Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Rome : une jeune fille finlandaise volée , agressée et violentée

Via Palestro Gare Termini

Rome : une jeune fille finlandaise volée , agressée et violentée

Giuseppe Chaussure ♦

Rome : une jeune fille finlandaise volée , agressée et violentée. L’agresseur, âgé de 23 ans et originaire du Bangladesh a été arrêté quelques heures après, près de la Station ferroviaire .

Via-Palestro

Via Palestro, la rue ou est survenue l’agression.

La jeune fille, arrivée en Italie depuis quelque jour pour travailler comme baby-sitter,  avait passé la soirée près de la gare avec une amie. Peu avant l’aube la jeune fille et une amie ont cherché un taxi pour rentrer et un jeune homme  s’est alors proposé de les raccompagner avec son véhicule, garé – a-t-il dit- dans une voie limitrophe. La jeune fille s’est fiée à l’individu et  a accepté l’invitation , l’amie hésitante a préféré attendre un taxi.

Après avoir fait une centaine de mètres  l’inconnu il a tenté une approche sexuelle avec la jeune femme, malgré elle. Elle a alors tenté de crier et de s’opposer à l’agresseur. Une femme entendant, de sa fenêtre, les cris de la jeune fille, a donné l’alarme. L’homme a alors menacé de mort la victime, et après lui avoir frappé avec une  pierre, l’a contrainte à le suivre dans une zone sombre  où elle a été obligée de subir des violences sexuelles.

L’agresseur s’est échappé après avoir volé 40 euros. Les enquêtes de la quatrième section de l’équipe Mobile et du commissariat Viminale a identifié et arrêté l’agresseur quelques heures après : S.K., 23 ans du Bangladesh. Il a été reconnu par la victime. Le bengali  est en possession d’un permis de séjour régulier pour motifs humanitaires et il a effectué différents travaux dans la Capitale.»

«Rome n’accepte aucune forme de violence» a twitté la Maire de Rome, Virginia Raggi.

Source

Traduction Métamag.

 

 

 

 

 

 

  1. Robert41
    Robert4117 septembre 2017

    Au delà de la bestialité de ce crime d’opportuniste, se greffent deux réflexions personnelles. La première, c’est la naïveté pour ne pas dire la stupidité de la victime. Elle consent à monter dans le véhicule d’un inconnu, aussi pressément charitable qu’il soit … D’ailleurs, c’est-là le piège : – La Charité, on ne sait jamais comment cela se termine … Certes, ce comportement généreux est plus souvent bénéfique que néfaste mais quand-même ; il y a de plus en plus de risques à pratiquer cette quête routière, aussi bien pour le désirant que pour le consentant ; paraxodalement le danger survient le plus souvent lors de petites distances. Cette leçon vaut bien un fromage aurait-dit le rouquin car blanchette attachée appelle Ysengrin, n’est-ce pas … ! La deuxième réflexion est consécante à la première. Les politiques européennes déloyales, puisque contre l’assentiment des Peuples voir leurs trahisons, ont pratiqué l’Open-services de banques vénéneuses, de collections migratoires absurdes dispendieuses et sans fin et un travail jetable comme le marché divin l’ordonne aux productions. Et oui, c’est pas l’Europe attendue que nos politiciens nous ont bassinés comme la panacée sécuritaire et de l’emploi. C’est pas l’européen qui profite de ce système mais le Capital le plus crasseux et une migration hétéroclite qui sape par un esprit tribal les fondements même de notre propre existence. Les politiques européennes sont tellement abjectes qu’elles osent parler de vivre ensemble comme une thérapie au racisme alors que c’est l’inverse qui se produit. Comment supporter insultes, crachats, agressions, viols, coups et blessures et le sang versé par l’explosion d’une bombe, le passage d’un camion, la rafale ou le couteau du tueur ? Ce tueur n’est pas caucasien de facto ; mais bel et bien de la même racialitée haineuse, ce que démontre l’enquête post-mortum ou de capture. Alors, le lâche dit : – Pas d’amalgame ! Bien sûr quand cela est fortuit mais quand cela se répète cela devient insultant pour le réalisme et la vérité. Notre époque dangereuse doit nous impliquer à prendre notre destin ensemble et non le laisser aux mains de politiciens corrompus et encore moins à des technocrates non élus. Il n’est jamais trop tard pour reprendre notre raison d’existence, ce n’est même plus un problème de partis politiques mais l’envie de recouvrer le Sens de nos racines et de notre Histoire.

Répondre