Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Vers une arme bio-ethnique?

Guerre Bio Etnique

Vers une arme bio-ethnique?

MONDE EN BREF : Nouvelle arme biologique génétiquement ciblée en vue. Le département recherche biologique de l’US Air Force vient de faire une drôle de demande par voie d’annonce : il réclame en effet des échantillons d’ARN identifiés comme provenant de donneurs «Slaves Caucasiens».

Il est clairement précisé dans l’annonce que « Tous les échantillons (tissu synovial et ARN) seront collectés de Russie et doivent être caucasiens ». Il est même précisé que « le gouvernement ne prendra pas en compte les échantillons provenant d’Ukraine » ! Comment comprendre le sens de cette requête bizarre ?

1. C’est à partir des brins d’ARN que l’on isole des marqueurs génétiques géo ou éthno-spécifiques.
2. C’est sur des brins d’ARN que se reproduisent les virus.
3. C’est à partir de brins d’ARN que l’on développe des virus artificiels (généralement cancérigènes, mais pas seulement) qui, une fois dans un hôte, ont besoin d’un marqueur spécifique pour attacher leur patrimoine et commencer à se répandre.

Et donc on comprend bien que oui, nous sommes capables aujourd’hui de produire des virus qui cibleront un marqueur spécifique ethnique (les races existent) ou même d’une personne spécifiquement choisie et qui resteront inactifs pour le reste de la population.

Bien évidemment cela n’exclura pas à l’avenir les mutations génétiques toujours possible des virus qui sont en effet tout à fait capables de s’adapter pour survivre comme par exemple la grippe aviaire qui était supposée intransmissible à l’être humain et qui pourtant est passée.

Quand on joue à l’apprenti sorcier…

  1. Dr. Plouvier Bernard
    Dr. Plouvier Bernard9 octobre 2017

    Ces informations requièrent de plus amples détails, car elles paraissent “bizarres” :
    1 – prélever du tissu synovial n’est ni simple ni anodin : cela revient à entrer dans une articulation pour en retirer un peu de la muqueuse qui en tapisse l’intérieur (même par endoscopie, cela n’est pas sans risque) ; il existe des méthodes plus simples pour obtenir de l’ARN qui existe dans toutes les cellules, nuclées ou non
    2 – les ARN viraux ici mentionnés sont ceux issus de rétrovirus qui peuvent infester l’ADN du sujet-cible
    3 – les marqueurs génétiques des animaux supérieurs sont bien davantage situés sur l’ADN du noyau et des mitochondries que sur l’ARN
    4 – cette guerre biologique est bien sûr raciste (comme l’a fort bien remarqué l’auteur de l’article), puisqu’elle ne cible que des sujets de race européenne (ou “caucasienne” comme disent les chercheurs nord-américains qui reprennent la terminologie obsolète, voire grotesque, du XIXe siècle)
    En résumé : ces informations (un peu trop) sensationnelles méritent d’être explicitées… mais la conclusion de cet article est excellente : il est stupide, en plus d’être à l’évidence très dangereux, de jouer à l’apprenti-divinité

  2. Nadrigny
    Nadrigny14 octobre 2017

    par le Crispr cas9 il est assez facile de manipulet l’ADN er surtout ARN mitochondrial
    mais…demander des slaves ou des russes…ne serait ce pas pour aider Assad ou d’autre nord coreen ou des fous de dieu pour éradiquer les occidentaux…

Répondre