Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Soyez fiers de rouler en voiture électrique !

Voiture Electrique

Soyez fiers de rouler en voiture électrique !

Michel Gay ♦

Grâce à l’énergie nucléaire, les véhicules électriques en France sont très peu polluants

Selon Nicolas Hulot et certains constructeurs automobiles (Renault, Volvo,…), il parait que l’avenir est aux véhicules électriques (VE). Or, les VE (vélo, voitures,…) roulent principalement à l’énergie nucléaire. Faut-il s’en alarmer ?

Soyons fiers d’avoir en France des VE utilisant une électricité décarbonée à plus de 90% (91 % en 2016) grâce notamment à nos barrages (12% de la production) et surtout grâce à 75% de production nucléaire, et même parfois 100% si les batteries sont rechargées la nuit ou certains jours d’été. Le 13 août 2017, par exemple, la production nucléaire d’électricité (entre 34 et 37 GW) a été supérieure presque toute la journée à la consommation (entre 30 et 40 GW), et les émissions globales de CO2 n’étaient que de 30 grammes / kWh.

La France dans le top de l’économie décarboné

Notre pays se place dans le « top 5 » mondial dans ce domaine. Grâce au nucléaire, les Français peuvent rouler électrique sans importer de pétrole ni de gaz et presque sans émissions de gaz à effet de serre. Rappelons que la totalité de la production électronucléaire en France qui couvre les trois-quarts de notre consommation d’électricité ne fissionne qu’un seul gramme d’uranium par Français et par an.

La France lutte ainsi efficacement contre le réchauffement climatique, si c’est bien l’objectif visé.

Un véhicule électrique en France. Zéro pollution ?

Lorsqu’il circule, le véhicule électrique n’engendre aucune pollution, contrairement à un véhicule thermique. La fabrication des batteries au lithium engendre des pollutions lors de sa fabrication, mais elles sont partiellement recyclables.

Quant aux déchets nucléaires, des solutions pour les stocker de façon sûre et pérenne existent et seront mises en œuvre au-delà de 2025, quand les colis de déchets radioactifs vitrifiés auront refroidi. Ces derniers ne seront pas disséminés dans la nature comme peuvent l’être certains déchets industriels toxiques « non radioactifs ». Un atome d’arsenic, de mercure, de plomb est… éternel, alors que la dangerosité d’un atome radioactif diminue avec le temps.

L’analyse du cycle de vie (production, usage et recyclage / destruction) des véhicules essences, diesels et électriques commanditée par l’ADEME met en évidence (page 13, figure 1-5) que les VE sont nettement moins polluants. Pour 150 000 km parcourus, un véhicule essence rejette 28 tonnes de CO2, un véhicule diesel 23 tonnes, et un véhicule électrique (utilisée en France) 10 tonnes.

Dans les mêmes conditions, un véhicule électrique utilisé en Allemagne en rejettera… 21 tonnes !

Les Français peuvent rouler écologiquement dans un véhicule électrique qui n’émet pas de particules fines, ni de dioxyde d’azote ni de dioxyde de carbone (CO2), ni aucun gaz à effet de serre, grâce principalement à leur parc nucléaire dont les déchets sont gérés et maîtrisés.

Il n’y a donc pas lieu de s’alarmer de voyager à l’énergie nucléaire et, au contraire, soyons fiers de rouler « électrique »… en France !

  1. Gérard Henri
    Gérard Henri18 août 2017

    Bien vu !!

  2. José M
    José M19 août 2017

    On se fout de nous ! la masse de la pollution diesel vient de la circulation

    camions sur les routes et autoroutes toujours en augmentation

    échec du “ferroutage”sans parler du transport des norias de cargos maritimes

    personne n’en parle ! et des tonnes de charbons bradées qui arrive des USA

    avec ces bateaux pourquoi faire,???

    • Robert41
      Robert4121 août 2017

      Vous avez tout à fait raison. Un reportage assez récent démontrait que le transport maritime entre l’Asie et le reste du monde contribue à plus de la moitié de la pollution mondiale ; sans compter les dégazages en mer et les risques inhérents au transport comme les accidents pétroliers par exemple. De cela les gouvernements quels qu’ils soient, ne disent mot. C’est silence radio comme on dit chez les militaires, puisque les donneurs d’ordres financiers et ses acteurs économiques complices, se gavent à bon compte et vraisemblablement actionnent des arrangements avec ces gouvernements consorts. On n’arrête pas la marche du divin marché. C’est pourquoi les politiques gouvernementales préfèrent ostraciser le citoyen lambda de l’usage de son véhicule diesel certes polluant mais techniquement moins polluant que cette armada maritime. Il en est de même de l’invasion migratoire où aucun contrôle sanitaire et de refoulement d’indésirables ne sont exercés, on attend l’événement pour pratiquer une posture communicante des conséquences à ces drames humains, mais jamais sur les causes politiques qui elles, sont réellement criminelles. Les gouvernements n’ont aucune maîtrise sur la circulation de la finance, des marchandises et du genre humain. Le maître c’est le Capitalisme supra libéral et c’est lui qu’il faut encadrer avant la catastrophe qui s’annonce.

Répondre