Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Le véritable scandale du nucléaire

Nucleaire Indispensable Centrale Nucleaire Tricastin

Le véritable scandale du nucléaire

Michel Gay ♦

Certains antinucléaires ont incontestablement peur. Ils sont persuadés que l’énergie nucléaire est un danger parce que des idéologues les ont scandaleusement effrayés.

Leur peur est réelle mais déconnectée de la réalité.

Des militants officiant dans des associations dites “indépendantes” (vraiment ? et de qui ou de quoi ?), voire même dans des cabinets ministériels, instrumentalisent cette peur à des fins politiques ou commerciales en leur faisant croire que les ruineuses énergies renouvelables pourvoiront à leurs besoins.
Des messages anxiogènes (“on vous cache la terrible vérité“) finissent par convaincre une partie de la population que les ingénieurs et les scientifiques sont des incompétents à la solde d’industriels cupides.

Que font les politiques ?

Les décideurs politiques sont sommés par ces activistes antinucléaires de durcir les réglementations existantes pour protéger la population d’un risque diffus et donc forcément sournois. Ceux qui, soucieux de rétablir la vérité et le bon sens, s’élèvent contre ces affirmations sont stigmatisés pour leur manque de considération envers “les générations futures“.
De plus, s’opposer à un réseau international de désinformation n’est souvent pas bon pour sa réélection. Et l’argent tient une place importante dans ces pressions politiques malsaines exercées par des associations de “défense de l’environnement” qui vivent sur le dos de la collectivité.

Chez les antinucléaires, l’irrationnel est roi

Pour accroître leur audience, les médias amplifient ces cris d’alarme contribuant ainsi à ancrer dans les esprits de fausses croyances sur le nucléaire. Ils s’honoreraient pourtant à mettre un terme à l’entreprise d’intoxication intellectuelle du public.

Le nouveau thème pourrait être : non, le nucléaire n’est pas plus dangereux que d’autres activités industrielles.

Au contraire, il procure l’énergie, notamment l’électricité, dont l’humanité a un grand besoin, et dont elle aura encore plus besoin demain (véhicules électriques, déclin du pétrole et du gaz pour se chauffer).

Faire cesser le dénigrement systématique du nucléaire pour permettre à tous les citoyens d’avoir accès à une information objective sur une énergie durable, écologique et bon marché comme le nucléaire serait une entreprise louable.

Mais duper les citoyens désemparés par des messages “vendeurs” et angoissants, comme le font les médias aujourd’hui, est révoltant.

Les “Verts” proclament pourtant dans leur programme lors de leurs journées d’été du 24 au 26 août 2017 à Dunkerque “Les prochaines années seront déterminantes pour enrayer la crise environnementale” et “une réconciliation avec la Nature est la première des priorités politiques“.
La réconciliation avec la Nature passe par une production d’énergie propre qui puisse répondre aux besoins de l’humanité comme… le nucléaire.

Alors que les énergies fossiles vont se raréfier, les grands médias, alimentés par des organisations aux motivations diverses, veulent faire croire que l’humanité pourra vivre grâce aux énergies renouvelables et se passer du nucléaire. C’est tout simplement une escroquerie intellectuelle que le silence du gouvernement semble cautionner.

Voilà le véritable scandale du nucléaire.

Illustration : centrale du Tricastin. Une énergie indispensable.
  1. La Bulle
    La Bulle30 septembre 2017

    Très bon article !
    Les écolos ne veulent pas du nucléaire à cause des déchets, du risque d’accidents, d’attentats,….et autres. Pourtant, il n’y a pas eu d’incidents majeurs depuis la création de la filière nucléaire !
    Tchernobyl, seul incident majeur, aurait pu être évité si les normes de sécurité, en vigueur à l’époque, avait été respectées
    Fukushima a été construit dans une zone que l’on savait sismique, avec risque de tsunamis. Là aussi, le bon sens aurait voulu que la centrale n’ai pas été construite à cet endroit là ! Il n’y a eu que très peu de victimes résultant de la centrale ou de sa radioactivité. Seul le séisme et le tsunami ont provoqués de nombreuses victimes !
    Même compte tenu de la technologie et des connaissances à l’époque, ces accidents auraient pu être évités !
    Ce ne sont pas, donc, des accidents inévitables, comme il a été dit par les écolos qui ne veulent plus du nucléaire !
    Ils ne veulent pas, non plus, des énergies fossiles, à cause de la pollution, des réserves forcément limitées –ce qui n’est pas faux ! — Mais aussi, pour éviter le réchauffement climatique par le rejet de CO2 –là, c’est carrément la science fiction ! —
    Reste donc, environ 12% de l’énergie totale accepté par nos “fanatiques” pour leur “développement durable” ! — solaire, éolien, géothermie et autres ; et bien sûr l’hydraulique, seul énergie acceptable, mais forcément plafonnée par le nombre de barrages limité —
    Bien sûr, la sobriété dans l’utilisation de l’énergie, peut faire augmenter artificiellement le pourcentage, mais le compte n’y est pas.
    Du moment que les écolos assurent leur propagande……….!

Répondre