Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Stop, levez le bras : c’est le point Godwin…

Point Godwin Couv Copie

Stop, levez le bras : c’est le point Godwin…

CULTURE EN BREF : Stop, levez le bras : c’est le point Godwin…

C’est dans le cadre des premiers échanges en ligne que l’avocat Mike Godwin a défini le point qui porte son nom : le point Godwin.

point-godwin-couvCréation d’Internet, le point Godwin n’est pourtant qu’une réactualisation de la “reductio ad Hitlerum” qui naît sous la plume de Léo Strauss en 1951. Pourquoi ce procédé rhétorique est-il devenu omniprésent ? « Le nazi avance masqué », rappelle le philosophe François de Smet. Une longue chaîne d’événements a abouti à l’horreur absolue et, depuis, nous vivons avec l’idée que la machine infernale peut s’enclencher de nouveau à la moindre occasion. La vigilance extrême est donc de mise. Misère plutôt de la pensée.

C’est pourquoi le point Godwin, fabrication du politiquement correct, se veut une prévention de toute tentation du pire. Mais à trop servir, la “reductio ad Hitlerum” se démonétise. Aujourd’hui, toute discussion est faussée. Prenez l’habitude du point Godwin, levez le bras  dès qu’il intervient dans la discussion du style, vous savez bien : « n’est-ce pas faire le jeu du Front National ? ». ML [21.09]

François De Smet, Reductio ad Hitlerum. Une théorie du Point Godwin, Editions PUF, Paris 2015.

Répondre