Réseaux sociaux, newsletter et flux rss

Populisme : la deuxième vague européenne. Il y a une vie pour l’identité européenne après Marine le Pen

Populisme

Populisme : la deuxième vague européenne. Il y a une vie pour l’identité européenne après Marine le Pen

Jean Ansar ♦

Les commentateurs de l’idéologie dominante se sont réjouis trop vite. Pour eux, les hésitations dans les négociations du Bréxit et l’échec de Marine Le Pen marquaient le reflux des populismes. Ils doivent sacrément déchanter.

L’entrée d’identitaires européens en Allemagne puis le “à droite toute” de l’Autriche et de la Tchéquie prouvent que ceux qui veulent rester ce qu’ils sont montent toujours en puissance sur un continent menacé par l’immigration et l’islamisme.

Certes le mouvement Catalan s’inscrit dans une vision plus à gauche d’une identité régionale rêvant d’indépendance, mais le plus d’autonomie de la Lombardie et de la Vénitie rejoint le mouvement général de ceux qui veulent assumer un destin historique européen.

Madame Merkel par son immigrationnisme suicidaire aura eu un mérite, réveiller les Allemands et en finir avec la vitrification idéologique de la guerre mondiale. C’est partiel mais incomparable avec ces dernières années de totalitarisme anti raciste.

L’Autriche qui avait déjà défié l’Europe est à nouveau dans une gouvernance de toutes les droites.

L’ÖVP, parti conservateur chrétien, a remporté une victoire historique en raflant 31,7% des voix, suivi par le parti social-démocrate et le FPÖ (parti d’extrême droite) au coude à coude. Ainsi, le jeune Sebastien Kurz (31 ans) pourrait devenir très prochainement le plus jeune dirigeant d’Europe. Les récentes positions et déclarations de l’ÖVP laissent présager une très probable alliance avec les forces d’extrême droite. Pendant la campagne électorale, le Parti conservateur a affiché des orientations politiques très proches de celles du FPÖ, celui-ci allant même jusqu’à dénoncer un “plagiat” de son programme.

Par ailleurs, Sébastien Kurz a promis le changement, laissant sous-entendre qu’il mettrait fin aux longues années de coalition entre les sociaux-démocrates et les conservateurs. Il faut dire que depuis les années 1990, le renouvellement de la communication du FPÖ porte ses fruits, puisque le parti d’extrême droite progresse à chaque élection nationale. Le FPÖ ne cache pas sa volonté de se rapprocher des gouvernements les plus conservateurs et xénophobes d’Europe, tels que la Hongrie et la Pologne et maintenant la Tchéquie.

Le parti d’Andrej Babis vient, lui, de remporter les élections législatives en République tchèque. Son mouvement, l’ANO (Action des citoyens mécontents), fondé en 2013, a recueilli 1,5 million de voix, trois fois plus que le parti de droite libérale (ODS), arrivé deuxième. Et parmi les 200 députés élus, Andrej Babis a réalisé le meilleur score, en Bohême centrale où il se présentait. Juste derrière l’ODS, deux partis anti-systèmes, radicalement différents, réalisent une percée spectaculaire : les Pirates (10,8 %) et l’extrême droite du SPD (10,7 %). D’après Radio Praha, “Andrej Babis maintient le flou artistique sur le contenu concret de son programme, naviguant entre une volonté de rigueur budgétaire, une suspicion nouvelle à l’égard de la construction européenne et un rejet de plus en plus marqué de l’accueil des migrants“. Au soir de sa victoire, Babis a déclaré avoir “de toute évidence un allié en Autriche”, M. Kurz, “qui partage nos idées sur l’immigration“, une référence au discours de fermeté sur l’immigration tenu par le futur chancelier à Vienne.

L’immigration reste au cœur du mouvement protestataire et anti-élites européen. Ce thème marque la scène politique de part et d’autre du continent : Autriche, Allemagne , Pays-Bas, Danemark, Finlande, Grande-Bretagne etc. En France, le succès d’Emmanuel Macron n’efface ni le niveau de l’abstention ni le score du Front national. A Varsovie et à Budapest, des partis nationalistes sont au pouvoir.

La Tchéquie va-t-elle  se rapprocher des leaders hongrois et polonais du groupe de Visegrad ?  Ce n’est pas encore le retour de l’Autriche Hongrie mais ça y ressemble.

Répondre