Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Protecteurs du ciel : une nouvelle défense aérienne. Le Puy du Fou à la pointe de notre défense aérienne ?

Aigle Royale Saisissant Un Drone

Protecteurs du ciel : une nouvelle défense aérienne. Le Puy du Fou à la pointe de notre défense aérienne ?

Michel Lhomme, philosophe, politologue ♦

Après les incidents de drones qui survolent le palais présidentiel et des sites militaires restreints, la force aérienne française a formé quatre aigles d’ or pour intercepter et détruire des avions voyous. Judicieusement nommé d’Artagnan, Athos, Porthos et Aramis – un hommage à l’Alexandre Dumas des « trois mousquetaires » – les quatre oiseaux de proie sont en train d’aiguiser leurs compétences d’attaque au Mont-de-Marsan en France du sud-ouest depuis la mi-2016.

Qu’est-ce qu’un drone pour un aigle ? « Un drone signifie la nourriture pour ces oiseaux » confesse Gérald Machoukow, fauconnier de la base militaire sur France 24. « Maintenant , ils vont automatiquement après eux». L’utilisation d’oiseaux pour la chasse – normalement des faucons – est une grande tradition européenne que Dominique Venner n’aurait d’ailleurs pas renié. On utilise aussi des faucons sur les aéroports pour effrayer les pigeons, les éloigner des pistes et réduire les risques d’accident pendant le décollage ou l’atterrissage.

Ce n’est qu’en 2015 que des Néerlandais ont pensé utiliser des aigles à tête blanche pour intercepter les drones et que les militaires ont alors commencé à voir le bénéfice que pourraient apporter ces guerriers ailés. L’armée de l’air française a alors décidé d’élever quatre aigles d’or – trois mâles et une femelle -utilisant l’insémination artificielle car les aigles d’or sont une espèce protégée et la récolte des œufs sauvages en est strictement interdite. Ils ont choisi l’aigle d’or à cause de leurs becs puissants et de leur  vue perçante, capable de repérer leur cible à plus d’un kilomètre et demi de distance.

Pesant environ 5 kg, ces oiseaux sont dans une catégorie de poids similaire que les drones et on va donc les dresser à intercepter et détruire un drone suspect en pointant une vitesse d’air supérieure à 80 km/heure. Pour protéger les aigles des lames des drones et de tout engin explosif qui pourrait y être fixé, des mitaines sont conçues avec un matériel anti-explosion, pour protéger les serres de l’oiseau.

Les oiseaux apprennent d’abord à attaquer en ligne droite avant de passer à l’attaque en plongée. Ces aigles militaires ont patrouillé le ciel sur les montagnes des Pyrénées cet été et ils pourraient être prochainement déployés dans les aéroports et sur les événements spéciaux, tels que les sommets politiques, les tournois de football, les futurs jeux olympiques de Paris. Pour l’instant, les résultats pour l’armée sont très prometteurs et la force aérienne française prévoit déjà quatre autres aigles qui se joindront à la flotte de Mont-de-Marsan.

Cette nouvelle suffira-t-elle à remonter le moral des bases aériennes après le cri d’alerte du Général Lanata, auditionné le 19 juillet dernier par les députés de la commission de la Défense de l’Assemblée nationale ?

L’armée de l’air, c’est plus de 18 000 postes supprimés en dix ans, 17 bases aériennes fermées, le format de l’aviation de chasse divisé par deux. Faute d’investissements rapides, l’armée de l’Air sera vite déclassée par rapport aux autres forces aériennes, qu’elles soient alliées ou non. . Elle sera surtout déclassée par l’absence qui se fera de plus en plus criante d’un bombardier stratégique de nouvelle génération.

En fait, depuis la mise au rancart, le 23 juin 2005, de ses Mirage IV et la fermeture du site de lancement de missiles balistiques du plateau d’Albion, la France ne possède plus de réelle force stratégique. Ouvrons les yeux ! La France d’ici quelques mois aura beau envoyer ses soldats en missions extérieures (Opex), elle ne sera plus du tout en mesure d’impressionner l’adversaire car pour pouvoir dans la guerre moderne impressionner son adversaire, il ne suffit pas d’un porte-avion incapable d’assurer une présence permanente en mer et maintenant rangée pour quelques mois au garage, il faut sans doute un autre porte-avions mais aussi des bombardiers stratégiques de nouvelle génération successeur du Mirage IV pour les mettre dessus. En parle-t-on dans les Etats-majors ?

Le bombardier stratégique classique n’est en effet absolument pas détrôné par les ICBM, les missiles intercontinentaux mais ils sont complémentaires de ceux-ci en envoyant souvent des signaux diplomatiques forts lors de leur déploiement en cas de conflits (nous avons effectué 600 frappes aériennes sur Mossoul, la force Chammal ayant réalisé 5,76 % des frappes de la coalition en Syrie et 28,7% si l’on ne prend pas en compte la contribution américaine). Ils sont donc un élément constitutif de la dissuasion, constituant l’ultime avertissement avant la délivrance d’un possible feu nucléaire.

La question est donc plus grave qu’on ne le pense : la France aura-t-elle encore demain les capacités aériennes de sa dissuasion ? Et sinon, à qui la remettra-elle ? A l’Europe sans défense ?

A noter ce très beau livre de P. Morel, ancien président de l’Association internationale des fauconniers, L’art de la fauconnerie, 448 pages, 55 euros, Crépin-Leblond.

Illustration : un aigle royal saisissant un drone volant  lors d’ un exercice d’entraînement militaire à Mont-de-Marsan.

 

 

 

  1. Révolté
    Révolté12 septembre 2017

    Bonjour
    Quand on vous dit que ce pays n’a plus d’âme et n’est plus gouverné depuis plus de 45 ans, que les guignols élu de tous bords et à tous niveaux n’ont que la capacité de promouvoir leurs avantages personnels et n’on aucune vue sur l’avenir à part faire carrière et ruiner ce beau pays qu’etais la ” FRANCE”
    Ils n’ont sevi que cette europe incapable et les États Unis pour satisfaire leurs propres intérêts et aujourd’hui je n’ose même plus dire que je suis Français pour ne pas être amalgamé à ces pantins de la haute connerie. Pourtant je devrais être fière d’avoir créé 5 sociétés dont 3 dans le génie mécanique en france mon pays de naissance mais voilà, à la retraite on a le temps de faire une rétrospective de sa vie et le constat si il est valorisant pour moi il l’est beaucoup moins pour la France et toutes ces nullités qui se sont servis avant de respecter les engagements pour lesquels ils se sont fait élire

  2. Rémy Valat
    Rémy Valat12 septembre 2017

    C’est une excellente idée : la biologisation de la police et de l’armée sont des pratiques certes anciennes (chiens de guerre ou de secourisme, rats détecteurs de mines,…) mais efficaces. Avec un budget plus conséquent, on aurait pu s’équiper autrement, n’est-ce pas? On reste à l’état d’armée bonsaï, mignon mais pas très performant. Merci Emmanuel!

Répondre