Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Annick Girardin : 4 jours à Mayotte !

Mayotte Le Plus Jeune Département De France

Annick Girardin : 4 jours à Mayotte !

Michel Lhomme, philosophe, politologue ♦

C’est le premier déplacement de la Ministre des Outre-mer pour la rentrée et il surprend déjà par sa longueur (quatre jours) mais aussi  pour sa première journée, par l’expression d’une contestation acerbe »

Annick Girardin a choisi Mayotte après la crise de Total. On murmure qu’elle y annoncerait la création d’une nouvelle zone naturelle. Mais est-ce que les Mahorais attendent du gouvernement une énième réserve naturelle alors qu’il suffit de se promener sur l’île pour constater que face à la pression migratoire, les brigades nature ne parviennent  pas à empêcher les brûlis et la déforestation, même sur Petite-terre ?

À la veille de l’arrivée de la ministre des Outre-mer à Mayotte, le député LR Mansour Kamardine avait dit attendre beaucoup de cette visite : « l’État doit agir, sans délais et avec force, en ce qui concerne la santé, l’éducation, la sécurité, la continuité territoriale, la lutte contre l’immigration clandestine et le développement économique. La visite vient à point nommé, car Mayotte est une véritable poudrière sociale et sécuritaire ».

mayotte_kwassa

Mayotte terminus des routes de l’immigration

Effectivement, même le Medef qui avait pourtant soutenu Macron dès le premier tour lors des dernières élections présidentielles, n’est pas content et le fait savoir. Thierry Galarme, son Président a contesté, par exemple, le délai de huit mois des ordonnances de la « loi » travail pour l’application des conventions collectives puis il a souligné les problématiques liées à la santé et à l’éducation qui sont des freins à l’attractivité de l’île. Pour le Président du Medef : « Le malaise est profond et on dirait que l’ État détourne le regard ». Le Medef rejoint en cela tous les syndicats en réclamant des enseignants, du pesonnel médical, des policiers et même des agents à la paierie et aux impôts.

La ministre Annick Girardin est arrivée à Mayotte ce jeudi aux alentours de 8h30. Elle a immédiatement été accueillie par les grévistes de l’Éducation nationale ce qui est, disons, plutôt habituel. Par contre, ce qui ne l’était pas c’est que durant le traditionnel dépôt de gerbe, en compagnie du préfet, place de France à Dzaoudzi, la ministre s’est de nouveau retrouvée confrontée à des grévistes. Les manifestants mais également des parents d’élèves, l’ont alors vivement interpellée. Ils annoncent bien la couleur chaude en vue de la rencontre future dans les jours qui suivent avec les partenaires sociaux.

Autre fait inhabituel lors d’une visite ministérielle, les syndicats Alliance Police et Synergie Officier ont aussi remis une liste de revendications et déposé leurs doléances. Eux aussi ne cessent de réclamer les moyens qu’on leur avait promis et dont une grande partie n’a pas été honorée malgré l’envoi récent de 75 gendarmes en renfort suite aux événements Total .

En raison des difficultés liées aux contrats aidés, dédiés très souvent dans les municipalités aux emplois d’animateurs périscolaires, certains maires ont reporté la rentrée ou comme à Kani-Kéli dans le Sud, modifié les horaires  des écoles primaires, supprimant en général les cours l’après-midi ce qui sera loin d’améliorer le niveau scolaire de Mayotte.

Nonobstant, pour le rectorat et la vice-rectrice tout va bien, Mayotte n’a pas besoin d’enseignants répond-on ainsi aux divers postulants contractuels métropolitains qui téléphonent et ce afin de ne pas leur payer le voyage ou une prime d’installation de 5000 euros, pariant sur le fait qu’ils finiront par venir tout seul sur le territoire présenter leur cv.

mayotte-Mtsamboro-Une-Un-Kwassa-sur-une-plage

Kwassa arrivé sur une plage de Mayotte et interpellé par la gendarmerie

L’INSEE avait tenu ce jour même avant l’arrivée de la Ministre, une conférence de presse au sujet du nombre de naissances sur l’île aux parfums. Comme attendu le chiffre ne cesse de croître d’année en année. Après 9 000 naissances en 2016, l’année passée, le Centre Hospitalier de Mayotte  a enregistré 9 500 naissances au sein du service maternité. Les trois quarts des mères des enfants nés en 2016 sont natives de l’étranger, en grande majorité de nationalité comorienne (69,4%).

Pour scolariser les futurs enfants de Mayotte, Macron avait promis à Pamandzi la construction de cent écoles primaires, de deux lycées par an, ce qui serait effectivement nécessaire pour résorber les flux. Aucune première pierre n’a été posée durant l’été et cette année faute d’avoir pu être inscrits, de nombreux enfants ou adolescents comoriens en situation irrégulière traînent dans les rues ou les bois livrés à eux-mêmes.

Rappelons ici, pour mémoire, les promesses électorales du candidat de la République en Marche, Emmanuel Macron : cliquer ICI

Illustration : Mayotte, le plus jeune département de France !

Répondre