Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Chômage de masse, revenu universel ou grand projet national ?

Consomation Masse Avenir Travail

Chômage de masse, revenu universel ou grand projet national ?

Bernard Plouvier, auteur, essayiste ♦

Chômage de masse, revenu universel ou grand projet national ?

Telle est l’angoissante question pour les années à venir en France. Et chacun de nos politiciens y répond selon ses motivations, c’est-à-dire selon ses intérêts… qui sont, bien entendu, ceux de ses généreux bailleurs de fonds électoraux.

L’économie globale telle qu’elle est pratiquée n’offre, en pays de hauts salaires et de forte protection sociale, un travail bien rémunéré que dans les industries de pointe, les services haut de gamme, l’agriculture spécialisée (encore faut-il noter, pour ce dernier secteur, que les intermédiaires s’enrichissent beaucoup plus que les producteurs).

De ce fait, l’instruction publique devrait être orientée vers la formation de savants et de techniciens de très haut niveau, tandis que l’éducation (dévolue à la famille) devrait être élitiste, reposant sur une exigence quantitative et qualitative en matière de travail scolaire, puis supérieur.
On en est très loin en France. Tout est fait, au contraire, pour produire des niais paresseux, bourrés de sentiments humanitaires et de propagande tiers-mondiste, mais à la cervelle aussi vide que celle d’un dinosaure.

Saül de Tarse, plus connu sous l’appellation de saint Paul, a écrit il y a deux mille ans dans sa 2ème Épître aux Thessaloniciens (III-10, selon le découpage de saint Jérôme) : « Qui refuse de travailler ne doit pas non plus manger ». C’est un raisonnement d’une logique imparable, mais obsolète. Car la grande distribution, l’une des reines de notre société, a ses impératifs. Elle vit de l’hyper consommation des riches, mais aussi de la consommation quotidienne, nécessaire à la survie, des pauvres : ceux qui vivent d’allocations-chômage, d’allocations-immigrés (clandestins compris), de revenu minimum, etc.

Effectivement, confrontés à un chômage de longue durée car structurel, les politiciens de base en France, chevaliers servants de la globalo-mondialisation, n’ont ni le pouvoir de renvoyer les 14 à 15 millions d’allogènes dans leurs continents d’origine, ni l’honnêteté de reconnaitre le parasitisme interne d’une majorité des 5 à 6 millions de fonctionnaires et l’échec lamentable du corps enseignant qui fabrique 35 à 40% de futurs petits salariés et 50% de futurs chômeurs, permanents ou intermittents… l’élite, la vraie, se forme en grande partie elle-même par son exigence éthique et grâce à de rares enseignants d’élite.

Le chômage n’est structurel, en France, que du fait de la mollesse de la jeunesse autochtone et de la démission d’une énorme majorité de parents et d’enseignants. Il est facile d’y remédier, à l’unique condition de le vouloir.

Aucun emploi ne doit être distribué à des immigrés tant qu’il reste un seul Français de souche européenne au chômage et les consommateurs allogènes  doivent être renvoyés impitoyablement dans leur continent d’origine. C’est le premier principe.

Les sommes ainsi économisées doivent être investies dans une véritable instruction de la jeunesse française, avec prime à l’efficacité. C’est assez dire qu’il y a un gigantesque travail de remotivation de la Nation et du corps enseignant, de façon à ce que les Français redeviennent performants et compétitifs, comme ils ont si souvent démontré, durant les deux derniers millénaires, qu’ils pouvaient l’être.

C’est l’unique grand projet national pour notre temps. Cela exige des chefs dignes de ce nom : honnêtes, efficaces, durs, mais dévoués au Bien commun et à l’idée nationale. Cela exige un effort de la part de chaque citoyen. À population larvaire, gouvernants lamentables. Cela fait trente ans que nous vivons de cette façon. Il est plus que temps de changer de mode de vie en commun.

Illustration en tête d’article : L’avenir du travail : comment éviter le chômage massif et la précarisation de l’emploi.

Répondre