Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Frontex, des emplois fictifs. Réfugiés, de nouveaux assistés

Frontex1

Frontex, des emplois fictifs. Réfugiés, de nouveaux assistés

Michel Lhomme, philosophe, politologue ♦

L’Europe et les Turcs ont conclu un accord de plusieurs milliards d’euros pour empêcher l’entrée des «réfugiés» sur son territoire. La Turquie, habile, souffle le chaud et le froid en pleine dictature. Les Turcs restent en tout cas chargés d’empêcher les migrants de franchir les frontières européennes. Or ces frontières sont, en principe, gardées par Frontex , moyennant un budget de plusieurs dizaines de million d’euros, deux ou trois milliards d’euros annuels.

Frontex ne serait-elle qu’une officine à emplois fictifs ! A qui profite  l’argent versé à Frontex ? A la dictature turque ?

Mais au fait les clandestins à la dérive, comment font-ils pour ne pas couler ?

frontex2Bah c’est une machine bien huilée et qui tourne à plein régime…« En pleine mer, ils appellent Strasbourg » ! En effet, les migrants en détresse composent un numéro d’appel téléphonique (0033486517161) dont le destinataire est le bureau strasbourgeois de l’association des Travailleurs maghrébins de France. Là, un correspondant décroche, demande la position du bateau, le nombre de personnes à bord, s’il y a des blessés, etc.  Son collègue transfère le message aux garde-côtes de l’organisation FRONTEX l’organisme européen de surveillance des frontières rodée maintenant à ce type d’appels afin que le bateau soit secouru le plus rapidement possible. Ils s’assurent ensuite que les garde-côtes et la marine italienne en général se portent bien au secours les migrants en difficultés.

Ces appels au secours sont planifiés bien à l’avance par le collectif « Watch the Med » qui distribue aux candidats à l’émigration des cartes comportant un n° de téléphone et l’intitulé du collectif. C’est écrit en anglais, arabe, français et persan. Au verso, il est précisé que, s’ils n’étaient pas rapidement secourus, le collectif ferait pression sur les médias et les politiques.

Au Maroc et en Tunisie, les cartes sont aussi distribuées sur place mais on en distribue aussi à Calais, à Vingtimille et aux portes d’entrée vers l’Europe, frontières turques, grecques, macédoniennes, autrichiennes. Comme pour les kwassas de Mayotte, directement reliés avec l’hôpital et la maternité, on provoque souvent une avarie de moteur et on appelle alors le numéro de Strasbourg par téléphone satellitaire.

Les garde-côtes embarquent tout le monde et une heure plus tard tous les passagers mettent les pieds dans une Europe où ils seront  totalement inexpulsables, puisque rappelons que l’absence de titre de séjour n’est plus un délit pénal en France (dixit Jacques Toubon, le défenseur des droits, ancien garde des sceaux de Jacques Chirac).

 

  1. agga
    agga15 septembre 2017

    Non seulement ils sont inexpulsables, mais en plus on leur ouvre un compte bancaire aussitôt le pied posé en Europe.

    Le plus rigolo dans cette histoire c’est “l’aide au retour volontaire”, qui en plus vient de passer à 2500 euros en France.

    En plus beaucoup de migrants payent pour venir jusqu’ici.

    Au final, ils sont lésés, nous sommes lésés. La question c’est : qui nous a baisé ?
    Réponse : les associations “humanitaires”, donc Soros, qui fait le même taf depuis 50 ans, et qui saura toujours faire remonter le fric dans ses caisses.

Répondre