissance à exister en musulmans libres, les causes de tous leurs maux. Ce fut donc le 11 septembre à New-York pour punir les U.S.A. , les attentats de Londres, de Madrid, de Paris, encore et encore. Ces ressentiments sont partagés dans les milieux immigrés en ces pays visés où quelques uns réagissent sur le même fondamentaliste tempo en forme de djihadisme terroriste.

L’essentiel fut-il abordé en si peu? Pour être bref et incisif, peut-on espérer rester concis ?

Néanmoins, l’islam se révèle vite pluriel, et toute sa complexité interdit de le penser comme monolithique. Aucune de ses multiples expressions ne peut suffire à signifier et transcrire l’ensemble. L’islamisme lui-même s’avère sous maintes formes ; aucune n’est représentative de tout le monde musulman, de toutes ses pensées, de ses aspirations pour être au monde.

1ère mise en ligne le 18/12/2015

  1. Lilou35
    Lilou3517 août 2017

    La lutte contre les attentats ne doit pas se faire avec l’armée mais avec le Parlement en faisant des lois qui contraignent les Musulmans a abandonner leurs pratiques autre que religieuse dictées par le Coran. nous sommes en France et nous avons le droit de nous protéger par la loi afin de l’imposer à tous nouveaux venus, qu’ils soient volontaires ou organiser ce qui semble être le cas ! Il serait très grave de rester dans l’acceptation de cette pseudo religion, nous ouvrons la porte à l’anarchie puis à la guerre civile. Gouverner c’est prévoir hors nos dirigeants n’en ont pas encore conscience ! En 1940 il y avait deux France : Les collabos et les résistants, aujourd’hui le même scénarios se met en place doucement mais surement ! Il nous manque un Général De Gaule bis !

  2. Montenay
    Montenay17 août 2017

    Tout cela est exact, mais bien compliqué pour l’occidental moyen, et notamment français.
    On pourrait y ajouter une autre espèce de musulman, celui qui se proclame tel par fidélité ou solidarité à sa famille, à son pays, à sa société mais qui ne croit pas vraiment aux textes et aux coutumes et est en fait agnostique ou vaguement déiste.
    C’est le cas d’une bonne partie de la classe bourgeoise musulmane tant en France qu’au Maghreb et probablement ailleurs dans le monde
    Simplifions : l’islam est composé d’individus tous différents, surtout lorsqu’ils sont hors de portée de la contrainte sociale, et l’oummah n’existe pas

  3. Plouvier Bernard
    Plouvier Bernard18 août 2017

    Réellement excellent, à trois bémols près
    1 – probablement une coquille : le soufisme prétend expliciter l’aspect ésotérique (et non exotérique) de l’islam
    2 – La religion druze, d’après ce que l’on en peut connaître est un syncrétisme d’islam et de zoroastrisme (d’où la doctrine des réincarnations et de la métempsychose)… mais les Druzes cachent leurs mystères. Il m’a fallu “cuisiner” un patient druze durant plusieurs années pour qu’il accepte enfin une discussion religieuse !
    3 – seul réel désaccord : “différencier salafisme du djihadisme”… c’est, à mon sens, “pinailler”, car dès la création du mouvement salafiste en Égypte, entre les deux guerres, la violence fut enseignée comme un moyen de parvenir à la Fin suprême, soit imposer l’adoration d’allah par l’ensemble de l’humanité
    C’est tout au moins mon avis… que chacun est libre de réfuter.

Répondre