Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Qatar : le pélerinage au PSG. Où est la cohérence ?

Qatar Neymar

Qatar : le pélerinage au PSG. Où est la cohérence ?

Jean Bonnevey ♦

Les financiers de Daech en odeur de sainteté dans le foot

Les qataris n’iront pas à La Mecque. L’Arabie reproche en effet au petit émirat son rapprochement avec l’Iran, et son soutien à des groupes extrémistes. Le boycott imposé au Qatar depuis le 5 juin, qui comprend notamment la fermeture des liaisons maritimes et aériennes, a empêché de nombreux Qataris de venir au «hajj» cette année, même si Ryad a assoupli les conditions d’entrée par la voie terrestre à deux semaines du pèlerinage.

Malgré cela, la Commission nationale des droits de l’Homme du Qatar, liée au pouvoir, a estimé que seulement 60 à 70 pèlerins du petit émirat avaient réussi à se rendre en Arabie saoudite la semaine dernière.

Ils pourront toujours faire le pèlerinage du foot à Paris.

En effet le Qatar dépense des fortunes pour recruter au PSG. Naymar Mbapé…. 400 millions d euros, ça en fait des billets pour La Mecque.
Ainsi donc l’argent du Qatar diabolisé par les musulmans eux-même continue à faire la loi dans le foot français. Et personne n’y trouve a redire surtout pas les journalistes notamment sportifs pour qui, parisianisme faisant foi, tout ce qui est bon pour le foot parisien est insoupçonnable ou en tout cas inattaquable.

On reste confondu devant le silence assourdissant des donneurs de leçons et des professeurs d’éthique de presse face au rôle sportif du Qatar en France.

Enfin n’est il pas troublant de voir le même pays, soupçonné de donner des moyens à des fanatiques pour nous tuer, célébré par des maillots dans les stades.

Jamais un club de football n’avait misé autant d’argent en un été : en recrutant Kylian Mbappé après Neymar, le Paris Saint-Germain explose toutes les limites du foot business.

Difficile de respecter le fair play financier même avec de grosses ficelles. Le PSG se donne du temps afin de respecter les règles du fair-play financier, qui obligent les clubs à ne pas dépenser plus d’argent qu’ils n’en génèrent. Cette saison, ils ne prendront en charge que le salaire de Mbappé et ils ne commenceront à amortir son indemnité de transfert (180 millions d’euros) que l’année prochaine. Cela leur laisse du temps pour vendre des joueurs, mais également pour augmenter leurs revenus et in fine résoudre l’équation du fair-play financier.

C’est autorisé par l’islam ça ?

Certains pensent qu’après la route de La Mecque  les routes du stade  seront interdites au Qatar.

L’UEFA dit-on ne tergiversera pas si le PSG ne respecte pas le fair-play financier, et cela pourrait conduire à l’exclusion du club des coupes européennes. Mais qui peut-on croire…. ?

L’annonce d’une conférence contre le financement du terrorisme contribue au recentrage de la France au Moyen-Orient, mais pour le moment ce n’est qu’une annonce.

Les spécialistes savent parfaitement que lutter contre le financement du terrorisme est un travail de fourmi, qui se fait au jour le jour et dans l’ombre, plus que dans le cadre de conférences au titre ronflant.

En fait, l’initiative d’Emmanuel Macron a surtout l’avantage de se démarquer de ses deux prédécesseurs à l’Elysée : Nicolas Sarkozy, à qui l’on a reproché d’être beaucoup trop inféodé au Qatar et François Hollande, qui opéra un virage pro-saoudien marqué

Or, depuis les attentats de Paris et Saint-Denis, en novembre 2015, le Qatar, comme l’Arabie saoudite, deux pays d’obédience wahhabite, une interprétation ultra-rigoriste de l’islam sunnite, ont plutôt mauvaise presse en France. Ils sont accusés – souvent sans preuves précises – de financer le djihadisme. En fait, ce qui est en cause est le soutien du Qatar à l’islam politique, incarné par les Frères musulmans, et la diffusion par l’Arabie saoudite de l’idéologie salafiste, qui fait le lit du djihadisme. Leur soutien, jusqu’à tout récemment dans le cas du Qatar, au groupe djihadiste Tahrir Al-Cham (l’ex-Front Al-Nosra, affilié à Al-Qaida) en Syrie pose également problème.

Mais les attaques terroristes depuis quelques temps ne nécessitent que très peu d’argent.

La lutte contre le financement ne résoudra pas le problème du fanatisme. Mais cela permettra de limiter la logistique des prêcheurs de haine musulmane.

Mais l’argent du Qatar ne trouble ni Neymar ni Mbapé et encore moins les supporters du Paris-Saint-Germain possibles victimes d’ailleurs du terrorisme qui vise particulièrement les stades.

Où est la cohérence ?

Illustration : Naymar, Mbapé…. 400 millions d euros, ça en fait des billets pour La Mecque

 


Répondre