Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Adieu Philippot ! 5 ans pour rien. Le Fn plus éloigné que jamais du pouvoir

Florian Phiippot Marinelepen

Adieu Philippot ! 5 ans pour rien. Le Fn plus éloigné que jamais du pouvoir

Raoul Fougax ♦

Ce qui menace le Front National, c’est le découragement de ses militants et électeurs. Si près du pouvoir, plus dure a été la chute

Philippot a été durant 5 ans le gourou de Marine. Il a échoué, elle aussi. Il quitte le parti désavoué par celle qu’il coachait.
Il a annoncé son départ en arborant au revers de son costume une croix de lorraine. Tout est dit. Le Fn de Philippot voulait , pour le dédiaboliser, couper le parti de ses racines historiques.

Cette stratégie qui plaisait aux médias, comme la personnalité de Philippot, a paru un moment pouvoir s’imposer. Elle s’est fracassée sur ses complexités et ses reniements.

Le Fn a quitté le terrain de l’immigration non contrôlée changeant l’identité historique de la France et favorisant le terrorisme islamique pour un souverainisme anti-européen moins porteur et assez incompréhensible.

Tout est à refaire, mais il est bien tard pour un part,i fatigué par les nombreuses batailles perdues. Après la déception, le gâchis, cela risque de faire beaucoup pour les militants.

Marine regrette un départ qui est pour elle un nouvel échec. «Il est désolant de voir un tel gâchis, mais, hélas, quand les choses sont souhaitées, il est difficile de l’empêcher» a confié au Figaro Marine Le Pen, jeudi matin, quelques minutes après l’intervention de Florian Philippot sur France 2, annonçant son départ du Front national. «Il y a eu mille tentatives de le ramener à la raison, mais celles-ci ont toujours été rejetées» a poursuivi Marine Le Pen, en reconnaissant sa «tristesse».
Elle estime avoir souvent défendu son vice-président, «en toutes circonstances» mais dans le contexte de crise actuelle, elle regrette chez lui une «forme de rigidité» et de «fébrilité».

Louis Aliot a eu des mots très durs contre Florian Philippot et Sophie Montel qui ont annoncé un peu plus tôt qu’ils quittaient le Front national.  «Quand on a un égo aussi démesuré, un orgueil aussi affiché, qu’on méprise à ce point les cadres du parti… M. Philippot voulait tout diriger et il a explosé en plein vol de ses propres contradictions. Je ne souhaitais pas son départ mais qu’il reste à sa place, sans écraser à tout le monde. Il n’a pas voulu le faire parce qu’il ne peut pas le faire, c’est sa nature, il en a tiré les conclusions… ça fait partie de la vie politique».

Les départs font partis en tout cas de la vie politique du Front.

Au fil des années que de talents et d’énergies perdues…. Et pour la France le temps passe et ne se rattrape pas.

  1. Plouvier Bernard
    Plouvier Bernard21 septembre 2017

    Le départ de F. Philippot ne règle absolument rien, même si c’est une excellente chose
    Le mouvement populiste français a besoin d’un homme jeune & charismatique à sa tête et
    revenant aux fondamentaux :
    – retrouver une dynamique industrielle et pratiquer la préférence nationale en matière d’embauche (comme du temps du Front populaire : si les universitaires l’ignorent, c’est bien dommage, mais il est facile de se renseigner !)
    – redonner aux Français de souche européenne le désir de faire et d’élever correctement des enfants
    – ramener la discipline et proposer un enseignement efficace dans les écoles
    – renvoyer tous les extra-européens dans leurs terres d’origine
    – combattre l’islam, source directe et indirecte de criminalité (non seulement attentats, mais aussi trafics d’armes et de stupéfiants)
    – faire appliquer les lois dans toute leur rigueur et pour tous
    – lutter contre la corruption politique & administrative
    soit les items qui ont présidé à la création du mouvement par J. M. Le Pen… qui eut l’énorme tort de nous faire don de sa fille !

  2. Fortouna
    Fortouna21 septembre 2017

    Le FN va retrouver son électorat historique.Ceux qui contre vents et marées sont attachés à ses fondamentaux.
    La dédiabolisation a été une tentative d’obtenir une respectabilité,qui ne pouvait survenir qu’en passant sous les fourches caudines du”politiquement correct”,c’est à dire devenir un parti soumis comme les autres.
    Cette dédiabolisation nous a apporté un électorat que je qualifierais de touriste,c’est à dire de passage.Irrité par les différents gouvernements,touché dans sa vie de tous les jours par les difficultés financières et l’insécurité,cet frange d’électeurs avec de longues pincettes ont déposé un bulletin FN dans l’urne.
    Au moindre article des médias aux ordres ,ces gens là,touchés par un frisson rétrospectif,retournent à leurs vieilles habitudes.Celui qui a la plus belle cravate,des dents bien blanches,un beau costume,bref redeviennent les” sans avis” personnels ,ballottés au gré des sondages et discours de nos “zommes” politiques.
    Les jours qui viennent n’apporteront rien de bon,les beaux discours et les mesurettes auront atteint leurs limites.Les Français vont finir par comprendre que la France telle qu’elle est dirigée depuis des décénnies,c’est à dire soumise à l’étranger,n’apportera que des malheurs,des valises ou des cerceuils !
    Le FN renaitra ,tel le Phoénix de ses cendres.

  3. John Wayne
    John Wayne22 septembre 2017

    Jamais rien compris à la nomination de FP au FN ! Sympa , intelligent , et à la voile ….!! Rien compris ….!!

  4. Robert41
    Robert4122 septembre 2017

    On dit parfois que l’échec peut être bénéfique …, à la condition que cet échec ne devienne pas une incompétence récurrente. C’est le cas du Front national. Le père, la fille et la petite-fille n’ont fait que faire perdre du temps à une France malade. Cette famille dénonce avec talent les maux de notre société pathologique, mais est incapable d’aboutir au Pouvoir alors que l’urgence l’exige. Le récent débat de Marine à la présidentielle a été beaucoup plus déloyal que le départ de Philippot. Lui, il n’est pas un joueur de pipeau. Lui c’est clair, il sait ce qu’il veut. Tout comme d’autres personnalités politiques qui en ont marre de cette litanie européenne et de cette dépendance crasseuse de la France. Il me semble que l’encadrement du FN, confond parti politique et parti syndicale. Ce qui donne l’impression que Le Front national est devenu en quelque sorte le plus grand syndicat de mécontents de France et non un parti politique de changement.

Répondre